Mille applications Apple portées sur Intel

Le par  |  7 commentaire(s) Source : InformationWeek
MacIntel

Depuis la bascule vers l'architecture Intel, Apple travaille d'arrache-pied à "convertir" ses applications pour les rendre compatibles avec ces nouveaux processeurs.

Depuis la bascule vers l'architecture Intel, Apple travaille d'arrache-pied à "convertir" ses applications pour les rendre compatibles avec ces nouveaux processeurs. Et atteint aujourd'hui un cap symbolique.

MacintelLorsqu'Apple Computer a décidé, l'an dernier, de se passer des services du trio IBM/Motorola/Freescale, il s'est tourné vers le leader mondial de la fabrication de processeurs, le Californien Intel. Le choix, pour anodin qu'il ait pu paraître aux yeux du grand public, présentait un véritable casse-tête sur le plan technique : Apple avait écrit le code-source de son système d'exploitation, MacOS X, et de toutes les applications qui lui étaient destinées, en fonction du type de processeur qu'il utilisait depuis des lustres, en l'occurrence le PowerPC d'IBM, mis à toutes les sauces, et affublé de différents patronymes en G-quelque-chose une fois implanté sous le capot des produits frappés de la pomme à moitié dévorée.

Dès lors, passer à une architecture Intel x86 s'annonçait comme une tâche ardue, et Apple allait avoir recours à un artifice, à savoir le passage par un logiciel de traduction d'instructions baptisé Rosetta, en mémoire de la célèbre pierre grâce à laquelle Jean-François Champollion réussit, au 19ème siècle, à déchiffrer les hiéroglyphes égyptiens. Seulement voilà : Rosetta, pour efficace qu'il soit, ralentit considérablement le fonctionnement de certaines applications, leur faisant perdre une des qualités unanimement reconnues des Macintosh, la rapidité.

Apple est conscient du problème, et met les bouchées doubles pour convertir ses applications, grandes ou petites, aux nouvelles plate-formes sur lesquelles elles sont désormais destinées à opérer. Et c'est avec une certaine fierté que Peter Oppenheimer, le responsable financier du constructeur californien, a annoncé que le cap des 1.000 logiciels ainsi réécrits pour Apple venait d'être franchi. Quelques programmes, et non des moindres, comme Adobe Photoshop, sont encore en suspens, et doivent donc passer par la moulinette Rosetta avant de s'afficher sur l'écran des nouveaux Macintosh.

En marge de ce nombre symbolique, Oppenheimer a également rappelé, à mots couverts, que les MacIntel laisseraient bien fonctionner Microsoft Windows de manière virtuelle, sans toutefois éclaircir la question qui brûlent toutes les lèvres : Apple fera-t-il tout ce qui est en son pouvoir pour faciliter cette installation autrefois considérée comme contre nature.

Enfin, faisant référence aux récentes menaces contre Mac OS X montrées du doigt ici et là, Oppenheimer les a qualifiées de "sans danger", indiquant qu'elles n'auraient qu'un "impact négligeable".

C'est beau, la confiance...
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #91995
Deuxième paragraphe :
"un logiciel de traduction d'instructions baptisé wiki" tu voulais dire Rosetta '
Le #91999
J'ai corrigé... bizarre, bizarre...
Le #92005
Un labsus révélateur ''
Le #92074
Que nenni !
Le #92102

C'est beau, la confiance...


Le concours de sécurité sur Mac OS X est terminé.
http://www.osnews.com/story.php'news_id=13910
Je cite:
"The response has been very strong; traffic to the host spiked at over 30 Mbps. Most of the traffic, aside from casual web visitors, was web exploit scripts, ssh dictionary attacks, and scanning tools such as Nessus. The machine was under intermittent DoS attacks. During the two brief periods of denial of service, the host remained up. The test machine was a Mac mini (PowerPC) running Mac OS X 10.4.5 with Security Update 2006-001, had two local accounts, and had ssh and http open with their default configurations. There were no successful access attempts during the 38 hour duration of the test period."
Le #92217
pelo_is_still_here : read this...

http://www.theinquirer.net/'article=30158

En plus, le pauvre gars risque de se faire lourder...
Le #92344
LE but était de prouvé qu'on ne pouvait pas hacker un mac mini en 30 min, c'est fait. Il est resté connecté 30 h
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]