Cybersurveillance : les mercenaires occidentaux du numérique

Le par  |  0 commentaire(s)
Eagle

Reporters Sans Frontières dresse une liste de cinq mercenaires de l'ère digitale dont les technologies sont utilisées par des pays autoritaires pour de la cybersurveillance active et intrusive. Des solutions émanant d'entreprises occidentales.

À l'occasion de la Journée mondiale contre la cybercensure, Reporters Sans Frontières publie son traditionnel classement des ennemis de l'Internet. Une nouveauté pour l'édition 2013 est un Top 5 des pays adeptes de cybersurveillance active et intrusive à des visées de contrôle de la diffusion de l'information et " permettant de graves violations de la liberté de l'information et des droits de l'homme ". Figurent dans ce Top la Syrie, la Chine, l'Iran, le Bahreïn et le Vietnam.

RSF-ennemis-internetCes pays agissent en se fournissant en technologies auprès de ce que RSF nomme des " mercenaires de l'ère digitale ". Cinq entreprises occidentales sont ainsi pointées du doigt pour la vente à des autorités de technologies qui ont été ou sont utilisées : Gamma ( Royaume-Uni ), Trovicor ( Allemagne ), Hacking Team ( Italie ), Amesys ( France ) et Blue Coat ( États-Unis ).

Amesys est une filiale du groupe Bull. L'année dernière, une information judiciaire a été ouverte à son encontre pour la fourniture en Libye d'une technologie de surveillance informatique utilisée par Mouammar Kadhafi pour espionner les opposants au régime. Une vente opérée en 2007 alors que Amesys a rejoint Bull en 2010.

En cause, le système EAGLE qui a finalement été cédé cette année à une société tierce. RSF explique que ce système se base sur une technologie de Deep Packet Inspection et peut analyser tous les types d'activités liées au Web.

Parmi les sociétés ennemies d'Internet listées par RSF, l'association n'a obtenu un retour que de Hacking Team pour son implication au Maroc. La société italienne commercialise une solution de Remote Control System dénommée DaVinci. Elle est capable de casser du chiffrement et permet à des autorités de surveiller des fichiers et emails chiffrés dont avec PGP, ainsi que Skype et d'autres protocoles de VoIP.

" Nous prenons des précautions pour nous assurer que nos logiciels ne sont pas détournés et, le cas échéant, nous menons des enquêtes. Quoi qu'il en soit, nous ne révélons pas les identités de nos clients ou leur localisation "

, a déclaré Hacking Team.

Pour sa feuille de route numérique, le gouvernement français prévoit une mesure afin de contrôler l'exportation de technologies de surveillance de l'Internet et les soumettre à une autorisation compte tenu de leur double usage lorsqu'elles tombent entre les mains de régimes autoritaires.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]