Instagram pour détecter les dépressifs ?

Le par  |  9 commentaire(s) Source : MIT Technology Review
Instagram-logo

La santé mentale peut-elle être diagnostiquée via des images publiées par des individus sur les réseaux sociaux ? Grâce à du machine learning, des chercheurs ont obtenu un taux de réussite de 70 % dans la détection de dépressifs sur Instagram.

Des chercheurs de l'université Harvard et du Vermont ont utilisé des techniques de machine learning (apprentissage automatique) pour détecter des marqueurs de dépression sur des photos publiées sur Instagram.

Leur étude a été menée auprès d'un groupe de près 170 utilisateurs volontaires de la plate-forme de micro-travail Mechanical Turk d'Amazon qui disposaient d'un compte Instagram, pour un total de près de 44 000 photos publiées. Tous les participants ont dû remplir un questionnaire standard en matière d'évaluation clinique pour la dépression.

Il a été trouvé que le programme a correctement détecté des signes de dépression dans 70 % des cas. Il a pris en considération l'analyse des couleurs, les métadonnées, une détection algorithmique des visages. D'autres facteurs ont également été pris en compte, et par exemple combien de fois les utilisateurs publiaient des photos.

Les photos de dépressifs sont plus susceptibles d'avoir des tons plus bleus, gris et sombres (à droite sur l'illustration ci-dessous). Le recours à un filtre est moins fréquent mais si c'est le cas, il s'agira le plus souvent du filtre Inkwell qui opère une conversion pour du noir et blanc. Les utilisateurs dépressifs ont tendance à publier davantage de photos avec des visages mais ils ont moins de visages dans chaque photo.

detecter-depression-photo

Pour les chercheurs, les résultats obtenus permettent de démonter comment les réseaux sociaux qualifiés de visuels peuvent être exploités pour des conclusions précises sur la santé mentale.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1919025
"Pour les chercheurs, les résultats obtenus permettent de démonter comment les réseaux sociaux qualifiés de visuels peuvent être exploités pour des conclusions précises sur la santé mentale."

Y a pas 40 000 type de profil différents sur instagram de toute façon :
-Les faux comptes de nanas à gros boobs
-Les vrais comptes de nanas à gros boobs
-Les mecs qui s'abonnent aux deux types de compte ci-dessus
-Les stars
-Les photographes
-Les narcissiques
-Les gens ayant une santé mentale fragile

J'pense que c'est bien résumé.
Le #1919031
Safirion a écrit :

"Pour les chercheurs, les résultats obtenus permettent de démonter comment les réseaux sociaux qualifiés de visuels peuvent être exploités pour des conclusions précises sur la santé mentale."

Y a pas 40 000 type de profil différents sur instagram de toute façon :
-Les faux comptes de nanas à gros boobs
-Les vrais comptes de nanas à gros boobs
-Les mecs qui s'abonnent aux deux types de compte ci-dessus
-Les stars
-Les photographes
-Les narcissiques
-Les gens ayant une santé mentale fragile

J'pense que c'est bien résumé.



Le #1919032
Safirion a écrit :

"Pour les chercheurs, les résultats obtenus permettent de démonter comment les réseaux sociaux qualifiés de visuels peuvent être exploités pour des conclusions précises sur la santé mentale."

Y a pas 40 000 type de profil différents sur instagram de toute façon :
-Les faux comptes de nanas à gros boobs
-Les vrais comptes de nanas à gros boobs
-Les mecs qui s'abonnent aux deux types de compte ci-dessus
-Les stars
-Les photographes
-Les narcissiques
-Les gens ayant une santé mentale fragile

J'pense que c'est bien résumé.


Je connais pas le site, mais je l'imagine bien comme ça ...
Le #1919033
Sinon je trouve que c'est un peu n'importe quoi. Je suis photographe amateur et je me fais parfois des photos à thème, sur des sujets Perso ou des concours au club. J'aime bien ce qui a été décrit plus haut mais je ne suis pas dépressif pour un sou
Le #1919034
FRANCKYIV a écrit :

Safirion a écrit :

"Pour les chercheurs, les résultats obtenus permettent de démonter comment les réseaux sociaux qualifiés de visuels peuvent être exploités pour des conclusions précises sur la santé mentale."

Y a pas 40 000 type de profil différents sur instagram de toute façon :
-Les faux comptes de nanas à gros boobs
-Les vrais comptes de nanas à gros boobs
-Les mecs qui s'abonnent aux deux types de compte ci-dessus
-Les stars
-Les photographes
-Les narcissiques
-Les gens ayant une santé mentale fragile

J'pense que c'est bien résumé.


Je connais pas le site, mais je l'imagine bien comme ça ...


Ahah bah c'est du vecu, les seuls personnes que je connais qui sont sur Instagram c'est :
-mon frère qui fait de la photographie
-mon ex qui était une vraie narcissique
-mes collègues qui mattent des boobs au taf
Le #1919049
A noter que les résultats ayant été obtenus sur une population bien particulière (les esclaves du Mechanical Turk d'Amazon, 71/166 soit 42% de dépressifs dans l'échantillon ), ils sont sans doute bien peu extrapolables à la population générale...

On note en plus qu'ils ont exclus 13 dépressifs (au départ ils en avaient 84), parce qu'ils étaient dépressifs mais pas assez.

Ils ont également arrondi leur sensibilité à la hausse (37/54 = 68.5%, pas 70%). L'article de Technologyreview omet en plus de mentionner qu'il y a 23 faux positifs (sur 46 non-déprimés soit une spécificité de 50%)

Bref, sur une population générale avec une prévalence de la dépression autour de 5%, pas 8 fois plus, et dont des gens avec une dépression légère (comme ceux qui ont été exclus), pas sûr que ça cartonne vraiment

Enfin bon, étude intéressante, quand même. Et couverture médiatique virant au sensationalisme, comme d'hab.
Le #1919081
Y'a pas eu d'étude pour savoir combien de chercheurs on fini dépressif après cette étude ?.
Le #1919339
ça me parait un peu bidon comme étude
Le véritable dépressif ne s'affiche pas forcément, bien plutôt, il demeure introverti
Comme ceux qui veulent se suicider, généralement ils ne le crient pas sur les toits !
Souvent, c'est après des actes d'une personne, qu'on détecte que tout va mal ou bien.
Le #1919410
DeepBlueOcean a écrit :

ça me parait un peu bidon comme étude
Le véritable dépressif ne s'affiche pas forcément, bien plutôt, il demeure introverti
Comme ceux qui veulent se suicider, généralement ils ne le crient pas sur les toits !
Souvent, c'est après des actes d'une personne, qu'on détecte que tout va mal ou bien.


Certes, mais là ils parlent de ceux qui sont sur instagram, ils ne disent pas que ça représente tous les dépressifs du monde mais juste ceux qui utilisent la plateforme
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]