Le créateur d'un site de vengeance porno risque 24 années de prison

Le par  |  1 commentaire(s) Source : The Verge
porn vine

La vengeance pornographique est un phénomène dont l'évolution a largement profité de la multiplication des accès à Internet. Et les gouvernements luttent désormais contre ce fléau, souhaitant faire quelques exemples. C'est sans doute ce qui attend le créateur d'un site spécialisé dans le domaine, qui risque aujourd'hui 24 ans de prison.

Kevin Bollaert, un jeune américain de 28 ans est récemment passé devant les tribunaux pour avoir créé un site spécialisé dans la vengeance porno (porn revenge). Le site proposait à quiconque le souhaitait de publier des photos intimes de son compagnon ou de sa compagne, dans le but de l'atteindre moralement.

Huccio porno 4K UHD Il aura fallu environ 20 minutes pour lire l'ensemble des 31 chefs d'accusation pour lesquels Kevin Bollaert a été reconnu coupable ce 2 février 2015. Il a, entre autres, été reconnu coupable de recel d'identité et vol de données entrainant la publication de plus de 10 000 photos à caractère pornographique.

Son site, ugotposted.com, a été créé en décembre 2012. Il s'est spécialisé dans l'atteinte morale en ligne, puis qu'il ne s'agissait pas simplement de partager des photos de façon anonyme, les clichés étaient accompagnés de l'identité affichée en claire des personnes photographiées, ainsi que leur adresse, leur âge et des liens vers leurs profils respectifs sur Facebook. Le ministre de la Justice de Californie a déclaré que le site " a fait de l'humiliation publique et de la trahison une marchandise ayant le potentiel de dévaster des vies."

En marge de ce premier site, Kevin Bollaert avait également créé une seconde plateforme, baptisée Changemyreputation.com. Le site proposait ainsi aux victimes de cybervengeance et notamment sur UgotPosted, de payer quelques dollars ( jusqu'à 350 dollars en fonction des cas) pour voir les photos compromettantes disparaitre. Une petite affaire qui lui aurait rapporté quelques dizaines de milliers de dollars, et qui s'apparente à de l'extorsion.

Pendant tout le procès, il aura misé sur la section 230 du Communication Decency Act qui indique que l'hébergeur n'est pas responsable des photos ou vidéos mises en ligne. Néanmoins, une loi adoptée en octobre 2013 par la Californie a permis de le faire condamner. La condamnation a été mise en délibéré, il risque jusqu'à 24 années de prison.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1831795
C'est quand même la moindre des choses de la prison. La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]