Pas de lien entre antenne-relais et cancer chez l'enfant

Le par  |  2 commentaire(s) Source : Reuters
interdiction mobile

Une étude britannique portant sur 7000 jeunes enfants n'a pas mis en évidence de lien entre développement précoce d'un cancer et exposition dès la naissance aux radiofréquences d'antennes-relais.

interdiction mobileL'étude britannique publiée dans le British Medical Journal ne mettra pas un point final au débat lancinant du risque d'effets nocifs des ondes émises par les antennes-relais de téléphonie mobile sur la santé humaine mais elle a l'avantage de s'intéresser à une tranche d'âge pour laquelle les études font justement défauts : les jeunes enfants.

Les chercheurs ont étudié le cas de 7000 enfants au Royaume-Uni, certains présentant des formes précoces de cancer et d'autres non, et n'ont pas trouvé de lien entre le développement d'un cancer avant l'âge de cinq ans et la naissance à proximité d'une antenne-relais.

" Nous n'avons trouvé aucun élément suggérant que les enfants d'une maman enceinte qui vit à proximité d'une antenne-relais présentaient un risque plus élevé de développer un cancer que ceux qui vivent à distance ", indique Paul Elliot, l'un des auteurs de l'étude et membre de l' Imperial College London.


Pas de lien évident
L'étude tend donc à rejoindre l'ensemble des publications suggérant que les radiofréquences ( les ondes électromagnétiques émises par les antennes-relais et les téléphones portables ) ne représentent pas un danger ( ou extrêmement faible ) pour la santé humaine.

Et, sans doute pour contrer l'argument classique consistant à critiquer la validité de la méthode et la qualité des résultats, une ancienne représentante du gouvernement britannique, alors en charge de la prévention et de la santé, s'est exprimée sur la robustesse des résultats :

" C'est une étude soigneusement réalisée par un groupe de scientifiques d'excellente réputation. Il est rassurant qu'aucun effet adverse n'ait été trouvé et ce résultat va dans le sens des effets biologiques connus et anticipés sur ces sites ", a ainsi indiqué Eileen Rubery.

Rappelons que l'étude Interphone, publiée récemment, n'a pas permis de répondre totalement à la question du risque représenté par les émissions des téléphones portables pour la santé humaine, tout en tendant vers une absence d'effet, au moins sur dix ans d'exposition, et en prônant le lancement de nouvelles études concernant plus particulièrement les enfants et les adolescents.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #660701
Hélas, rien qu'à lire les résultats et sans rien savoir du reste, les opposants systématiques, particulièrement virulents, vous diront que l'étude est sans valeur et les scientifiques sont soumis au lobby des télécoms.

Finalement, ils feraient mieux de ne faire aucune étude. Ils ne prendraient pas le risque de retrouver un risque, aussi minime soit-il, et ils économiseraient pas mal d'argent.
Le #663311
Et bim, encore une étude qui démontre l'absence de liens. Il n'y a donc plus que les plus entétés des écologistes qui vont s'acharner à nous faire revenir à l'âge de pierre. Tristes sires, franchement, et surtout bien ignorants !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]