Dossier Galileo : le GNSS à l'européenne

Le par  |  0 commentaire(s)
Constellation GalileoLe projet Galileo est un GNSS ( Global Navigation Satellite System ) de deuxième génération ( GPS américain et Glonass russe sont de première génération ) opérant dans les bandes de fréquences dites L1, L2 et L5 ( bande de vérification de l'intégrité du système ) et devant assurer des fonctions de positionnement par satellite pour un multitude d'applications.

Son principe repose sur une constellation de 30 satellites et un réseau de stations au sol. Les satellites émettent vers le sol des informations très précises sur la mesure du  temps, grâce à des horloges atomiques embarquées.

Galileo doit se distinguer du GPS sur plusieurs points essentiels :
  • il doit améliorer la précision du positionnement en la portant à 1 mètre, contre 5 à 10 mètres pour le GPS
  • il doit offrir une fiabilité du signal supérieure grâce à un canal d'émission spécifique ( message d'intégrité ) informant d'éventuels dysfonctionnements et une garantie de fonctionnement en tous les points du globe
  • de vocation civile, il ne peut être perturbé ou interrompu pour les besoins géopolitiques d'un seul pays, contrairement au GPS, et même si les Etats-Unis ont garanti la continuité de son fonctionnement en 2007

Un système aux usages multiples
Galileo satLa constellation de 30 satellites sera déployée sur trois orbites autour de la Terre, à 23000 kilomètres d'altitude, orbites choisies pour optimiser les performances et assurer un suivi du service même en cas de défaillance d'un satellite, les autres pouvant prendre le relais.

Le contrôle de l'ensemble de la constellation ( ajustement sur les orbites, synchronisation des horloges atomiques, vérification des paramètres ) sera assuré par trois stations au sol, deux en fonctionnement et une de secours ( même si cette dernière deviendra un maillon à part entière de la chaîne de contrôle ultérieurement ).

Différents canaux de diffusion seront utilisables, avec des services ouverts, accessibles à tous mais sans message d'intégrité, des services commerciaux payants, plus précis ( moins de 1 mètre ) avec message d'intégrité et chiffrement des signaux, un canal spécifique sécurisé pour les usages de transport aérien, maritime ou terrestre, un canal pour les missions de service public ( services d'urgence, transport de matières dangereuses,etc ) nécessitant un matériel de réception dédié, et enfin un canal SAR ( Search and Rescue ) pour les balises de détresse.


Etat des lieux
Galileo Giove B lancementGalileo offrira une certaine compatibilité avec les systèmes GPS et Glonass, permettant de combiner les signaux des différents GNSS pour plus de précision et de fiabilité. Plusieurs fabricants de récepteurs GPS ont déjà annoncé des chipsets compatibles avec deux GNSS différents.

Actuellement, seuls deux satellites de test sont en orbite, Giove A, depuis décembre 2005 et premier à émettre des signaux Galileo, et Giove B, lancé le 27 avril 2008, quasiment identique aux satellites finaux, qui va permettre de valider la précision des horloges atomiques embarquées et la qualité des signaux transmis. Un troisième satellite de secours, Giove A2, est également prévu.

Si les mesures effectuées avec Giove B sont satisfaisantes, les premiers satellites de la constellation Galileo pourront être mis en orbite à partir de 2010, selon un calendrier de lancements par groupes de trois. Le système de positionnement par satellite européen doit être fonctionnel d'ici 2013.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]