Martin Bouygues : pas de pression du gouvernement pour refuser l'offre de Numericable-SFR

Le par  |  3 commentaire(s) Source : AFP
martin bouygues

Bouygues Telecom a donc refusé l'offre de Numericable-SFR mais Martin Bouygues assure qu'il n'a pas agi sous la pression du gouvernement, plutôt hostile à une nouvelle phase de consolidation.

Bouygues-Telecom-nouveau-logoLe ministre de l'Economie Emmanuel Macron s'était montré hostile à l'hypothèse d'un retour à trois opérateurs en suggérant que ces derniers feraient mieux de s'intéresser aux investissements pour leurs réseaux.

Quand un éventuel rachat de Bouygues Telecom par Numericable-SFR s'est précisé ce week-end, les voix au sein du gouvernement ont été nombreuses pour mettre en avant les points négatifs d'une telle alliance (investissement, emploi, remontée des prix) alors que les investisseurs et spéculateurs faisaient flamber les cours en bourse des valeurs télécom.

Bouygues Telecom a finalement refusé la proposition (un peu trop ?) alléchante de Numericable-SFR et Martin Bouygues a indiqué qu'"il n'y a pas eu de pression politique" dans cette décision même s'il a rencontré le président François Hollande ce mardi.

Il a exprimé des doutes sur la qualité de l'offre d'Altice, actionnaire de Numericable-SFR et sur sa capacité à gérer à la fois la fusion et les remèdes nécessaires pour préserver le jeu de la concurrence. Il s'est par ailleurs étonné de voir Patrick Drahi et Xaviel Niel, qui se détestent cordialement, se retrouver "bras dessus bras dessous dans cette affaire" en vue de dépecer Bouygues Telecom.

La voie du standalone, à savoir Bouygues Telecom restant indépendant sur le marché, reste donc d'actualité. La filiale s'est restructurée et joue l'argument du prix dans le fixe et le mobile pour conquérir de nouveaux clients.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1846650

Martin qui la joue au grand patron paternaliste !

Les employés n'ont pas été drahis
Le #1846706
Misstigry a écrit :

Martin qui la joue au grand patron paternaliste !

Les employés n'ont pas été drahis


Surtout que BT aurait mérité de mettre la clé sous la porte après tous les coups de personnes à petites morales mais avec beaucoup d'argent dans le porte-monnaie qu'ils ont fait.

Non pas que je défende spécialement Free, mais leur mettre des bâtons dans les roues et les critiquer alors même que BT quand il s'est lancé bien après SFR et Orange avait bénéficié (pour l'époque) de droit similaire à l'exception d'un réseau partenaire.

Mais entre cette époque où la téléphonie mobile démarrait doucement et 2012 où c'est quasi systématique que chacun a un mobile, il fallait bien éviter que Free ne se limite qu'à ses antennes alors qu'il avait des difficultés à trouver des sites "je veux pouvoir être joint et joindre avec mon mobile mais hors de question d'avoir une antenne relai près de moi".
Même si Free aurait pu éviter de traiter ouvertement de voleur les trois autres. C'est vrai mais il y a des choses qu'il vaut mieux garder sous le radar à l'image de Virgin Mobile et ses publicités peu avant "arrêtez de vous faire tondre".

Bref, si BT avait pu être coulé par Free, je me serais bien fendu la poire. Cela aurait été mérité. le problème aurait été pour les employés qui n'y sont pour rien des conneries de leur dirigeant et du conseil d'administration.
Le #1846772
Pas de pression politique ; juste un peu de "conseils" de la finance.........
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]