Dumping chinois dans les télécoms : bras de fer entre Europe et Chine

Le par  |  3 commentaire(s) Source : Financial Times
drapeau europeen

Selon le Financial Times, des commissaires européens demanderaient un accès plus large au marché chinois pour les équipementiers télécoms occidentaux en échange de l'abandon des investigations sur des pratiques de dumping des équipementiers chinois en Europe.

Si les équipementiers télécoms chinois ont pris une place de choix sur le marché européen en quelques années seulement, c'est peut-être en raison de pratiques de dumping leur permettant de casser les prix grâce au soutien des lignes de crédit fournies par des banques chinoises et derrière, avec l'appui du gouvernement chinois.

C'est du moins l'hypothèse qui a conduit Bruxelles à mener une investigation sur ces questions et ce alors même qu'aucune entreprise n'a officiellement déposé de requêtes (en fait, si, mais elles ont été retirées entre-temps), l'obligeant à agir de son propre chef.

Et il semble bien que la Commission européenne ait trouvé suffisamment d'éléments pour lancer une procédure contre les équipementiers, principalement représentés par Huawei et ZTE. Problème, une attaque frontale est extrêmement délicate à mener et pourrait entraîner un effet domino aux répercussions douloureuses à un moment où l'Europe n'est pas au mieux de sa forme et où le secteur télécom n'a pas spécialement besoin d'être plus chahuté qu'il ne l'est déjà.


Un arrangement pour éviter le déclenchement d'une plainte
Europe logo pro Le Financial Times rapporte que les représentants européens chercheraient à négocier avec leurs homologues chinois une solution intermédiaire : ne pas lancer la procédure pour dumping en échange d'un engagement à une plus grande ouverture du marché chinois aux entreprises télécoms européennes et d'une réévaluation à la hausse (de 30%) des prix des équipements télécoms chinois à l'export, ce qui les replaceraient sur des grilles de prix plus conformes à la réalité du marché.

Le journal économique suggère que les diplomates chinois ont été choqués par cette requête, estimant qu'elle est déraisonnable et peut-être même illégale. Une nouvelle rencontre doit avoir lieu vendredi mais les discussions s'annoncent tendues.

La Chine est en position de force et se laissera peu impressionner, même si elle a aussi besoin d'écouler ses produits en Europe pour faire tourner son économie et alimenter sa croissance. De son côté, Bruxelles peut s'appuyer plusieurs menaces de plainte, le secteur des panneaux solaires fait aussi l'objet d'une procédure pour dumping.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1171702
c'est pas celui qui vend les armes qui devrait etre coupable mais celui qui les achetes...apres moi ce que j'en dis...
Le #1171972
minicupi a écrit :

c'est pas celui qui vend les armes qui devrait etre coupable mais celui qui les achetes...apres moi ce que j'en dis...


La France vend des armes à des pays comme: la Colombie, le Pakistan, le Tchad n'est t-elle pas coupable de favoriser le manquement aux droits de l'Homme? Si.

Sinon la Chine a tout à gagner à exporter ses produits, aux tarifs qui sont les siens, qu'elle le fasse. Le consommateur ne peut que s'en réjouir. Les professionnels et le marché local lui par contre...

On ne peut pas blâmer la Chine pour ça.
Ce qui est sûr c'est qu'il va falloir s'adapter.

Puis bon Apple se fou de notre gueule. Honnêtement si ZTE pouvait avoir une bien meilleur notoriété ça pousserait peut être Apple a arrêter de se moquer du monde.

Ah mais si ZTE gagne en notoriété, Apple les poursuivrait. J'avais oublié
Le #1172572
Les chinois ont plus à perdre que nous. Ils ne faut pas les laisser faire. On dirait que les politiciens les craignent. C'est dommage!
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]