BSA : bilan sur le piratage logiciel en 2004

Le par  |  27 commentaire(s) Source : BSA
logo BSA

Une récente étude du célèbre BSA ( Business Software Alliance ) nous dévoile les chiffres du piratage de logiciels en 2005 2004.

Une récente étude du célèbre BSA ( Business Software Alliance ) nous dévoile les chiffres du piratage de logiciels en 2005 2004. Oui, ce sont bien les chiffres de l'année 2004. Mais les résultats reflètent tout de même les tendances actuelles du phénomène.

Logo bsaLe piratage de logiciel doit être aussi vieux que le logiciel lui-même. La BSA a justement pour mission de surveiller cette pratique surtout du côté des entreprises qui sont encore nombreuses à recourir à la copie de leurs outils de production. Une campagne de prévention a même été mise en place il y a quelques années. Les résultats sont-ils à la hauteur des actions engagées ' Pas vraiment. En France, le piratage est encore considéré par une bonne partie de leurs auteurs comme une pratique " naturelle ". Cette étude n'avait pas pour seul objectif d'apporter des solutions, mais également de mettre au jour l'ampleur du phénomène.

Cette seconde étude annuelle BSA/IDC sur le piratage de logiciels couvre 87 pays et porte sur les applications professionnelles, les systèmes d’exploitation, les logiciels grand public et les logiciels produits par des éditeurs locaux. Par rapport à 2003, le taux de piratage a un peu baissé mais représente quand même quelques 35 % des logiciels dans le monde, soit une perte pour les éditeurs estimée à environ 33 milliards de dollars.

Tableau bsa

Ce que révèle également cette étude, c'est que si le taux de piratage baissait, il génèrerait autant de créations d'emplois dans le secteur informatique. En France, un recul de 10 % du piratage correspondrait à une croissance de 36 % au lieu des 27 % prévus.

Rappelons qu'en avril 2004, l'Union européenne a adopté une directive relative aux mesures et procédures visant à assurer le respect des droits de propriété intellectuelle. Ce texte fixe les outils et les règles à utiliser par les États membres pour protéger et soutenir leurs industries. Il devrait rentrer en application en avril 2006.

°°°°°°°

Lire la synthèse de cette étude de la BSA ( PDF ).

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 3

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #77797
J'ai envie de Troller un coup mais non je me retiendrais
Le #77798
Pour payer les licences s'il n'y avait pas de piratage, les entreprises seraient bien obligés de dégager des fonds quelque part... Et les premiers à sauter, ce sont les employés.
Alors l'équation moins de piratage = plus d'emploi, très franchement je ne suis pas convaincu.

C'est un argument à la con et les editeurs le savent très bien.
Le #77802
L'équation c'est plutot :

Actionnaires pas contents = on licencie
Le #77806
C'est pénible ces raccourcis!
Comme si les logiciels utilisés en "pirate" seraient achetés !!

En général, on en pirate quelques-uns mais on en achète d'autres, ou au moins on fait des dépenses connexes
Si on n'avait aucune possibilité de pirater, on ne ferait peut-être pas du tout de micro informatique et on n'achèterait rien du tout
Le #77810
"Si on n'avait aucune possibilité de pirater, on ne ferait peut-être pas du tout de micro informatique et on n'achèterait rien du tout"
La je suis d'accord, quel sont les gens qui ont un XP, un pack Office, Winrar plus le reste, d'enregistré '
Presque personne ' m'étonne pas, vu le prix
Le #77811
Ce que tu as dit brindemail j'y pense depuis des années mais il se trouve que jamais personne n'en parle.
Je lis de nombreuses revues informatiques aussi bien papier que web. Par exemple tout ce qui est repris par Phoenix. Je suis avec une vigilance particulier tout ce qui parait sur le sujet. Aussi bien les poursuites que les systemes de defenses. Sans oublier les associations et ce que disent les deputes.
Eh bien le fait que les chiffres donnés puissent etre totalement faux ne parait JAMAIS.
En effet, tout le monde croit..ou plutot fait semblant de croire..que tout les logiciels pirates pour disons 1 milliard de $ privent les entreprises d' 1 milliard.
Mon cul oui ! Il y a une part non negligeable de x% qui n'auraient JAMAIS été achetes. Les entreprise seraient en effet obligees d'acheter leurs outils mais les particuliers '
Ce genre de statistiques n'apparait jamais, on n'en parle jamais dans les pour la repression et helas pas non plus dans les contre la repression.
Je me demande d'ou vient cet espece d'aveuglement volontaire ou involontaire des pro licence globale par exemple. Si on lit leurs propositions, ils ne remettent pas en question les chiffres piratage = manque a gagner identique.
Et il y a 10 ans alors que j'etais provider pour un groupe de h....Amiga on peut en parler...c'etait deja comme ça. Tilt donnait le manque a gagner mais ne faisait pas non plus la part du " si pas piraté pas acheté".
Pourquoi ' Alors ça , ça me troue le cul.
Omerta complete ou quoi '
Le #77820
+1 bigbernie, c'est dommage pas grand monde fait la difference entre perte potentiel et perte reel
Le #77825
Pas de logiciels -->pas de micro--->pas d'internet---->pas de FAI--->pas de sites--->pas de publicité---->moins d'achats---->moins de PIB--->moins de travailleurs---->moins de ressources---->moins de logiciels---->.......
Le #77827
Mon premier ordi je l'ai acheté parce que je savais que je pouvais avoir office gratos et quelques jeux gratos sinon il n'aurait jamais été acheté.
Le #77831
dapres ce comparatif de 2003 et 2004, on retiendra donc que le prix des logiciels ne cesse d'augmenter
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]