Dossier Bluetooth, une technologie sans fil en évolution

Le par  |  1 commentaire(s)
Le Bluetooth est défini comme une technologie de transmission sans fil à courte portée et à faible débit. Cependant, avec les nouveaux usages mobiles ( et puisque le Bluetooth a gagné une large diffusion par ce biais ), ce sont désormais des fichiers de plusieurs Megaoctets ou plusieurs dizaines de Megaoctets qui s'échangent désormais régulièrement.

Avec son débit de 1 à 3 Mbps, le Bluetooth risque de se couper de certaines utilisations et perdre de son intérêt. Pour y remédier, le Bluetooth SIG a envisagé assez rapidement d'utiliser certains protocoles radio sur lesquels reposeraient le mode de communication Bluetooth.

Assez vite, une technologie particulière a retenu son attention : l' UWB ( Ultra Wide Band ), un protocole radio utilisant une modulation OFDM ( Orthogonal Frequency Division Modulation ) et capable d'atteindre des débits allant jusqu'à 480 Mbps à courte portée ( une dizaine de mètres ).

UWB Bluetooth
Positionnement du Bluetooth sur UWB

Ce Super Bluetooth ou Bluetooth 3.0 conserverait une rétrocompatiblité avec les versions antérieures du Bluetooth mais permettrait de coller aux usages du moment. Le Bluetooth SIG s'est donc rapproché des promoteurs de l' UWB. Mais rapidement, un problème est apparu : l' UWB est né dans la douleur et le groupe de travail IEEE chargé de sa standardisation n'a pas pu départager deux visions techniques différentes pour l'établissement d'un standard UWB.


Cap sur le protocole IEEE 802.11
Si le modèle OFDM s'est finalement imposé, c'est avec un certain retard, avec des conséquences en aval sur les fournitures de composants, avec des problèmes de performances et d'interopérabilité à résoudre. Face à cette situation faite d'incertitudes, le Bluetooth SIG a cherché des alternatives.

Et parmi elles, il est une technologie bien rodée dans l'industrie grâce à une large diffusion auprès du grand public : le protocole IEEE 802.11, utilisé dans les différentes variantes du WiFi. Bluetooth et WiFi sont fréquemment présents dans les équipements et fonctionnent de façon indépendante, et il suffirait d'utiliser la couche radio du second comme véhicule pour les transmissions du premier.

Pour éviter les problèmes de consommation d'énergie inhérents à la technologie WiFi, ce sont des usages discontinus qui sont imaginés, avec une activation uniquement à l'occasion de téléchargements de gros fichiers et mise en veille le reste du temps.

Il ne s'agirait donc pas d'une écoute passive continue, comme on l'a vu dans le fonctionnement classique du Bluetooth. Si l' UWB reste la voie choisie à long terme, une exploitation sur du 802.11 permettrait d'accélérer l'apparition d'un mode Bluetooth haut débit.

staccato_logoSi la question est à l'étude actuellement, les premiers tests en laboratoire ont mis en évidence des problèmes techniques à cette utilisation spéciale du Bluetooth sur couche WiFi. Staccato Communications a ainsi identifié des risques d'interférences avec les technologies du groupe IMT-2000 auxquelles appartiennent les réseaux 3G et le WiMAX.

Il semble donc que le Bluetooth 3.0 soit momentanément pris en tenaille entre les retards de livraison des chipsets UWB et les soucis techniques de la voie alternative du protocole IEEE 80.11.



ULP Bluetooth : un monde de capteurs
ULP Bluetooth 01Si le Bluetooth SIG cherche depuis plusieurs années à accroître les débits de sa technologie sans fil, un autre domaine offre également de sérieuses opportunités, du côté des équipements émettant de faibles quantités de données à intervalle régulier.

C'est le cas des capteurs médicaux ou de fitness, pour lesquels la faible consommation de la technologie Bluetooth est un avantage. Le marché présente d'énormes perspectives avec un fort développement de ces dispositifs. Et pour profiter de cette croissance, le Bluetooth SIG s'est trouvé un allié en Nokia qui a développé une technologie concurrente en 2006, le WiBree, un mode de transmission sans fil avec un débit de l'ordre de 1 Mbps maximum mais caractérisé par une consommation très faible.



ULP Bluetooth 02L'avantage du WiBree est qu'il consomme si peu que des capteurs peuvent fonctionner pendant des années avec une simple pile  bouton sans avoir à être rechargés. Mais plutôt que d'avoir à créer un écosystème autour de sa technologie WiBree et de tenter une adoption de force, en concurrence avec le Bluetooth SIG, le groupe de promotion du WiBree a finalement choisi de fusionner avec ce dernier et de profiter de son poids industriel pour répondre à un nouvel usage : l' ULP Bluetooth ( Ultra Low Power ).

Celui-ci doit anticiper le boom d'un certain type de capteur, notamment dans le domaine médical, pouvant suivre certaines constantes physiologiques chez les sujets à risque ou pour évaluer l'effort d'un sportif. Conjointement au développement de cette variante à faible consommation, le Bluetooth SIG a développé un profil d'utilisation spécial, dit MDP pour Medical Device Profile, qui doit apporter les garanties de sécurité du transfert sans fil de données à caractère médical.

Avec le Super Bluetooth, utilisant une protocole UWB ou IEEE 802.11, et l' ULP Bluetooth pour les transmissions à très faible consommation d'énergie, l'avenir du Bluetooth se prépare pour une vaste gamme d'usages et de débits, assurant les 9.000 membres du Bluetooth SIG de nombreuses opportunités à venir grâce à une vision cohérente et encadrée de cette technologie sans fil.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #221921
Très bon dossier, merci !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]