Agriculture : la robotique au service des exploitations

Le par  |  5 commentaire(s) Source : The Guardian
Robot Farmer

L'agriculture est un secteur qui profite depuis de nombreuses années des dernières technologies en date. Surveillance des exploitations, automatisations des tâches, optimisation des rendements, prochainement c'est une armée de robots qui s'invitera directement sur les exploitations.

Les exploitations utilisant des drones de surveillance sont déjà nombreuses à travers le monde, qu'il s'agisse d'utiliser des hélicoptères radiocommandés pour répandre engrais ou traitements insecticides ou de drones optimisant les récoltes de la vigne comme en France.

Robot-in-farming--wine-bo-006 Mais prochainement, ce seront des mini tanks qui s'inviteront dans les exploitations, prenant la forme de travailleurs robotiques capable de multiplier les tâches agricoles généralement réalisées par des ouvriers.

On peut ainsi citer le Wall-Ye, un robot à quatre roues spécialement conçu pour travailler dans les vignes. Le robot dispose de quatre larges roues spécialement adaptées au travail en pentes ou dans de la boue et il dispose de plusieurs caméras et de bras pour assurer l'effeuillage de la vigne, soit le fait de réduire la couverture Robot-in-farming--robot-t-009 de feuillage pour exposer les grappes et concentrer la sève vers les fruits.

Mais d'autres robots devraient également être capables de récolter des informations capitales visant à l'optimisation de la production des exploitations en effectuant des patrouilles journalières sur les domaines les plus vastes, et ce, 7 jours sur 7 et plus de 12 heures par jour.

Des robots qui surveillent les floraisons, le développement des fruits et légumes fourniront des données permettant de lancer des récoltes au moment idéal, d'assurer une meilleure répartition des engrais en fonction des zones en retard de croissance, de mieux gérer les pesticides ou de mieux réguler l'apport en eau.

Robot-in-farming--Lettuce-007 En marge, d'autres robots pourraient être prochainement spécialisés dans la surveillance de bétail, encadrer l'élevage et pourquoi pas même s'occuper seuls des transhumances.

Première étape dans cette robotisation de l'agriculture, le gouvernement britannique vient de signer un budget de 192 millions d'euros visant à aider la commercialisation de robots dédiés à l'agriculture et d'accélérer l'équipement des exploitations. Ce qui se présente comme une mauvaise nouvelle pour les travailleurs agricoles se présente comme une opportunité pour les exploitations modestes qui peinent à subsister à leurs besoins indique le parlement britannique. L'intégration des robots dans les fermes ferait passer le secteur de l'âge de pierre à un secteur offrant de grandes carrières, y compris aux exploitants modestes.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1644512
Bien !!!

Et que feront les ouvriers viticoles et les bergers, du coup ???

Je suis sûr qu'il n'y en a pas un qui s'est posé la question,comme d'hab'...
Le #1644552
lebonga a écrit :

Bien !!!

Et que feront les ouvriers viticoles et les bergers, du coup ???

Je suis sûr qu'il n'y en a pas un qui s'est posé la question,comme d'hab'...


C'est prendre le problème à l'envers, comme beaucoup de gens font.

Si on a besoin d'ouvriers c'est pour produire de la nourriture. Si on peut le faire pour moins cher et surtout moins d'efforts alors c'est évident que ça vaut le coup.

Ensuite si ils se retrouvent au chômage c'est un problème politique et économique, mais il faudrait arrêter de prendre pour un problème ces améliorations technologiques.

Le problème ce n'est pas que le progrès technologique va trop vite, mais bien que le progrès social va trop lentement.
Le #1644682
100% d'accord avec Junior. Et puis il y a toujours au final la réduction du temps de travail, financable si la richesse est produite (par des robots), qui permet de donner du boulot à tous. Si on n'a pas de boulot, ce n'est pas à cause des robots mais parce que l'on n'a pas assez robotisé (donc que l'on n'est pas assez compétitif face à des pays dont le coût de la main d'oeuvre est bas) et parce que l'on partage mal la richesse produite. Le chômage servant notamment à calmer les revendications salariales des classes populaires.
Le #1644742
cycnus a écrit :

100% d'accord avec Junior. Et puis il y a toujours au final la réduction du temps de travail, financable si la richesse est produite (par des robots), qui permet de donner du boulot à tous. Si on n'a pas de boulot, ce n'est pas à cause des robots mais parce que l'on n'a pas assez robotisé (donc que l'on n'est pas assez compétitif face à des pays dont le coût de la main d'oeuvre est bas) et parce que l'on partage mal la richesse produite. Le chômage servant notamment à calmer les revendications salariales des classes populaires.


En fait même si je suis en grande partie d'accord avec toi je pense que le problème est un peu plus complexe.

Une des réflexion qu'il faut ce faire c'est que l'on mets en concurrence des travailleurs qui n'ont pas les mêmes armes pour ce battre. on trouve très choquant en France par exemple de faire travailler un ouvrier sans couverture social, dans une position inconfortable ou sur une machine sans organe de sécurité, par contre ca ne gène personne d'acheter des articles qui ont était produits a même le sol dans un vieux hangar délabré...
Mais bon il est déjà trop tard, c'est un problème qui aurait du être traité il y a 40 ans aujourd’hui on peu arrondir les angle mais rien de plus.

Ils faut donc ce concentrer sur d'autre vecteurs. des secteurs qui ne ce délocalise pas. Et la on tombe sur les secteurs de haute technologie et sur le service.et la y a beaucoup a faire...


Le #1644782
"Ce qui se présente comme une mauvaise nouvelle pour les travailleurs agricoles se présente comme une opportunité pour les exploitations modestes qui peinent à subsister à leurs besoins indique le parlement britannique."

Super le raisonnement.... Et l'agriculteur modeste, il va les payer comment ses robots?
Ou c'est juste un nouveau moyen de le faire couler plus rapidement pour que le gros exploitant d'à côté (qui est pote avec le ministre/préfet/maire, etc...) puisse racheter son exploitation pour une bouchée de pain?

"L'intégration des robots dans les fermes ferait passer le secteur de l'âge de pierre à un secteur offrant de grandes carrières, y compris aux exploitants modestes."

Ça sent le copier/coller direct de l'argumentaire commercial du fabriquant de robots...


Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]