Boeing fait confiance à Linux pour ses programmes militaires

Le par  |  32 commentaire(s)
Boeing P-8A chasseur de sous-marins Wind River Linux

Dans le monde de l'industrie, les succès remportés par les systèmes d'exploitation Linux sont nombreux, même s'ils sont rarement médiatisés.

Dans le monde de l'industrie, les succès remportés par les systèmes d'exploitation Linux sont nombreux, même s'ils sont rarement médiatisés. Une exception aujourd'hui, avec l'accord signé entre l'avionneur américain Boeing et son compatriote Wind River, autour de la fourniture de l'équipement informatique à bord du futur avion de lutte anti-sous-marine développé à Seattle.


Linux s'envoie en l'air...
Les vénérables Lockheed P-3C Orion à turbo-propulseurs de l'US Navy qui chassent actuellement les sous-marins sur tous les océans du globe vont bientôt pouvoir prendre leur retraite, car Boeing devrait progressivement les remplacer dans l'inventaire militaire américain, avec son P-8A (le P signifie "Patrol", patrouilleur) illustré ci-dessous, et dérivé de son modèle commercial 737. Au delà de l'anecdote, on retiendra surtout qu'une firme spécialisée dans les logiciels embarqués, l'Américain Wind River, a été choisie par la firme de Seattle pour équiper en logiciels de traitement de signaux accoustiques ses futurs chasseurs de sous-marins.



Une forme de reconnaissance
Linux s'est déjà imposé dans de nombreux secteurs de l'industrie, le plus souvent dans le domaine civil, notamment en raison de la compacité de ses systèmes : selon les spécialistes, il suffit de 4Mo d'espace disque pour accueillir un noyau Linux fonctionnel (2.6.14 dans le cas qui nous intérese aujourd'hui), un système de fichiers et les pilotes logiciels ou matériels nécessaire à son opération. Imbattable. Pour Wind River, cette proposition militaire est la première manifestation d'une volte-face sur le plan commercial ; jusqu'à maintenant, la firme, basée à Alameda, en Californie, mettait plutôt en avant son système d'exploitation propriétaire VxWorks, réservant ses offres basées sur Linux à ses clients les moins fortunés et/ou les moins exigeants. Il semble que le cahier des charges imposé par Boeing ait motivé ce changement d'attitude, car l'avionneur américain entendait, pour des raisons de sécurité, garder la maîtrise d'ouvrage sur le déploiement de ces logiciels de traitement de signaux. L'accès au code-source des programmes concernés devrait rassurer les ingénieurs du premier (ou second, on ne sait plus très bien...) avionneur mondial.


La vie continue
Wind River, de son côté, renouvelle son soutien à l'open-source en général, et à Linux en particulier, en mettant à disposition de la fondation Eclipse plus de 300.000 lignes de codes dans des domaines divers. Parallèlement, l'éditeur californien continue de faire évoluer ses logiciels propriétaires, dont le célèbre Workbench, pour lequel les tarifs s'échelonnent désormais de 4.000 à 11.000 dollars US par copie.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 4

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #122334
Décidemment linux en systéme embarqué a le vent en poupe... Très bien tout ca...
Le #122342
linux est depuis tres tres longtemps un acteur leader dans le monde des systems embarqué. (systeme de radio guidage francais par exemple)
Le #122344
l faut dire que combien de noyeau tiennent dans 4 méga tout en étant efficace '
Le #122352
Vaut mieux un Linux qu'un Windaube pour la sécurité
Le #122364
Connait-on la taille du noyau de Vista '
Le #122367
Une petite idée ici, ericle :

http://www.linuxhq.com/kernel/
Le #122370
Oups, j'a pas bien lu, meuah... Je digère encore ma migration...
Le #122371
Quand je cois des "Très bien tout ca", je me demande qu'est-ce qui vous fait dire ça...

"Vaut mieux un Linux qu'un Windaube pour la sécurité"
Windaube ' Connait pas... Je connais un Windows par contre et tout ce que je peux dire, c'est que ces OS se valent quand on sait les configurer ce qui je pense est le cas chez boeing.
Le #122373
Heu luchy, ils ne prendraient pas le risque de se retrouver avec un BSOD windows sur un avion...
Ils utilisent quelque chose dont ils connaissent les sources, ce qui est le mieux quand on veut sécuriser, d'ou linux ou leur os propriétaire.
Windows c'est bien pour des trucs en charge des hotesses de l'air, pas pour un truc vital.
Le #122375
lol...

Si ils passent à Linux, ça sous-entend qu'ils étaient sous autrechose non '

Une bonne partie de l'administration de l'armée est encore sous WIndows avec des informations qui transitent parfois très sensible.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]