Fake News : beaucoup de collégiens et étudiants américains ne font pas la différence

Le par  |  6 commentaire(s) Source : Wall Street Journal
BuzFeed Fake News

Une étude menée auprès de collégiens, lycéens et étudiants américains relève que beaucoup ne font pas de distinction entre désinformation et information légitime.

Depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, il est beaucoup question de fake news, ces fausses informations à des fins de propagande, souvent pour discréditer le camp adverse, diffusées sur les réseaux sociaux et prenant l'apparence d'informations légitimes pour se glisser dans les flux d'actualité des utilisateurs des réseaux sociaux qui les partagent ensuite, créant une forme de propagande virale.

Google et Facebook sont sous le feu des critiques pour leur manque de réaction et de moyens de protection vis à vis d'un procédé que le président sortant Barack Obama a qualifié de "danger pour la démocratie" dans la mesure où ces fake news peuvent influencer l'électorat en diffusant des informations erronées ne cherchant qu'à susciter une émotion de rejet ou de sidération pour discréditer l'adversaire.

Mark Zuckerberg, patron de Facebook, a défendu sa plate-forme en affirmant qu'elle diffusait très peu de fausses informations. Néanmoins, il a évoqué plusieurs mesures pour renforcer la lutte contre les diffuseurs et ne pas faire apparaître ces sujets tendancieux dans les flux d'information.

BuzFeed Fake News
Source : Buzzfeed News

Et le problème est peut-être plus sérieux qu'il n'y paraît. Une étude réalisée par l'Université de Stanford auprès de près de 8000 collégiens, lycéens et étudiants américains relève que la plupart d'entre eux ne parviennent pas à distinguer les fake news des informations légitimes.

Ainsi, 82% des élèves de middle school (équivalent de nos collégiens) ne font pas de distinction entre un contenu sponsorisé et un article sur un même site Web, tandis que même les étudiants plus âgés ne s'appuient pas sur la source mais sur la richesse du contenu (texte et images) pour estimer la véracité d'une information.

L'étude relève ainsi que l'apparence de véracité compte plus pour les jeunes générations que la qualité ou la source de l'information. Ainsi, une photo accrocheuse sur Twitter suffit à rendre un sujet crédible, même si le texte l'accompagnant est incomplet ou complètement faux.

Seule parade envisagée pour éviter cette manipulation des esprits : l'éducation et l'apprentissage de règles pour sélectionner ses sources et s'exercer à détecter les fausses informations. Le milieu scolaire/étudiant a un rôle à jouer, de même que les parents, mais les entreprises high-tech et les réseaux sociaux peuvent aussi participer à cette lutte contre la désinformation, même si cela soulève d'autres questions, notamment sur ce qui peut ou pas être diffusé.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1934600
Quand tu es étudiants tu es sensé avoir acquis un certain niveau d'intelligence... sauf aux états unis où ils sont sélectionnés sur leurs capacités sportives !
Le #1934604
le peuple, manipulé par le peuple
Le #1934609
kerlutinoec a écrit :

Quand tu es étudiants tu es sensé avoir acquis un certain niveau d'intelligence... sauf aux états unis où ils sont sélectionnés sur leurs capacités sportives !


C'est hélas pas si simple. Quand l'objectif est de faire une blague, la supercherie est assez rapide à identifier (NordPresse, Gorafi), mais quand c'est pour de la propagande, ils s'arrangent pour que ce soit suffisamment crédible.

Quand tu enquêtes sur un sujet, le filtrage est assez vite fait. Quand tu vois juste passer une intox dans ton flux avec un visuel imitant la présentation d'une chaîne de TV sérieuse avec un titre mais que tu ne cliques pas, c'est déjà plus compliqué.

Le vrai problème, c'est cette manie de liker un article sans l'avoir lu juste en se basant sur le titre. Une journaliste avait obtenu plus de 250likes sur un lien qui ne marchait pas...
Le #1934641
MisterDams a écrit :

kerlutinoec a écrit :

Quand tu es étudiants tu es sensé avoir acquis un certain niveau d'intelligence... sauf aux états unis où ils sont sélectionnés sur leurs capacités sportives !


C'est hélas pas si simple. Quand l'objectif est de faire une blague, la supercherie est assez rapide à identifier (NordPresse, Gorafi), mais quand c'est pour de la propagande, ils s'arrangent pour que ce soit suffisamment crédible.

Quand tu enquêtes sur un sujet, le filtrage est assez vite fait. Quand tu vois juste passer une intox dans ton flux avec un visuel imitant la présentation d'une chaîne de TV sérieuse avec un titre mais que tu ne cliques pas, c'est déjà plus compliqué.

Le vrai problème, c'est cette manie de liker un article sans l'avoir lu juste en se basant sur le titre. Une journaliste avait obtenu plus de 250likes sur un lien qui ne marchait pas...


Et encore, j'ai rencontré beaucoup de personnes qui ont pris au sérieux des histoires de legorafi ou nordpresse...
Le #1934937
C'est vrai qu'un intellectuel ne se ferait pas prendre par de fausses informations.
Comme citer un philosophe comme Botul. https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Botul
http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20100208.BIB4886/bhl-en-flagrant-delire-l-039-affaire-botul.html
Ou de journaliste nous expliquer que Saddam Hussein a fait jeter des nouveaux nées hors de leurs couveuses au Koweit. https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_couveuses_au_Kowe%C3%AFt

Le #1935128
Faut tout leur expliquer à ces jeunes même la parole ne suffit pas, faut la gestuelle en plus ....
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]