Test Game Jackal Pro

Le par  |  4 commentaire(s)
gamejackal-logo

Que ce soit pour réduire les nuisances sonores du lecteur optique, protéger ses originaux, les supports amovibles optiques étant d’une grande fragilité ou pour éviter de transporter ses jeux lors de chaque party LAN, il est toujours appréciable de s’affranchir de ses originaux à chaque fois que l’on souhaite jouer sous PC. C’est justement ce que nous propose l'application Game Jackal Pro, aujourd'hui développée par SlySoft.

La raison majeure empêchant quiconque de jouer sans CD/DVD demeure la protection anti-copie. Si bien sûr, un tel procédé a été mis en place pour contrer le piratage, elle entraîne néanmoins quelques désagréments au joueur et à l'utilisateur honnête (le piratage n'étant pas évité au final). Notamment les nuisances sonores liées au lecteur optique, sans oublier la fragilité des CD/DVD (rayures, poussière, chaleur, etc.).


TAGES     TAGES copy protection

Bien que peu utilisée dans le domaine des jeux vidéo, la protection TAGES™ est
sans aucun doute la meilleure protection à ce jour.


Sans rentrer davantage dans les détails historiques et techniques, TAGES™ est une protection semi-logicielle et semi-matérielle extrêmement efficace et rendant impossible la sauvegarde, l’émulation ou la copie physique d’un CD/DVD. On la retrouve par exemple sur les jeux Beyond Good & Evil, Moto Racer 3 ou encore Fahrenheit. Toutefois, cette protection impose une méthode de pressage unique difficile à mettre en œuvre, mais impossible à reproduire par les graveurs disponibles sur le marché. Difficile d’expliquer les raisons qui ont amené les éditeurs à délaisser la protection TAGES™, toujours est-il que ce sont essentiellement trois types de protections anticopie qui sont présentes aujourd’hui sur le marché des jeux PC : Safedisc (macrovision), Securom et Starforce.


StarForce_schema

Bien qu'aujourd'hui bien plus souple et "agréable" à l'usage, StarForce reste malgré tout
la protection la plus critiquée par les utilisateurs. D'ailleurs, le divorce entre Ubi Soft et
StarForce est aujourd'hui consommé depuis plusieurs mois déjà.


Bien que les techniques mises en œuvre soient différentes, ces trois protections fonctionnent toutes suivant un même schéma :

  • Chacune de ces protections s’appuie sur le niveau matériel du support enregistré (structure physique du disque, procédé de pressage spécifique et permettant d’insérer des clés électroniques de protection, etc.).
  • En cas de détection d’un logiciel de gravure, ou d’un lecteur virtuel en activité, la protection empêche l’application de s’exécuter. En empêchant au passage la reproduction des signatures numériques.


Securom

Securom peut-être directement implanté directement par Sony DADC (www.sonydadc.com)
ou bien directement sur Internet à l'aide de l'application
SecuROM Online Encryption Toolkit (OETK).



Bref, si ces protections permettent bien d’empêcher le piratage, elles ne font en réalité que limiter les dégâts, la plupart des titres se trouvant aisément sur Internet.


Safedisc copy protection

Diagramme de la protection Safedisc.



Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #173722
Il m'est arrivé de tester une ancienne version et celle-ci ne supportait/presque pas starforce, c'est domage que cette nouvelle version ne la supporte pas encore totallement car c'est la protection la plus chiante...

Ce qui est bizarre c'est que ce logiciel contourne les protections, et il me semblait que c'est justement ce point qui est illégal...je me trompais alors ???
Le #173731
Je pense que c'est OK puisque tu ne peux faire de copie, et tu as besoin de l'original pour faire le profil, mais cela reste à vérifier.
Le #173736
La loi DADVSI parle essentiellement des oeuvres musicales et cinématographiques. Le flou est total en ce qui concerne les oeuvres videoludiques. Pour preuve, ce texte provenant du site Internet Odebi :

un utilisateur ayant légalement acquis une oeuvre trouve un moyen de faire une copie privée -à laquelle il a droit- de cette oeuvre malgré son dispositif anti-copie, le projet de loi prévoit qu'il s'agit alors d'un acte de contrefaçon, qui peut donc coûter trois ans de prison et trois cent mille euros d'amende. Jouir du droit à la copie privée deviendrait donc un délit lourdement sanctionné...


Donc dans la mesure où l'utilisateur ne crée aucune image de son jeu original, Game Jackal Pro paraît légal. D'autant plus que certaines licences d'utilisation autorisent l'utilisateur à créer une sauvegarde. THQ autorise par exemple une telle pratique :
"Vous êtes autorisé à réaliser UNE copie du logiciel sous forme lisible par la machine, à des fins de sauvegarde uniquement, sachant que la dite copie ne devra être conservée que sur un ordinateur à la fois."

Donc dans ce cas de figure, l'utilisation du module de création d'image intégré à Game Jackal colle parfaitement à la licence d'utilisation de S.T.A.L.K.E.R.
Un peu contradictoire avec les textes DADVSI non ? D'autant plus que je me demande comment il est possible de sauvegarder le jeu sans contourner le système anticopie mis en place par THQ. Ce qui d'après le texte de loi DADVSI constitue un délit !

Bref, sans créer une nouvelle polémique, il est plus qu'abbérant de voir de tels textes de lois appliqués en France, avec en parrallèle la présence d'une taxe copie privée sur les supports d'enregistrements. Pourquoi taxer alors qu'on ne peut plus contourner les protections anticopie ?
Le #173750
Alors j'achète un jeu à 60 euros -ou 30 euros si ce jeu est naze- et la j'ai deux solutions:
1/ je ne fais pas de copie et si j'ai une merde quelconque avec mon disque et que j'aime par dessus tout mon jeu, je paye de nouveau 60 euros...
2/ je veux faire une copie en restant dans le légal et je paye donc un nouveau logiciel qui en plus ne pourra peut etre pas contourner les protections de mes autres jeux...

Question: y'a que moi qui trouve cela débile?

Il est clair que le systeme de protection mis en place par les développeurs est une vaste fumisterie. Il est incensé de voir les protections pour des jeux qui ne sont pas encore sortis pulluler un peu partout!
On l'a vu dernièrement, le meilleur moyen pour un éditeur de garder un niveau de vente raisonnable par rapport aux versions crackées est de mettre un mode online qui nécessite une authentification et qui ne se borne pas à un simple mode multijoueur sans aucun interet mais avec de nouvelles fonctionnalités (titan quest pour les armes, Test drive unlimited pour les voitures d'occasion ou les challenges, Half Life 2 pour counter strike, etc...)

Il est un fait: aucune protection aussi lourde soit elle n'est inviolable. L'argent inverstit l'est donc à perte. Cela induit des cout de développement et d'éditions important qui engendre soit: des jeux plus chers, soit des vieilles merdes qu'on achète pas.
Au final, il sortirait moins de jeux mais plus de bons on aurait surement moins de mal à juguler tout cela. Enfin bon, je ne suis qu'un consommateur et je dois etre trop con!

Et bien sur, ceci est valable pour les maisons de disques avec leurs vieilles DRM toutes moisies qui servent à rien si ce n'est empecher les utilisateurs légaux de faire ce qu'ils ont le droit de faire en payant une licence (simplement écouter leur disque en MP3 par exemple). Ainsi ils scient eux meme la branche sur laquelle ils sont assis. ET puis bon, un CD acheté 25 euros qui ne coute que 2 euros en production et édition, ca veut dire quoi?

Vraiment, s'ils n'entreprennent pas une réflexion de fond, ils courrent à leur perte de bénéfice. MMais c'est comme tout, on ne voit qu'à court terme. Tant pis, et le piratage a de beaux jours devant lui tant que les députés imagineront que le P2P est le seul moyen de copie de musique...pfff...vraiment, faudraient qu'ils sortent de l'héimcicle de temps en temps!
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]