Google ATAP et Google X : la culture de l'essai/erreur peut aussi montrer ses limites

Le par  |  1 commentaire(s) Source : Wall Street Journal
Google logo pro

Pour découvrir les innovations de demain, il faut du temps et s'engager souvent sur de mauvaises pistes avant de trouver la bonne. Mais même un géant comme Google doit savoir brider sa culture de l'échec pour ne pas voir ses coûts s'envoler.

Le changement de directeur financier chez Google, qui passe de Patrick Pichette à Ruth Porat, intervient à un moment où le géant de Mountain View n'a jamais dépensé autant dans des projets de recherche d'envergure.

Yezz Ara 02  Entre les projets mobiles de la division ATAP (Advanced Technology and Projects), dont Google va étendre le financement et les moyens, et les idées innovantes testées au sein du laboratoire Google X, le groupe américain est engagé dans une coûteuse course à l'innovation...qui commence à effrayer les investisseurs.

Le contrôle des coûts est d'ailleurs l'un des éléments sur lesquels la nouvelle directrice financière est attendue. Car si les dirigeants ont régulièrement vanté la culture de l'échec qui permet de tester diverses idées et concept avant de trouver une solution efficace, la difficulté reste de savoir quand persévérer et quand cesser de s'acharner.

Car si certains projets innovants ont ou vont percer, d'autres n'ont pas vraiment réussi à s'imposer, comme dans le cas des lunettes connectées Google Glass ou des tentatives autour des drones de livraison.

Or, indique le Wall Street Journal, certains observateurs suggèrent que Google se rapproche dangereusement de son investissement optimal en R&D, c'est à dire générant le meilleur retour sur investissement par rapport au temps d'émergence des projets et aux coûts engagés, et au-delà duquel l'entreprise commence à perdre en efficacité sans une rationalisation de son effort de recherche.

Project Tango Google a commencé à prendre des mesures pour éviter de laisser les projets devenir des gouffres financiers : au sein de l' ATAP, de nombreux projets sont limités à deux années de développement, après quoi ils sont transformés en spin off ou abandonnés, et les responsables de projet sont régulièrement échangés à ces échéances, avec l'intégration d'experts ne provenant pas de l'entreprise.

Ainsi, si la culture de l'essai/erreur est prônée, ces mécanismes évitent de sombrer dans des impasses stériles et permettent de passer à l'étude d'autres idées et concepts, diluant les risques sur le temps passé sur les projets et les investissements réalisés.

Si des projets rendus publics poursuivent leur développement, comme le projet ARA de téléphone modulaire ou le projet Tango de cartographie 3D, d'autres ont été abandonnés, comme un dispositif devant réduire la consommation d'énergie des appareils mobiles mais qui n'a jamais atteint l'objectif prévu ou une technologie d'optimisation sonore laissée de côté après que Google a finalement choisi de prendre une licence auprès d'un fournisseur.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1838694
$oo$le va montrer ses limite lorsqu'il y aura plus d'humain à fourrer sur Terre.

Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]