GSMA : la SIM, passage obligé des services NFC

Le par  |  2 commentaire(s)
GSMA logo

Les observateurs le savent depuis longtemps : ce sont les opérateurs mobiles qui décident du décollage du marché des services NFC et des conditions de son déploiement. Et ils ont tranché : le NFC passera avant tout par la carte SIM.

GSMA logoDepuis que les services NFC ont dépassé le cadre du concept pour entrer dans celui des expérimentations sur le terrain, les observateurs savent que sur toutes les modalités possibles pour intégrer cette technologie ( module embarqué, sticker à coller au dos d'un appareil, carte mémoire NFC, SIM NFC... ), ce sont les opérateurs mobiles qui vont décider du mode opératoire.

Assez rapidement, et de façon assez logique, ces derniers ont donné leur faveur au développement de cartes SIM compatibles NFC ( la SIM jouant le rôle de contrôleur ou embarquant directement un module NFC ).

L'avantage pour les opérateurs est évident car cela leur permet d'utiliser la carte SIM comme système de contrôle de l'accès des services NFC depuis le mobile, ce qui donne la possibilité de garder un oeil sur les usages et de tenter de monétiser autant que possible les flux et services.

Et pour promouvoir cette direction, c'est tout le poids de la GSMA ( GSM Association ), l'association regroupant des centaines d'opérateurs mobiles, qui est placé sur le développement de solutions NFC reposant sur un contrôle par la SIM.

La GSMA annonce ainsi que 45 des plus grands opérateurs mobiles au monde ont annoncé leur soutien à cette vision du NFC mobile. On y trouve les trois opérateurs mobiles français ( Orange, SFR, Bouygues Telecom ) mais aussi tous les poids lourds comme China Mobile, Vodafone ou Verizon...


Hors SIM, point de salut
Certaines initiatives NFC locales, comme ISIS aux Etats-Unis, vont aussi en ce sens. Par ailleurs la technologie s'affine et se précise, comme en témoigne la démonstration de la société française Inside Secure au salon Cartes & Identification avec sa solution NFC complète ( dont l'antenne ) implantée dans un format SIM standard, apportant la fonctionnalité NFC à des mobiles basiques.

Pour continuer de pousser en ce sens et garantir l'interopérabilité des solutions SIM NFC chez les opérateurs et les fabricants, la GSMA vient de publier des spécifications définissant des API pour les services NFC passant par les cartes SIM.

Tout sera ainsi prêt pour participer au décollage du marché des services NFC. Selon le cabinet d'études Strategy Analytics, environ 1,5 milliard de mobiles SIM NFC seront écoulés entre 2010 et 2016 et seront le support de transactions représentant plus de 50 milliards de dollars. Parallèlement, ABI Research anticipe que 85% des terminaux de vente seront compatibles NFC d'ici 2016.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #860691
Internet aura sans nul doute servi à quelque chose : favoriser et faciliter l'activité des groupes de pression !
Ha bon, hors SIM point de salut ?
ha bon, ce sont les opérateurs de téléphonie mobile qui décident du décollage de la NFC ?
Est-ce que Christians D. sait ce qu'est un groupe de pression ?
Ce que je sais, moi, c'est que rapporter simplement les propos d'un groupe de pression, ce n'est pas du journalisme. Un journaliste c'est quelqu'un qui analyse, enquête et produit des informations diverses permettant au lecteur de se forger une opinion.

Sérieusement, concernant les usages NFC, ils décolleront quand les différents acteurs de cet éco-système auront produit une(des) architecture(s) pertinentes assurant l'interopérabilité entre moult outils NFC pouvant prendre des formes diverses (cartes et tags, boitiers dédiés, terminaux, bornes, etc... et smartphones). Pour l'instant, on en est encore très loin ... Ce n'est pas du pessimisme, c'est juste que les "gros acteurs" s'intéressent individuellement avant tout à leur marché et à leurs intérêts propres ce qui ne va pas dans le sens d'une adoption généralisée ...
Le #860701
J'aurais en effet peut-être dû mettre plus en évidence le second degré de mon propos.

Le choix du "hors SIM, point de salut" n'est pas exactement une satisfaction affichée de cette "victoire" des opérateurs, c'est plutôt l'arrière-pensée non formulée de la GSMA.

Et quand je dis que les observateurs savaient dès le départ que ce sont les opérateurs qui donneraient le top départ, c'était justement une référence à peine voilée aux groupes de pression que vous mentionnez et aux intérêts sous-jacents, avant tout les leurs...

Cette interopérabilité générale, ils vont tenter de l'amener à leur façon, et selon leurs exigences. Mais c'est souvent comme cela que ça se passe sur les marchés naissants, encore plus quand les enjeux sont aussi énormes et impliquent autant d'acteurs différents.

Je pense que vous conviendrez tout de même que la téléphonie mobile (et justement pas seulement les smartphones) a un énorme rôle à jouer dans la démocratisation des services NFC, au moins du côté des services grand public.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]