Les écoles à l'ère du numérique

Le par  |  3 commentaire(s)
eduPad

Une tribune de Jérôme Serre, CEO d'eduPad qui développe des applications éducatives pour terminaux mobiles allant du niveau primaire au collège. Le 18 février dernier, une Direction du Numérique a été rattachée au ministère de l'Éducation national.

Un nouveau tournant vers le numérique

La création d'une Direction Numérique montre une volonté forte du gouvernement face aux enjeux du numérique à l'école en termes d'outils et de supports pédagogiques. On peut d'ores et déjà noter plusieurs initiatives concrètes et d'envergure du Ministère, à l'image du service D'COL, lancé fin 2013 à destination des 30 000 élèves de 6ème en difficulté scolaire, qui amène une palette complète de services de soutien aux élèves et aux établissements. Cependant, on voit trop d'initiatives et d'expérimentations locales, qui sont très intéressantes d'un point de vue pédagogique mais qui ne connaissent pas de généralisation à grande échelle. Un des enjeux pour cette Direction est donc de réussir à créer des conditions pour permettre des déploiements d'envergure et ainsi permettre de faire réellement entrer le numérique dans les pratiques pédagogiques.

Les enseignants, pierre angulaire de ce projet

Contrairement à certaines idées reçues, les enseignants ne sont pas réticents face au numérique. Ils attendent juste des outils simples leur permettant d'améliorer leur pratique pédagogique au quotidien. D'ailleurs, la grande majorité d'entre eux utilisent déjà internet dans la préparation de leurs cours. Le numérique n'est pas une baguette magique. Que l'on parle d'applications éducatives ou de cours interactifs, il faut garder à l'esprit qu'il ne s'agit que d'outils. Les enseignants n'adopteront le numérique que s'il n'est pas un frein dans leur pratique. Simplicité, fiabilité et gain de temps pour l'enseignant sont les maîtres mots pour une intégration réussie du numérique à l'école.

Les clés du succès

Aujourd'hui, le numérique à l'école reste pour les élèves cantonné dans les salles informatiques, ce qui n'est pas efficace. Les tablettes tactiles sont un moyen élégant de sortir le numérique de la salle informatique pour l'intégrer pleinement dans la pratique pédagogique. A condition d'aller jusqu'au bout des choses.

Jerome-SerreCertaines collectivités font aujourd'hui le choix d'investir des sommes importantes dans des déploiements de tablettes pour tous les élèves. Or l'investissement en matériel n'est qu'un aspect du problème. Ce type de déploiement, qui a le potentiel de révolutionner l'enseignement, doit intégrer toutes les dimensions, à savoir les infrastructures réseau sans fil à haut débit, la gestion du parc (matériel et logiciel), les applications de contenus pédagogiques et surtout la formation des enseignants. Or l'attention est en général focalisée sur le coût d'acquisition des tablettes, au détriment des autres dimensions. D'où des retours parfois désenchantés.

Certains élus commencent à évoquer des approches de type BYOD (BringYourOwnDevice, apportez vos appareils personnels), qui permettraient de s'affranchir des contraintes d'investissement et de maintenance d'un parc de terminaux. Cette approche séduisante deviendra de plus en plus pertinente au fur et à mesure de la baisse des prix d'équipements. On peut ainsi imaginer que la tablette devienne d'ici quelques années, au même titre que la calculatrice scientifique, un matériel scolaire standard, avec des spécifications suffisamment génériques pour être indépendantes du fournisseur, et soit à la charge des parents (quitte à envisager des mécanismes de subvention soumis à des conditions de ressources). Cette approche, qui est déjà une réalité de fait dans l'enseignement supérieur, où la quasi-totalité des étudiants sont dotés de leur propre ordinateur, pourrait très bien se transposer dans les années à venir dans les écoles et les collèges.

Au-delà de la problématique de l'équipement individuel, un des objectifs de l'Etat semble être d'assister les collectivités dans la mise à disposition d'infrastructures de réseau à haut débit dans les établissements scolaires, mais également dans la création de conditions d'accès au marché favorables à une véritable concurrence. Cela permettra à l'avenir de dégager des économies considérables sur les achats de contenus pédagogiques. Le paradigme du manuel scolaire papier, qui est obsolète dans une approche numérique de l'enseignement, reste malheureusement encore aujourd'hui le modèle dominant.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1716072
c'est une fois de plus la preuve que les gouvernants ne vivent pas sur la même planète que nous pauvre citoyens.

"Ce type de déploiement, qui a le potentiel de révolutionner l'enseignement, doit intégrer toutes les dimensions, à savoir les infrastructures réseau sans fil à haut débit, la gestion du parc (matériel et logiciel), les applications de contenus pédagogiques et surtout la formation des enseignants."

Les infrastructures réseau PAS seulement sans fil et dans les établissements, il faudrait déjà que TOUS les citoyens aient accès à un internet SUFFISAMMENT rapide ! Sans parler des enseignants qui en effet ne comprennent rien à l'informatique

"Certains élus commencent à évoquer des approches de type BYOD (BringYourOwnDevice, apportez vos appareils personnels), qui permettraient de s'affranchir des contraintes d'investissement et de maintenance d'un parc de terminaux."

Bein voyons, les citoyens sont si riches que ça les gênent pas du tout de mettre 200€ par bambin sans parler des couts de maintenance pour les non informaticiens. De plus quand on lit des rapports de scientifique qui t'explique par A plus B que ça abruti les gosses plus que ça ne les aides c'est super rassurants pour l'avenir.

"Cela permettra à l'avenir de dégager des économies considérables sur les achats de contenus pédagogiques."

Des économies pour eux oui, mais surtout pas pour nous

Enfin tout ça dans "Une tribune de Jérôme Serre, CEO d'eduPad" avec qui il est pot celui-la ???

Le #1716152
"la gestion du parc (matériel et logiciel)"
J'administre un petit réseau de 150 postes dans un collège depuis 8 ans avec un statut d'assistant d'éducation 1150€ par mois car aucun contrat prévu pour un technicien dans l'établissement.
Au niveau du département 2 personnes pour s'occuper de l'informatique dans tous les collèges et lycées.
Sinon c'est le prof de techno ou de maths sur décharge
Le #1716402
Les régions interdisent le wifi ou refusent de l'installer (peur de découvrir que c'est dangereux pour la santé dans x années, quel courage !)... Aucun logiciel fourni par l'Education nationale. Ou presque. Les arres logiciels sont achetés à prix d'or (enfin loués) au privé, comme les ENT ou Pronote ou EDT. Une véritable honte. Une fortune dépensée chaque année pour remplir les poches de quelques entreprises bien placées... Créer de smanuels électroniques sans passer par les éditeurs permettrrait en lycée de faire acheter par les famille une tablette contre des manuels gratuits. Tout le monde y gagnerait. Mais c'est trop coompliqué à comprendre pour des responsable surqualifiés. Et les copains éditeurs vont râler.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]