Le changement climatique à la loupe de Google Earth

Le par  |  10 commentaire(s)
Google_Earth_Changement_Climatique

Dans le cadre du projet Climate Change in Our World, deux nouvelles vues sont proposées dans Google Earth afin d'éveiller les consciences et visualiser les effets du changement climatique sur la planète.

Google_Earth_Changement_ClimatiqueAvec son programme Google Earth Outreach, la firme de Mountain View met au service d’organismes à but lucratif ou non sa cartographie en ligne, le fameux couple Google Earth-Maps. C'est ainsi que Google Earth vient de trouver matière à expression dans la cause environnementale avec pour " mécènes " le gouvernement anglais dans le cadre d’un projet dénommé Climate Change in Our World, ou le changement climatique dans notre monde.


Le changement climatique vu par Google Earth
Deux nouvelles vues pour Google Earth sont à disposition et exposent les données issues du service national britannique de météorologie et du BAS, British Antartic Survey. Avec ces vues, il est ainsi possible d’observer les changements de températures dans différentes régions du globe sur 100 ans, de 1999 et jusqu’en 2099 en tenant compte des effets prévisibles du réchauffement climatique. Ce réchauffement a une incidence notable sur les glaciers en Antarctique, ce que montre la deuxième vue également agrémentée d’images et de vidéos sur la fonte des glaces.

Le changement climatique transforme notre planète et le projet Climate Change in Our World veut le montrer de façon très explicite pour sensibiliser l’opinion à ce sujet.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #235211
Bah si google coupait tous ses datacenters, on gagnerait pas mal aussi ;-)
Le #235341
"de 1999 et jusqu’en 2099 en tenant compte des effets prévisibles du réchauffement climatique"

On se marre aujourd'hui quand on se rappelle qu'au Moyen-Âge, on brûlait des femmes accusées de sorcellerie.

Dans 500 ans, un historien tombera sur cette phrase : les gens rigoleront tellement en l'entendant diffusée à la radio qu'ils en auront des accidents de voitures volantes.
Le #235421
Perso, l'inquisition catholique qui a conduit des femmes sur le bûcher, ça ne m'a jamais fait "marrer".
Je ne suis pas scientifique spécialisé dans les changements climatiques, mais quand on assiste aux querelles actuelles sur l'origine du réchauffement, il est difficile de se forger une opinion, surtout quand on est un "profane".
Le #235601
Je suis moi aussi profane en matière de météorologie ; je n'ai pas non plus un bon sens spécialement développé.

M'enfin, développer un logiciel ayant l'immense prétention de donner une carte précise des températures en n'importe quel point du globe, et ce dans 80 ans, et d'essayer de faire gober à tout le monde que c'est du travail sérieux, du travail scientifique, du travail rationnel... faut pas avoir peur de rougir.
Le #235621
mais au aucun scientifique ne prétend faire ce dont tu parles.
Il s'agit ne s'agit pas de régions précises mais de zones climatiques assez vastes, et les tempétatures sont des maximum de probabilités, avec des marges d'erreur assez vastes.
Ce dont tu parles, ce n'est qu'un résumé journalistique, c'est forcément faux, mais l'objectif n'est pas de donner la météo du 20 mai 2099 (c'est de la climatologie, ça n'a pas grand chose à voir avec la météo), c'est de donner une idée de ce à quoi notre planète ressemblera en 2100 ... et sur ce point là, les modèles climatiques sont assez fiables, les plus grandes incertitudes sont liées à l'évolution de l'économie : plus ou moins émettrice de gaz à effet de serre.

Je reconnais que il y a un problème de perception du problème par le public "profane", et elle viens essentiellement d'une méconnaissance du sujet par les journalistes qui en parlent, et par une confusion généralisée entre météo et climatologie.

Maintenant, si vous souhaitez en savoir plus, il y a des dizaines de sites web bien documentés sur le sujet, à tous les niveaux, ça n'est pas si difficile de se forger une opinion (enfin, faut quand même faire gaffe, y'a de tout).
Le #235651
"ce n'est qu'un résumé journalistique, c'est forcément faux"

Certes, m'enfin c'est un site d'information sur les nouvelles technologies, on ne va pas faire un dossier sur la climatologie.

"et sur ce point là, les modèles climatiques sont assez fiables"

Il faut que je retrouve ma source, à savoir un opus de Scientific American, au sujet d'une étude de "fiabilité" desdits modèles.

En résumé, un institut européen quelconque avait entré tous les relevés météorologiques connus des années 1930 aux années 1990 (un travail titanesque, soit dit en passant) dans un modèle climatologique pour voir s'il arrivait à prévoir les tendances du climat en... 2006, année de parution de l'article. Il s'agissait donc, à partir de données réelles et connues, de procéder à des simulations devant théoriquement arriver à un résultat lui aussi connu puisque contemporain de l'étude.

Sur une cinquantaine de simulations effectuées, aucune ne prévoyait correctement le climat actuel.

Je ne généralise pas, ce n'est qu'une étude parmi de nombreuses autres, mais ça fait réfléchir aux phrases du genre "les climatologues estiment que la température moyenne du globe sera plus élevée de 2,57°C d'ici 2026".

Notez qu'on ne donne jamais le nom des scientifiques en question et qu'ils ne signent jamais de prévision catégorique, ou alors pour 2080, quand ils seront trop morts pour qu'on puisse leur reprocher de s'être foutus de notre gueule.
Le #235671
"Je ne généralise pas, ce n'est qu'une étude parmi de nombreuses autres"
En effet, il vaut mieux pas généraliser ... surtout si tu cites pas ta source, on peut pas vérifier. Mais enfin, le principe de base de tous les modèles climatiques de long terme est qu'on les teste d'abord sur des données passées, qui permettent d'évaluer la fiabilité du modèle en question. Dans un article scientifique, cette fiabilité est toujours évoquée, dans un article de presse non : le public n'y comprendrait de toutes façons pas grand chose ... l'information qui est donnée n'est donc que le scénario le plus probable, si le journaliste dit "ça va se passer comme ça" au lieu de "ça rique de se passer comme ça" c'est le journaliste qui est en faute, pas le scientifique, donc à critiquer quelqu'un, c'est le journaliste.

"es climatologues estiment que la température moyenne du globe sera plus élevée de 2,57°C d'ici 2026"
c'est typiquement une phrase de journaliste ... un scientifique aurait au moins annoncé ça avec une marge d'erreur (ou mieux, dit "le scénario XXX du modèle YYY prévéoit une augmentation moyenne de 2,57°C, ce qui nous a semblé réaliste, pour ZZZ raisons).

"Notez qu'on ne donne jamais le nom des scientifiques en question et qu'ils ne signent jamais de prévision catégorique"
Ben si, leur nom est en haut de tous les articles scientifiques (articles scientifiques hein, pas articles de science et vie)... rien de secret, et leurs prévisions ... d'un côté tu reproches que c'est foireux d'avancer des prévisions catégoriques pour dans 50 ans, et de l'autre côté tu voudrais qu'ils en fassent ? tu manquerais pas un peu de logique ?
Le #235781
Je suis content de notre débat, JC, parce qu'au final je vais réussir à te faire dire exactement ce que je voulais signifier aux autres (mais quand c''est moi qui le dit, je passe pour un affreux réac') : les journalistes sont des imbéciles dangereux qui manipulent l'opinion avec des chiffres qu'ils ne comprennent pas et à qui ils peuvent faire dire ce qu'ils veulent.

"d'un côté tu reproches que c'est foireux d'avancer des prévisions catégoriques pour dans 50 ans, et de l'autre côté tu voudrais qu'ils en fassent ? tu manquerais pas un peu de logique ?"

Justement pas : j'aimerais qu'ils arrêtent de faire des prévisions foireuses, ou alors qu'elles ne sortent pas de leur labo. Pour cela, une simple phrase du genre "tu signes tes prévisions à court et moyen termes ; si elles sont vraiment foireuses on te coupe tes crédits de recherche" devrait suffire.

On a beaucoup reproché, par exemple, à Sarko d'avoir instauré un climat (haha) de peur pour faire passer ses idées ; ma foi, les écologistes ne sont pas en reste.
Le #236061
"les journalistes sont des imbéciles dangereux qui manipulent l'opinion avec des chiffres qu'ils ne comprennent pas et à qui ils peuvent faire dire ce qu'ils veulent."
ils donnent souvent une info incomplète ... de là à aller les accuser de manipulation, je ne suis pas d'accord.

"j'aimerais qu'ils arrêtent de faire des prévisions foireuses, ou alors qu'elles ne sortent pas de leur labo"
et où as-tu vu qu'ils faisaient des prévisions foireuses ? qui est-tu pour pouvoir affirmer qu'elles le sont ?

"si elles sont vraiment foireuses on te coupe tes crédits de recherche"
Si elles sont foireuses, elles ne sont pas publiées ... et forcément il y en a des foireuses, mais si un chercheur ne produit que des trucs foireux, effectivement, on lui coupe ses crédits.
Et pour ta gouverne, je te le répète, les scientifiques signent tout ce qu'ils produisent ... c'est même là dessus qu'ils sont évalués.

Tu continues de toutes façons à mélanger les scientifiques, qui produisent les résultats, avec les journalistes/militants écologistes/hommes politiques, qui les reprennent sans toujours les comprendre, et tu accuses les scientifiques d'être responsables des erreurs propagées par les autres.
Tu n'as manifestement jamais lu (ou compris) la moindre publication scientifique sur le sujet (non, scientific american, ça n'est pas une publi scientifique, mais une revue de vulgarisation), tu n'y connais rien, et tu te permets de critiquer, sur la base de tes intuitions "ah mais c'est pas possible que ..." "ah mais ces prévisions sont foireuses ...". En attendant, ces prévisions, elles ont fait l'objet de publications par les scientifiques qui les ont réalisées (avec leur nom en haut de la feuille, oui), elles ont été validées par un comité de vérificateurs, et si tu veux les critiquer, c'est sur la base de la publication qu'il faut te baser, pas sur la vulgarisation qui en est faite dans les revues grand public.
Et si tu veux critiquer les journalistes, pareil, tu reprend la publi originale, et tu cherches où ils se sont plantés en la retranscrivant ... en attendant, eux, ils se sont documentés, et en général, même si ce qu'ils racontent est assez approximatif, ou incomplet, dans l'idée c'est juste (sinon, ils reçoivent une avalanche de critiques, et ça passe pas inaperçu).
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]