Japon : high-tech et tradition font bon ménage

Le par  |  1 commentaire(s)
emiko miki

Miki, qui explique qu'elle refuse de suivre la mode Européenne a fait défiler des modèles en vêtements inspirés des traditionnels kimonos, mais remaniés façon technologie, avec des gadgets tels que des écrans vidéo lors de la Tokyo Collection qui avait lieu ce jeudi.

Emiko mikiMiki, qui explique qu'elle refuse de suivre la mode Européenne a fait défiler des modèles en vêtements inspirés des traditionnels kimonos, mais remaniés façon technologie, avec des gadgets tels que des écrans vidéo lors de la Tokyo Collection qui avait lieu ce jeudi.


Haute couture et haute technologie
Miki, qui a travaillé en tant que graphiste créative sur ordinateur et en tant que designer de kimono a expliqué à l'agence de presse Reuters qu'elle voulait créer un produit typiquement japonais.

" Je pense que le rapport au high-tech est quelque chose de très particulier au Japon, et dès que les gens me voient avec un gadget high-tech dans d'autres pays, ils l'adorent parce que c'est Japonais et qu'ils pensent que ce que je porte me ressemble. C'est comme cela que l'idée m'est venue de créer une collection comme celle-ci " a-t-elle expliqué.

Elle a donc utilisé des matériaux riches, nobles et traditionnels pour la confection de sa collection, qui contrastent avec les matériaux froids et high-tech des gadgets et accessoires qui vont avec.

Une robe-kimono grise à motif de dragons colorés prend ainsi le contrepied d'un petit sac à dos futuristique équipé d'un écran de télévision diffusant des images psychédéliques. Des moniteurs télé ont aussi été utilisés pour décorer des sacs à main de toutes tailles et coloris.


Promouvoir les produits " made in Japan "

La collection a été présentée lors de la Japan Fashion Week, une manifestation organisée il y a deux ans de cela par le gouvernement et l'industrie de la mode japonaise afin de promouvoir les produits 'made in Japan'.

Le Japon, qui bénéficie d'une image et d'un rayonnement high-tech assez incroyable auprès des populations étrangères veut aussi mettre en avant ses jeunes créateurs de mode, qui ont du mal à s'inscrire dans le paysage mondial de la mode, au contraire de ce qui se faisait il y a quelques décennies de cela, quand Yohji Yamamoto, Kenzo Takada et Issey Miyake étaient mondialement connus dans les capitales de la mode que sont Paris Londres et New-york.

Si les Japonais consacrent les même ressources qu'ils ont utilisées dans leur domination des marchés high-tech, dans cette entreprise de diffusion de leur vision de la mode, nul doute que le rayonnement technologique que nous connaissons se verra suivi de très prés par la renommée de la mode nipponne.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #161735
on est content pour elle.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]