STMicroelectronics Technodays : MEMS, gravure 20 nm, ST-Ericsson...

Le par  |  0 commentaire(s)

ST Ericsson logoC'est Marc Cetto, responsable de la branche smartphones et tablettes de ST-Ericsson, qui est venu présenter les grandes lignes de la stratégie de la société dans une période relativement difficile.

ST-Ericsson n'existe que depuis 2009 et constitue l'aboutissement du rapprochement des activités wireless de STMicroelectronics et NXP Semiconductor dans un premier temps, sur lequel s'est greffée par la suite l'activité plates-formes mobiles d' Ericsson, formant une coentreprise entre ST et Ericsson à 50 / 50.

Ce rapprochement d'activités communes a obligé à réorganiser en profondeur les branches apportées par chaque entreprise, pour éliminer les doublons et restructurer les départements pour qu'ils puissent avancer dans la même direction.


Des composants séparés aux plates-formes complètes

Quelle est cette direction ? Il s'agit du passage de la fabrication de composants discrets à l'élaboration de plates-formes complètes intégrant les différents éléments et permettant aux fabricants OEM de gagner du temps dans la commercialisation de leurs produits.

Technodays ST-Ericsson strategie 02

Cette phase de refonte, déjà délicate en temps normal, a été malmenée par la crise économique mondiale de 2008-2009, freinant le retour à la rentabilité de l'ensemble. Si l'on ajoute le revirement brutal de Nokia, client très important pour le fondeur, envers Windows Phone, ce qui permet à son concurrent Qualcomm de proposer ses processeurs SnapDragon tandis que ST-Ericsson a dû relancer une phase préparatoire pour sa propre plate-forme U8500, les deux dernières années n'ont pas été de tout repos pour l'établissement du fondeur européen, qui a longtemps pu se reposer sur ses gammes de composants mais se tourne maintenant résolument vers les produits innovants.

ST-Ericsson est aussi né d'une volonté de créer un fondeur puissant en Europe, capable de résister aux poids nord-américains tels que Qualcomm, Texas Instruments ou Broadcom et de proposer des plates-formes mobiles issues d'un savoir-faire européen.

La société compte 6700 employés dans le monde ( avec une présence dans une vingtaine de pays ), avec une concentration de moyens dans deux pays principaux : la France et la Suède ( chacun comptant environ 1500 ingénieurs ), et une présence significative en Chine et en Inde pour profiter des opportunités des nouveaux marchés et d'un savoir-faire en matière de technologie 3G chinoise TD-SCDMA.


Fabless et porté sur le mobile
ST-Ericsson est donc très portée sur les communications mobiles et les différentes agrégations d'activités lui permettent de proposer une savoir-faire dans les processeurs d'applications, les modems et les composants de communication sans fil ( WiFi, Bluetooth, GPS et autres GNSS, NFC... ) pouvant être combinés au sein de plates-formes comme U8500, son produit phare.

C'est aussi un fondeur fabless, c'est à dire qui conçoit ses composants mais ne les fabrique pas. Cependant, ses relations étroites avec STMicroelectronics lui confèrent certains avantages par rapport à ses concurrents dans l'optimisation et la mise en production de ses chipsets.

Technodays ST-Ericsson strategie

Après les communications entre lieux ( "  je voudrais le 22 à Asnières "  ), après les communications entre personnes ( téléphonie fixe personnelle puis téléphonie mobile ), l'heure est à la communication entre les objets ( Internet des objets ) avec la promesse de 50 milliards d'appareils connectés d'ici quelques années, et alors que les communications voix deviennent de moins en moins attractives pour les opérateurs par rapport aux communications data.


Les modems, un point fort
Pour faire communiquer tous ces objets, il faut des modems, qui seront donc bientôt un peu partout. ST-Ericsson, en venant à bout de sa refonte, amorce aussi une stratégie qui la fait passer de fabricant de composants à fournisseur de plates-formes, plus complexes à mettre au point mais qui oblige aussi à disposer d'une expertise que peu de sociétés peuvent acquérir.

Technodays ST-Ericsson concurrence

Marc Cetto a notamment rappelé dans une diapositive les efforts des différents fondeurs fabless pour acquérir les briques qui peuvent leur manquer et les stratégies suivies, plusieurs fondeurs préférant délibérément sous-traiter une partie des composants.

A noter que dans cette vision, il manque un élément qui est pourtant en train de prendre de l'ampleur : la partie processeur graphique, qui est là aussi généralement sous-traitée, à l'exception de Nvidia, qui utilise des processeurs GeForce, et Qualcomm, qui propose ses propres composants Adreno. Pour les autres, il s'agit souvent d'un processeur PowerVR d' Imagination ou d'une architecture Mali dont ARM propose des licences.


Processeurs d'applications Nova
Du côté des processeurs d'applications, la gamme se nomme Nova chez ST-Ericsson. On trouve ainsi le processeur Nova A9500, gravé en 45 nm et utilisant une architecture ARM Cortex-A9 dual core cadencée à 1,2 GHz, déjà disponible et présenté comme deux fois plus puissant que le processeur Apple A4 de l' iPhone 4.

Au-delà, la roadmap prévoit l'arrivée du processeur Nova A9540, toujours sous ARM Cortex-A9 dual core mais avec des cœurs cadencés à 1,85 GHz et avec une gravure en 32 nm, avec des capacités graphiques trois fois supérieures à celles de la plate-forme ST-Ericsson U8500 ( ARM Cortex-A9 monocoeur ) et une consommation d'énergie optimisée via une architecture innovante. Les processeurs Nova 9540 seront proposés sous forme d'échantillons au cours de l'année 2011.

Technodays ST-Ericsson Nova proc

A plus longue échéance, ST-Ericsson proposera un processeur Nova A9600  gravé en 28 nm, doté d'une archtecture ARM Cortex-A15 dual core cadencée à 2,5 GHz et capable d'une puissance de calcul de 20 000 DMIPS. Cette plate-forme, qui commencera à être échantillonnée en fin d'année 2011, devrait être 30 fois plus performante que le processeur Apple A4 de l' iPhone 4. Elle embarquera la future famille de processeurs PowerVR Series 6 d' Imagination, nom de code Rogue, annoncée début 2011.

A noter que ST-Ericsson n'a pas vraiment de projets directs pour des processeurs d'applications quadricores ( ou du moins la société ne communique pas du tout dessus ). L'optique du fondeur étant essentiellement mobile, à savoir surtout smartphones et tablettes, le quadcore offre moins d'intérêt pour ce profil, alors qu'il peut être intéressant pour élargir l'horizon d'autres fondeurs vers des produits plus nomades ( smartbooks, netbooks ), voire des ordinateurs portables ou, plus tard, des serveurs.

ST-Ericsson reste donc sur des structures dual core mais s'attache à les optimiser pour les rendre plus performantes ( sur les capacités de calcul mais aussi sur la consommation d'énergie ) que les produits de même gamme d'autres fondeurs. Sur ce point, la proximité avec STMicroelectronics pour mettre au point des architectures optimisées fait la différence par rapport à d'autres fondeurs obligés d'utiliser des procédés de fabrication standard.


Modems Thor, cap sur LTE

Pour la partie modem, ST-Ericsson développe des modems GSM / GPRS pour le M2M ( Machine to Machine ) et une gamme Thor tournée vers les usages modem HSPA+ ( avec la course au débit descendant qui se joue entre opérateurs : 21 Mbps, 42 Mbps... ) et LTE dont les perspectives de croissance sont très importantes.

Technodays ST-Ericsson Thor LTE

On trouve les plates-formes Thor M700 et M720, déjà disponibles et capables de gérer du multimode HSPA+ / LTE, et le futur M7400, capable de gérer les variations FDD et TDD ( cette dernière, en Chine surtout ) de LTE et la VoLTE ( Voice over LTE ).


Snowball, plate-forme de développement matérielle
Enfin, ST-Ericsson est sur le point de commercialiser une plate-forme de développement matérielle Snowball qui est en soi une sorte de smartphone dont les composants sont éclatés sur une plaque de silicium, avec un processeur d'applications Nova A9500 dual core ARM Cortex-A9 1 GHz avec partie graphique ARM Mali 400,  de la mémoire ( 1 Go de RAM, 4 à 8 Go de Flash eMMC ), des composants de connectivité sans fil ( WiFi, Bluetooth, GPS, de la connectique ( SDmicro, HDMI, sorties diverses ) mais aussi l'ensemble des capteurs MEMS de ST ( accéléromètre, gyroscope, magnétomètre, capteur de pression... )

La plate-forme Snowball peut ainsi servir à expérimenter ou à développer rapidement de nouveaux produits et applications sur Android, MeeGo ou Ubuntu, en ayant tous les éléments et la documentation à disposition.

ST Ericsson Snowball

 

Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]