Europe : HTC et iPhone à la place des Blackberry

Le par  |  0 commentaire(s) Source : Reuters
Europe logo pro

Un souci ne venant jamais seul, après les tensions au Moyen Orient pour inciter Research in Motion à ouvrir son système chiffré de communications mobiles, les institutions européennes viennent de décider de remplacer leurs Blackberry par des terminaux HTC et iPhone, également sur la base des incertitudes autour du contrôle des flux de communication.

rim logoAlors que Research in Motion tente de prouver qu'il n'a pas perdu ses capacités d'innovation en annonçant Blackberry OS 6 et en dévoilant le smartphone Blackberry 9800 Torch, modèle haut de gamme, le climat international s'avère tendu pour le groupe canadien.

Les critiques venues de l' Inde et du Moyen Orient , qui souhaitent obtenir la possibilité de surveiller le contenu des communications transitant par les terminaux Blackberry n'ont pas aidé à installer un climat de sérénité et visent directement l'un des arguments phare de RIM, à savoir sa capacité à fournir un système sécurisé de communications.

A ce besoin de certains de vouloir régenter les flux de communications sur leur territoire s'ajoutent les inquiétudes liées au fait que l'architecture réseau des Blackberry fait appel à des serveurs situés au Canada et aux Etats-Unis.

Sans possibilité de savoir ce qui se passe en bout de chaîne, et avec l'inconvénient de voir des communications sensibles sortir du territoire pour atterrir sur des serveurs sur lesquels aucun contrôle n'est possible, beaucoup de gouvernements ont fait part de leurs doutes, parfois ouvertement, sur la réalité de la sécurisation des communications sur Blackberry. C'est ainsi que la France a équipé certains de ses ministres de terminaux spécifiques conçus par Thales.


Terminaux HTC et iPhone validés pour un usage par l'UE

C'est cette vision qui vient de motiver l'exécutif européen à choisir des terminaux HTC et iPhone plutôt que les traditionnels smartphones Blackberry pour équiper ses collaborateurs. Les terminaux de RIM n'apparaissent plus comme les terminaux indispensables qu'ils ont longtemps été, à mesure que la concurrence a progressé sur diverses fonctionnalités, qu'il s'agisse de la messagerie ou de la gestion des appareils eux mêmes.

Pour RIM, c'est un sérieux avertissement sur sa capacité à séduire les gouvernements. La certitude de ses dirigeants selon laquelle les gouvernements peuvent difficilement se permettre de bloquer les services Blackberry, tant le nombre de fonctionnaires possédant un smartphone est important pourrait finir par se retourner contre eux. Et les menaces d'exclusion de RIM se transformer en réalité...

Cela pourrait en revanche faire les affaires des concurrents, dont Apple et ses iPhone qui profite de cette défiance pour avancer leurs pions en entreprise, avec une visibilité grandissante.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]