Arcep : les opérateurs mobiles investissent dans leur réseau mais sont en retrait dans les zones peu denses

Le par  |  0 commentaire(s)
Arcep-logo

Comme prévu, l'Arcep publie son premier rapport sur l'investissement des opérateurs mobiles dans leur réseau et constate des efforts mais aussi certaines disparités.

Arcep-logoL'Arcep diffuse son premier rapport annuel sur l'effort d'investissement des opérateurs mobiles, en vue de vérifier si ces derniers suivent des stratégies d'investissement compatibles avec les obligations de couverture inscrites dans leur licence d'exploitation des fréquences mobiles.

Du fait des possibilités d'itinérance entre les opérateurs, des doutes ont été émis vis à vis de certains opérateurs soupçonnés de profiter un peu trop largement du réseau d'autrui. Le gouvernement ne voulant pas voir de "passager clandestin" sur le marché mobile français, le régulateur des télécommunications a reçu pour mission de faire un point annuel sur les investissements des opérateurs dans leur réseau.

Pour ce premier rapport, l'Arcep note que les opérateurs font état d'"investissements stables et importants" sur leurs réseaux 2G, 3G et 4G, avec un niveau de 2,2 milliards d'euros en 2014. Sur la 4G, objet de toutes les attentions, le régulateur note que le déploiement se fait à un rythme beaucoup plus rapide que dans le cas de la 2G et de la 3G.

On notera cependant qu'il a démarré plus tard que d'autres zones géographiques (USA, Asie...) et que la rapidité de ce déploiement est aussi une façon d'éviter de risquer de se voir durablement distancer et d'arriver par la suite en retard sur la 5G.

Le rapport de l'Arcep confirme également le retard accumulé par SFR dans le déploiement de son réseau. Au mois de juillet 2015, le deuxième opérateur français par le nombre de clients était cependant le dernier en terme de couverture 4G, avec 39% de couverture de la population et 3% seulement du territoire.

4G reseau couverture arcep

La couverture effective de SFR est en réalité plus importante, ce dernier s'appuyant en partie sur le réseau de Bouygues Telecom. Free Mobile, arrivé seulement en 2012 et cible principale des critiques qui ont notamment conduit à l'instauration du rapport annuel de l'Arcep, est crédité de 52% de couverture 4G en propre pour la population et 18% pour le territoire.

Devant, Orange et Bouygues Telecom avaient tous les deux dépassé les 70% de couverture de la population en juillet 2015.

4G couverture zones peu denses arcep

Le rapport met en avant un autre point qui méritera une surveillance particulière : la couverture en 4G des zones les moins denses. Les trois opérateurs Orange, SFR et Bouygues Telecom (Free n'est pas concerné, ne possédant pas de fréquences en bande 800 MHz) sont tenus d'atteindre une couverture de 40% d'ici janvier 2017 et le rapport met en évidence que seul Orange est sérieusement avancé dans ce projet.

Enfin, l'Arcep rappelle qu'elle suivra avec attention la fin des zones blanches avec la couverture en 2G des centre-bourgs à fin 2016 et en 3G pour mi-2017, ce qui concerne une liste de 2000 communes.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]