Bruxelles : vers une enquête sur les contrats inégaux d'Apple avec les opérateurs ?

Le par  |  4 commentaire(s) Source : New York Times
logo_pro_apple

Le régulateur antitrust européen pourrait s'intéresser aux relations d'Apple avec les opérateurs mobiles, et à une différence supposée de traitement entre petits et grands acteurs conduisant à un avantage concurrentiel pour certains d'entre eux.

Le groupe de Cupertino serait dans le collimateur des régulateurs antitrust de Bruxelles, rapporte le New York Times, alors que plusieurs opérateurs dénoncent la façon dont Apple gère ses contrats et impose des conditions sur les ventes de ses iPhone selon des règles beaucoup plus strictes pour les petits opérateurs, créant une distorsion du jeu de la concurrence.

Si aucune requête formelle n'a encore été déposée, l'article suggère que la grogne est partie de la dénonciation des contrats entre Apple et les opérateurs mobiles en France, mais que la situation pourrait être comparable dans d'autres pays.

Il serait reproché à Apple d'imposer des conditions anormalement strictes sur les ventes d'iPhone aux petits opérateurs par rapport aux grands, ce qui laisse peu de latitude pour ces derniers pour mettre en avant des terminaux concurrents.

iPhone 5 logo Les contrats avec les opérateurs portent habituellement sur les ventes d'iPhone négociées sur trois ans. Si l'opérateur n'accepte pas le quota décidé par Apple, il ne peut proposer les iPhone. L'absence du terminal dans le catalogue d'un opérateur étant toujours à kl'heure actuelle préjudiciable pour son offre, compte tenu de son succès, Apple est en position de force pour imposer ses propositions.

Les opérateurs doivent alors se débrouiller pour tenir les quotas et mettent de gros moyens marketing pour y parvenir, au détriment de la visibilité d'autres téléphones portables et d'autres marques.

Avec en plus un prix de l'iPhone qui reste peu négociable et impose des subventions supérieures à celles des autres appareils, certains opérateurs se sentent certainement pris en otage, même si Stéphane Richard, PDG de France Télécom / Orange, indiquait récemment qu'Apple était devenue moins arrogante ces derniers temps, à la suite de divers facteurs (situation économique moins favorable, montée en puissance de Samsung, poussée des ventes de mobiles sans subvention avec l'essor des forfaits sans engagement...).

Europe logo pro Si les pressions d'Apple sont celles d'un leader du marché (et Nokia a fait de même avant elle), sa perte récente d'aura conduit sans doute les opérateurs à ne plus vouloir se laisser dicter des conditions sévères. Plusieurs opérateurs tenteraient donc d'assouplir les contraintes en appâtant la Commission européenne.

Cette dernière peut lancer d'elle-même lancer une investigation, sans requête préliminaire d'un acteur, si elle dispose de suffisamment d'éléments. Et on peut penser que les opérateurs ne sont pas très chauds pour s'identifier dans une requête officielle, au risque de remettre en cause leur accès actuel et futur à l'iPhone, qui reste malgré tout un best seller peu contournable.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1234292
il y a eu des ententes sur les prix des abonnements, ils pourraient s'entendre pour mettre leur pieds au c*l à apple et faire changer la donne
Le #1235672
Comme toujours, même si une enquête révèle des choses compromettantes, des avocats suivront derrière tout cela, et "étoufferont" l'affaire....
En définitive, on ne saura probablement jamais le dernier mot de ces histoires....
Le #1235992
Encore des amendes qui vont finir dans les caisses de Europe au lieu de les redistribuer au pays membre pour combler leurs dettes.
Le #1236162
"étant toujours à kl'heure actuelle"...

"Et on peut penser que les opérateurs ne sont pas très chauds ..."

Il pourrait être utile d'éviter les fautes de frappe et le langage familier

Par ailleurs, vous indiquez dans les deux dernières lignes de votre article :

"au risque de remettre en cause leur accès actuel et futur à l'iPhone, qui reste malgré tout un best seller peu contournable".

Croyez-vous sérieusement, sur un site nommé GNT "Génération Nouvelles Technologies" qu'une technologie dépassée depuis près de 4 ans comme celle d'iOS, qui ne représente plus que 20% du marché des smartphones (Gartner - février 2013 / http://www.gartner.com/newsroom/id/2335616) soit encore une "nouvelle" technologie (qui plus est un "best-seller incontournable" comme vous semblez l'indiquer sans ironie" :-) et que vous pouvez vous permettre de demander à vos lecteurs d'afficher les bandeaux publicitaires dans ces conditions ? Il serait judicieux de commencer par éviter les fautes de frappe et de se remettre au goût du jour, car on n'est plus en 2009, l'innovation n'est plus chez Apple depuis bien longtemps, et les correcteurs d'ortographe existent !...

Des quotidiens comme le Monde ou Le Figaro ne font pas de telles erreurs, et ne demandent pas non plus d'afficher des bandeaux pub...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]