Zephyr : le contrôle parental de MySpace arrive

Le par  |  0 commentaire(s)
myspace.png

Selon cette information du Wall Street Journal ( WSJ ) relayée par Reuters, les parents des jeunes internautes surfant sur MySpace auront la possibilité d'utiliser ce logiciel nommé Zephyr pour déterminer quels nom, âge et lieu de domicile donnent leurs enfants sur leurs comptes MySpace.

Selon cette information du Wall Street Journal ( WSJ ) relayée par Reuters, les parents des jeunes internautes surfant sur MySpace auront la possibilité d'utiliser ce logiciel nommé Zephyr pour déterminer quels nom, âge et lieu de domicile donnent leurs enfants sur leurs comptes MySpace.

Le journal indique cependant que l'application ne permettra pas aux parents de lire les emails de leurs enfants échangés via la plate-forme. Avec la transparence pour objectif, les ados seront alertés quant au fait que leurs informations pourront être divulguées à leurs parents.


La vie privée en question

Cette annonce fait suite à une volonté de la part de 33 avocats généraux d'envisager des attaques en justice contre MySpace si le portail US ne réhausse pas la limite d'âge pour s'inscrire de 14 à 16 ans et s'il ne met pas en place la vérification de l'âge des membres. Une éventuelle affaire judiciaire n'étant pas vraiment une bonne publicité pour MySpace, on comprend aisément la volonté de calmer les esprits avec ce Zephyr.

D'après Reuters, parmi les critiques les plus fréquentes à l'encontre de MySpace, il lui est reproché de laisser les plus jeunes ados rentrer des informations trop précises faisant d'eux/d'elles des proies faciles pour les détraqués sexuels.

Seulement, le logiciel Zephyr soulèverait également la question complexe de la vie privée de l'internaute. Si jamais une autre personne que les parents accédait à cette application, elle pourrait aisément suivre l'activité de l'adolescent. C'est d'ailleurs pour une raison de respect de la vie privée de l'internaute que deux autres réseaux communautaires, Facebook et Xanga, ont refusé de se joindre à MySpace. Selon le WSJ, Google, Yahoo, Microsoft et AOL n'ont pas encore indiqué si ils se joindraient ou non aux efforts du site Web.

Notons enfin que MySpace a mis en place au mois de décembre, en association avec 46 Etats, une base de données nationale de 550 000 détraqués sexuels déjà connus des autorités avec pour but de les expulser hors de MySpace.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]