Hadopi et cinéma : pourquoi la VOD patine

Le par  |  7 commentaire(s)
Hadopi-logo

La Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet pointe du doigt les freins à l'essor de la consommation du cinéma en ligne.

Hadopi-logoL'Hadopi n'a pas que pour mission la réponse graduée. Parmi ses autres attributions, l'observation des usages numériques et de valorisation de l'offre légale. C'est dans ce cadre qu'elle s'est penchée sur l'offre et la consommation de cinéma en ligne.

En 2010, le nombre de transactions VOD pour le cinéma a été supérieur à 18,7 millions, soit un peu moins du double qu'en 2009. Les actes de consommation légale en VOD représentent l'équivalent de 10 % des entrées cinéma et de 33 % des ventes de films sur support physique ( chiffres CNC, GfK-NPA Conseil ). Manifestement pas suffisant.

Le cinéma représente 65 % du marché de la vidéo à la demande. Le prix moyen de vente des films en VOD est de 4,25 € en 2011. Pour les internautes, l'offre de VOD pour les achats à l'acte demeure néanmoins " particulièrement onéreuse ", note l'Hadopi

" Le prix est souvent jugé peu attractif  par rapport à l'offre physique  ( DVD, Blu-Ray ), notamment  pour  les offres groupées  ( saison  complète  d'une  série ),  proposées à  des prix inférieurs sur support physique ".

Pour l'Hadopi, l'un des autres principaux freins au développement de la VOD est le délai de disponibilité des films. Il est de 4 mois après la sortie en salle pour la VOD à l'acte, mais passe à 36 mois pour la VOD par abonnement. " Une évolution de la chronologie des médias pourrait renforcer l'attractivité de l'offre légale, et réduirait à l'inverse les justifications à se tourner vers les offres illicites ".

Les autres freins identifiés sont la taille des catalogues, la faible disponibilité des versions originales et sous-titrées, la territorialité de certaines offres, une disponibilité rare pour les systèmes d'exploitation open source.

L'Hadopi cite également : " la  visibilité  de  l'offre  illicite  via  des  sites  de  direct  download,  qui  bénéficient  parfois  d'un meilleur référencement sur les moteurs de recherche ".

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #848791
imho, max 2€ / film. En dessus c'est du vol, la dématérialisation doit *AUSSI* profiter aux consommateurs (et pas aux majors, qui économisent boitier, pressage dvd, impression cover,...)

C'est bien ça leur problème: l'envie de se faire du fric a depuis longtemps dépassé le cadre "achat/vente" où chacun y trouve son compte...
Le #848851
bah c'est comme pour la restauration on veut la tva à 5.5 mais ça ne fait rien baisser niveau consommateur,et je voudrais bien savoir l'impact sur la fiche de paie des employés.


Le #848871
Moins ils en font et plus ils veulent gagner :?
Le #848901
Il en veulent pas de la vod ils freinent des 4 fers les majors , et ils s'étonnent que les gens piratent , bientôt la location d'un film coutera une place de ciné une avancé royale !
Le #848911
pour une fois l'hadopi ne dit pas que c'est que à cause des méchant pirates si la vod ne fonctionne pas.
C'est assez surprenant pour être relevé
Le #848921
@#5
Bah oui les élections approchent, faut faire bonne figure..
Le #848961
Quelle logique imparable notre governement/présidence applique... : on commence par faire des lois liberticides et inapplicables pour tapper sur des gens qui n'ont pas moyen de faire autrement pour voir des films/écouter de la musique / lire des libre dans des conditions décentes, ensuite seulement on se pose la question de savoir comment faire en sorte que l'offre légale soit décente....
IM-PA-RA-BLE
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]