Free Mobile répond à Bouygues Telecom sur le même ton pour son déploiement réseau 3G

Le par  |  2 commentaire(s) Source : Les Echos
free-mobile

Free Mobile a répondu au courrier du PDG de Bouygues Telecom l'accusant de ne pas faire beaucoup d'efforts sur le déploiement de son réseau 3G en répondant sur le même ton.

Les échanges épistolaires se poursuivent entre opérateurs, chaque courrier étant aussi soigneusement envoyé en copie aux autorités et régulateurs concernés par le secteur télécom. Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom, avait adressé un courrier en début d'année à Free Mobile pour s'étonner de son peu d'empressement à accepter ses propositions d'aide au déploiement de son réseau 3G alors même que les engagements liés à la licence d'exploitation d'un réseau 3G lui imposent de disposer de 75% de couverture en janvier 2015.

free-mobileSelon Bouygues Telecom, le quatrième opérateur doit encore installer plusieurs milliers d'antennes mais ne semble pas très concerné par cette échéance, ce qui lui fait malicieusement (sachant que les autorités et le ministère de l'Industrie écoutent) poser la question de sa stratégie d'investissement pour son réseau mobile.

La critique est récurrente et les représentants de Free doivent souvent se justifier ou contre-attaquer sur ce point. Maxime Lombardini, directeur général de Free Mobile, a donc répondu à Olivier Roussat sur le même ton, et avec les régulateurs en copie, en réaffirmant qu'il tiendra l'objectif de 75% de couverture début 2015.

Avec ses 2500 antennes déjà déployées, le quatrième opérateur couvrirait 60% de la population et Maxime Lombardini rappelle gentiment à son concurrent que ce dernier n'était pas en mesure d'assurer son obligation de couverture de 20% de la population plus de quatre ans après l'obtention de sa licence 3G en son temps.

Free réplique également aux interrogations sur sa stratégie d'investissement en posant des questions sur celles de Bouygues Telecom, notamment sur la fibre optique. Free dépense largement plus que Bouygues Telecom à ce niveau, ce dernier s'appuyant en partie sur le réseau câble de Numericable, rapporte le journal Les Echos qui publie la lettre de Maxime Lombardini.

Free appelle à prendre un peu de distance pour voir le tableau d'ensemble et suggère que Bouygues se montre très généreux envers ses actionnaires. Sujet qui fait aussi l'objet de débats chez les analystes mais qui doit être pris avec précaution, le fonctionnement du groupe Bouygues, et ses domaines d'activité, étant très différents de celui du groupe Iliad.

Bouygues-Telecom-logo Le directeur général de Free note enfin que les promesses d'aide à la négociation et à l'installation des sites pour les antennes sont un écran de fumée étant donné que Bouygues Telecom a vendu l'essentiel de ses pylônes aux sociétés TDF (dont il est actionnaire) et FPS "et vous n'êtes quasiment jamais propriétaire des toits terrasses en zone urbaine".

Difficile dans ces conditions de promettre des conditions de négociations avantageuses si Bouygues Telecom "n'a aucunement la capacité d'imposer à un bailleur tiers l'accueil d'équipements Free Mobile".

Free appelle toujours à entrer dans l'accord de mutualisation entre SFR et Bouygues Telecom qui pourrait être officialisé en fin de semaine en mettant en avant le fait qu'il ne pourra pas mettre en place un réseau équivalent au futur réseau mutualisé en l'espace de dix ans ou à celui d'Orange.

De quoi se ménager un droit à la négociation soit pour entrer dans l'accord de mutualisation soit avec Orange, sans quoi le risque de disparition d'un acteur, craint par les ministres Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin, pourrait devenir réalité, fait valoir Maxime Lombardini.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1638242
Personne n'est dupe Bouygues copain du système (l'oligarchie) peut garder ses forfaits pour Montbourg and Co!
Le #1640382
Personnellement, ce que j'aime bien dans cette lettre, c'est monsieur Lombardini qui mélange les chiffre en mettant le chiffre d'affaire de Bouygues Telecom avec les dividendes de tout le groupe Bouygues au complet aurait il d'autres blagues comme celà ? Bouygues est un groupe ou il y a aussi le bâtiment, et le groupe fait 33,5 M€ de chiffre d'affaire avec un dividende par action de 1,60 €, si l'on compare à un groupe similaire : Vinci, Vinci pèse 38,6 M€ et offre un dividende de 1,94 € par action, Bouygues proposant moitié moins de titre que Vinci.

Comparons ce qui est comparable et monsieur Lombardini le sait mais préfère ne pas en tenir compte...
Là aussi, pour les obligation des opérateurs, ce qu'oublie monsieur Lombardini c'est que les équipements à l'époque du déploiement 3G de Bouygues coûtaient bien plus cher qu'aujourd'hui, et nous ne parlons pas de SFR et Orange qui ont essuyé les plâtres de la naissance de la 3G, encore plus cher que pour Bouygues. Pourquoi toujours tout sortir du contexte pour dénigrer l'autre ? Ne peuvent ils pas (tous autant qu'ils sont) se battre sur la qualité qui fait cruellement défaut chez tout le monde ?

Sur la partie Fixe, Free est là depuis bien plus longtemps, d'où l'écart de NRA en propre, mais Bouygues a des accords avec SFR et Orange pour combler ce manque (ce qui lui coûte plus cher certes). En plus il est faux que Bouygues n'investi pas dans le FTTH, puisqu'ils ont investi plus de 300 millions dedans ce qui n'atteint certes pas les investissements de Free. Par contre, dans le fixe, il n'y a pas d'obligation légales de couverture de la population.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]