Passer le bac tout en ayant un accès internet, si si c'est possible !

Le par  |  9 commentaire(s) Source : Huffingtonpost
bac 2014 AFP

Si en France, cette année encore les épreuves du Bac ont été perturbées par quelques fuites sur Internet, au Danemark, on envisage de faire entrer la toile plus largement dans l'examen.

Le ministère de l'Éducation Danois souhaite ainsi impliquer encore un peu plus Internet dans l'examen du Baccalauréat.

resultats-bacPremier pays à avoir autorisé l'accès à Internet lors de certains examens dès 2010, le Danemark souhaite ainsi faire évoluer les épreuves, les façons de travailler, de réfléchir aux meilleures façons d'arriver à la production d'une réponse, de mettre en oeuvre la meilleure logique de recherche avec l'ensemble des outils aujourd'hui disponibles auprès de tous : l'immense base de connaissances que représente Internet.

Proposé en tant que programme pilote auprès d'une poignée d'établissements, l'accès à Internet pendant les épreuves devrait se généraliser progressivement.

Steen Lassen explique ainsi que les examens " sont faits pour tester les compétences. Les étudiants doivent utiliser la théorie et les méthodes plutôt que les répéter." " Autoriser l'accès à Internet n'est pas une révolution, mais plutôt une évolution. Les réponses n'existent pas sur Internet dans leur forme finale, prêtes à être copiées-collées."

Seule restriction du côté de l'utilisation d'Internet pendant les épreuves : le recours aux messageries diverses permettant de communiquer avec d'autres personnes, élèves ou éventuellement aide extérieure.

"La plupart des lycéens viennent à l'école avec leur ordinateur portable. C'est très difficile, voire impossible de ne pas avoir d'ordinateur, on en a besoin pour nos devoirs" partage Malene Nyborg, présidente de l'association des lycéens danois.

Et pour les élèves qui n'auraient pas les moyens de s'offrir un ordinateur portable, les établissements organisent des prêts. Dans le pays, 87% des foyers sont équipés d'un ordinateur, et 86 % auraient accès à Internet.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Anonyme
Le #1813043
Le Bac ne servant aujourd'hui à rien et n'ayant quasi plus aucune valeur, ça pourrait en effet être une bonne idée de le faire évoluer à défaut de le supprimer.
Le #1813045
La notion même de l'aide technologique dans les études, nous ouvre toutes grandes les portes sur un vaste débat ....
Quand j'étais enfant, et à l'école primaire plus particulièrement, combien de fois il était dit d'apprendre par cœur les tables d'additions, soustractions, multiplications, et de divisions, l'aide d'une simple calculatrice était prohibée !
Aujourd'hui, les calculatrices sont autorisés, y compris dans le cadre de certains examens.
Avec tous les moyens informatiques et technologiques mis à disposition des étudiants, et ensuite dans le milieu professionnel, on ne peut difficilement concevoir un travail uniquement avec les connaissances humaines, tout ce fait rapidement et par informatique.
Par exemple, avant, un architecte faisait un plan par écrit, calculait ses côtes au millimètre près, se faisait aider d'un dessinateur industriel si besoin.... aujourd'hui, l'architecte travaille sur son PC, son logiciel adapté lui facilite le travail, plus de perte de temps sur des plans savamment calculés, plus besoin d'aide d'un autre intervenant.
Les données principales sont numérisées ... le PC fait le reste !!!
La société avance, et très vite ....
on doit donc vivre et produire avec les moyens existants !
Le #1813049
DeepBlueOcean a écrit :

La notion même de l'aide technologique dans les études, nous ouvre toutes grandes les portes sur un vaste débat ....
Quand j'étais enfant, et à l'école primaire plus particulièrement, combien de fois il était dit d'apprendre par cœur les tables d'additions, soustractions, multiplications, et de divisions, l'aide d'une simple calculatrice était prohibée !
Aujourd'hui, les calculatrices sont autorisés, y compris dans le cadre de certains examens.
Avec tous les moyens informatiques et technologiques mis à disposition des étudiants, et ensuite dans le milieu professionnel, on ne peut difficilement concevoir un travail uniquement avec les connaissances humaines, tout ce fait rapidement et par informatique.
Par exemple, avant, un architecte faisait un plan par écrit, calculait ses côtes au millimètre près, se faisait aider d'un dessinateur industriel si besoin.... aujourd'hui, l'architecte travaille sur son PC, son logiciel adapté lui facilite le travail, plus de perte de temps sur des plans savamment calculés, plus besoin d'aide d'un autre intervenant.
Les données principales sont numérisées ... le PC fait le reste !!!
La société avance, et très vite ....
on doit donc vivre et produire avec les moyens existants !


L'apprentissage des maths laisse et laissait a desirer. Notamment le par coeur pour les tables (add, mult). Ca n'explique rien, j'y vois meme une dette intellectuelle en devenir; des qu'on demandera aux enfant de jouer avec les nombres ils seront perdus. Cela dit savoir apprendre par coeur est une necessite, c'est un effort qui peut paraitre absurde, mais d'un cela temoigne d'un investissement mental qui garanti un minimum de changement dans le cerveau en question, d'autre part il permet, une fois fait, de reflechir a un niveau d'abstraction superieur, sans se soucier des elements de bases qui sont devenus admis et seconde nature.

Je suis extremement sceptique a l'importance de l'informatique dans l'apprentissage (pourtant ex-fetichiste des technologies, du virtuel, du numerique et informaticien). Il y'a du bon parfois (les cours de khan academy, pour gommer certains ecueils socio-affectif : honte, pression, difference de rythmes). Suivi/tracabilite des competences de chaque eleve facilite. Et peut etre la gamification de l'apprentissage (theorie du velo) qui a ete amplifiee via les jeux videos.

Le langage et l'effort personnel sont necessaires et suffisants pour un epanouissement intellectuel utile a tous.
Le #1813057
agumonkey >>>bien d'accord !!!!!
Le #1813106
"C'est très difficile, voire impossible de ne pas avoir d'ordinateur, on en a besoin pour nos devoirs"


Haha....

Même dans des filières purement informatique / études supérieures, c'est pas le cas, alors au lycée....


Sinon, dans beaucoup d'études supérieures, tous les documents sont autorisés lors des examens (on considère qu'une fois dans le milieu professionnel, on demandera pas aux gens du par cœur, mais de savoir avoir l'information, peu importe si c'est de mémoire, en allant fouiller dans la doc officielle, un autre livre, internet, ...., sachant en plus qu'une personne qui ne connait "rien" va perdre un temps fou à trouver ce qu'il cherche, et ne pourra de toute façon pour finir l'ensemble des questions correctement pour avoir une bonne note)


Le #1813132
agumonkey a écrit :

DeepBlueOcean a écrit :

La notion même de l'aide technologique dans les études, nous ouvre toutes grandes les portes sur un vaste débat ....
Quand j'étais enfant, et à l'école primaire plus particulièrement, combien de fois il était dit d'apprendre par cœur les tables d'additions, soustractions, multiplications, et de divisions, l'aide d'une simple calculatrice était prohibée !
Aujourd'hui, les calculatrices sont autorisés, y compris dans le cadre de certains examens.
Avec tous les moyens informatiques et technologiques mis à disposition des étudiants, et ensuite dans le milieu professionnel, on ne peut difficilement concevoir un travail uniquement avec les connaissances humaines, tout ce fait rapidement et par informatique.
Par exemple, avant, un architecte faisait un plan par écrit, calculait ses côtes au millimètre près, se faisait aider d'un dessinateur industriel si besoin.... aujourd'hui, l'architecte travaille sur son PC, son logiciel adapté lui facilite le travail, plus de perte de temps sur des plans savamment calculés, plus besoin d'aide d'un autre intervenant.
Les données principales sont numérisées ... le PC fait le reste !!!
La société avance, et très vite ....
on doit donc vivre et produire avec les moyens existants !


L'apprentissage des maths laisse et laissait a desirer. Notamment le par coeur pour les tables (add, mult). Ca n'explique rien, j'y vois meme une dette intellectuelle en devenir; des qu'on demandera aux enfant de jouer avec les nombres ils seront perdus. Cela dit savoir apprendre par coeur est une necessite, c'est un effort qui peut paraitre absurde, mais d'un cela temoigne d'un investissement mental qui garanti un minimum de changement dans le cerveau en question, d'autre part il permet, une fois fait, de reflechir a un niveau d'abstraction superieur, sans se soucier des elements de bases qui sont devenus admis et seconde nature.

Je suis extremement sceptique a l'importance de l'informatique dans l'apprentissage (pourtant ex-fetichiste des technologies, du virtuel, du numerique et informaticien). Il y'a du bon parfois (les cours de khan academy, pour gommer certains ecueils socio-affectif : honte, pression, difference de rythmes). Suivi/tracabilite des competences de chaque eleve facilite. Et peut etre la gamification de l'apprentissage (theorie du velo) qui a ete amplifiee via les jeux videos.

Le langage et l'effort personnel sont necessaires et suffisants pour un epanouissement intellectuel utile a tous.


Je suis d'accord avec toi. le travail de la mémoire est très importante lors de l’apprentissage des maths. Maintenant va demander à un élevé de faire une division sans sa calculette il est perdu.
Le #1813149
Quoiqu'il en soit, un ordinateur est la porte ouverte à la triche.
Pour contourner les contrôle d'accès à internet mis en place pour l'examen, une clé 3G intégrée ou collée sur un port USB, permettant l'envoi du sujet pris en photo par la webcam intégrée.
Puis, toujours par la 3G, il serait possible de recevoir de l'aide extérieure, et afficher les réponses sur son écran, voire le système d'écran externe à cristaux liquides trafiqué avec les lunettes magiques polarisantes.

"Respectons nos parents. Ils ont réussi à l'école sans Google ni Wikipédia.".

Le #1814041
L'application magique pour les maths: le résolveur d'équation
http://vimeo.com/109405701

Le #1827014
micropastis a écrit :

agumonkey a écrit :

DeepBlueOcean a écrit :

La notion même de l'aide technologique dans les études, nous ouvre toutes grandes les portes sur un vaste débat ....
Quand j'étais enfant, et à l'école primaire plus particulièrement, combien de fois il était dit d'apprendre par cœur les tables d'additions, soustractions, multiplications, et de divisions, l'aide d'une simple calculatrice était prohibée !
Aujourd'hui, les calculatrices sont autorisés, y compris dans le cadre de certains examens.
Avec tous les moyens informatiques et technologiques mis à disposition des étudiants, et ensuite dans le milieu professionnel, on ne peut difficilement concevoir un travail uniquement avec les connaissances humaines, tout ce fait rapidement et par informatique.
Par exemple, avant, un architecte faisait un plan par écrit, calculait ses côtes au millimètre près, se faisait aider d'un dessinateur industriel si besoin.... aujourd'hui, l'architecte travaille sur son PC, son logiciel adapté lui facilite le travail, plus de perte de temps sur des plans savamment calculés, plus besoin d'aide d'un autre intervenant.
Les données principales sont numérisées ... le PC fait le reste !!!
La société avance, et très vite ....
on doit donc vivre et produire avec les moyens existants !


L'apprentissage des maths laisse et laissait a desirer. Notamment le par coeur pour les tables (add, mult). Ca n'explique rien, j'y vois meme une dette intellectuelle en devenir; des qu'on demandera aux enfant de jouer avec les nombres ils seront perdus. Cela dit savoir apprendre par coeur est une necessite, c'est un effort qui peut paraitre absurde, mais d'un cela temoigne d'un investissement mental qui garanti un minimum de changement dans le cerveau en question, d'autre part il permet, une fois fait, de reflechir a un niveau d'abstraction superieur, sans se soucier des elements de bases qui sont devenus admis et seconde nature.

Je suis extremement sceptique a l'importance de l'informatique dans l'apprentissage (pourtant ex-fetichiste des technologies, du virtuel, du numerique et informaticien). Il y'a du bon parfois (les cours de khan academy, pour gommer certains ecueils socio-affectif : honte, pression, difference de rythmes). Suivi/tracabilite des competences de chaque eleve facilite. Et peut etre la gamification de l'apprentissage (theorie du velo) qui a ete amplifiee via les jeux videos.

Le langage et l'effort personnel sont necessaires et suffisants pour un epanouissement intellectuel utile a tous.


Je suis d'accord avec toi. le travail de la mémoire est très importante lors de l’apprentissage des maths. Maintenant va demander à un élevé de faire une division sans sa calculette il est perdu.


La faute a la fausse pedagogie mathematique en place. Une division n'est qu'une soustraction repetee. La mecanique qu'on leur apprends (algorithme sur papier) obscurcit ce simple fait en encodant des math formelles dans une syntaxe (la presentation et l'ordre d'ecriture des resultats intermediaires). Ceux qui arrivent a le retenir rapidement se sentiront dans la comprehension (probablement erronnee) et les autres iront faire du francais.

#1anplustard
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]