Facebook : huit mois de prison pour piratage

Le par  |  1 commentaire(s) Source : The Telegraph
facebooklogo

La justice britannique condamne à huit mois de prison un étudiant en informatique qui avait pénétré le réseau interne de Facebook.

Étudiant en développement logiciel de 26 ans, Glenn Mangham a reconnu son intrusion dans Facebook via le piratage du compte d'un employé alors que ce dernier était en vacances. Il ainsi pu mettre la main sur des données internes.

Un piratage réalisé entre le mois d'avril et de mai 2011 depuis sa chambre dans la maison de ses parents à York, dans le nord-est de l'Angleterre. Dans cette affaire, Facebook avait alerté le FBI.

Interpellé en juin 2011, Glenn Mangham a été condamné la semaine dernière par une Cour de Londres à huit mois de prison ferme. Le procureur a estimé qu'il s'agissait de " l'incident le plus important et le plus grave de piratage d'un réseau social jamais jugé par un tribunal britannique ".

facebooklogoPour sa défense, Glenn Mangham s'est présenté comme un hacker éthique qui par le passé avait alerté Yahoo! de vulnérabilités de sécurité. Son intention aurait été de prévenir Facebook de ses trouvailles, de l'informer sur la méthode utilisée pour compromettre des serveurs. Un argument qui n'a pas convaincu.

Si l'attaque n'a pas touché de données personnelles d'utilisateurs, le juge a considéré que les conséquences auraient pu être " désastreuses " pour Facebook qui aurait dépensé 200 000 dollars dans le cadre des investigations.

Un porte-parole de Facebook a salué les efforts des autorités britanniques et de déclarer :

" Nous prenons très au sérieux toutes les tentatives d'accès non autorisé à notre réseau et travaillons étroitement avec les autorités pour amener les attaquants devant la justice. "

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #910841
Le problème avec les (vrais) hackers est qu'ils regorgent d'orgueil. Ils sont assez intelligents pour trouver la faille et effacer toutes traces de leur passage mais il faut qu'ils s'en vantent un jour ou l'autre. A peine 1 % des procès pour piratage est le chef d'une investigation des autorités sur base de données purement techniques. Dans tous les autres cas, cela est du à la dénonciation.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]