Impression 3D : après les armes à feu, les munitions

Le par  |  13 commentaire(s) Source : Wired
balle fusil imprimée

Le débat sur l’utilisation des imprimantes 3D afin de réaliser des armes à feu ne semble être qu’à ses débuts. Après une arme de poing, ce sont des munitions qui ont été imprimées.

Il y a quelques semaines, l’impression 3D s’invitait dans le débat qui secoue actuellement les USA concernant la régulation et la prolifération des armes à feu.

balle fusil imprimée Après que Defense Distributed a proposé des plans en accès libre permettant d’imprimer en 3D une arme à feu dans son intégralité, cette fois ce sont des munitions qui devraient alimenter un peu plus le débat.

Un passionné d’armes du Tennessee vient ainsi de publier une vidéo présentant plusieurs créations : des balles pour fusil imprimées en 3D.

Les "Slug" sont des cartouches pour fusil proposant un projectile unique, d’une taille conséquente et proposent une puissance plus importante au détriment de l’absence de dispersion comparée à une cartouche à plomb.

À défaut d’avoir imprimé le culot, la poudre et la chemise, c’est l’ogive qui a fait l’objet d’une impression, sous différentes formes et longueurs.

liberator 3D Jeff Heeszel a testé trois de ces munitions dans un Mossberg 590. Les ogives ont dû être lestées avec un peu de plomb pour leur éviter de s’envoler puisque les plastiques utilisés en impression 3D se veulent peu dense, et le processus d’impression ne propose pas de forme " pleine " mais une sorte de maillage permettant d’économiser du matériau tout en évitant à la structure de s’affaisser pendant l’impression.

Chacune des 3 balles a touché sa cible à une distance de 10 mètres environ, et les dégâts affichés sont effrayants. Cependant, puisque les balles imprimées ne proposent pas de rayures, leur vol est relativement chaotique et aléatoire. Il semble difficile d’espérer avoir une quelconque précision passé 15 mètres avec ce type de munition, même si elles n’en restent pas moins dangereuses en deçà.

La vidéo elle-même est présentée sous la forme d’un divertissement et dédramatise sans doute un peu trop la situation.

Les ogives ont été imprimées à partir d’une imprimante 3D Solidoodle, une machine proposée à partir de 800$ et qui utilise de l’ABS pour ses réalisations.

Contrairement à Cody Wilson, Jekk Heeszel ne souhaite pas partager ses créations sur la toile, selon lui, Defense Distributed " souhaite faire croire à ses clients qu’ils ont l’esprit libre, mais veulent simplement faire de l’argent sur ces jeunes qui sont demandeurs d’action".

  

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1320272
Aie, aie, aie... comme je le disais dans la news précédente sur l'impression de ces armes 3D, ça ouvre la voix à une très forte hausse de la criminalité, surtout dans les pays où les armes sont contrôlées et interdites à la vente : on passe de "peu d'armes en circulation" (ou en tout cas une certaine difficulté à s'en procurer ) à une facilité d'accès absolument déconcertante... le tout à un coût dérisoire.

Encore une fois, il ne faut pas voir l'investissement initial fait par UN particulier pour se construire UNE arme, mais plutôt les gens qui feront commerce avec ça, pouvant vendre leurs armes jetables pour des prix défiant toute concurrence... et sans aucune traçabilité (la police scientifique va s'arracher les cheveux avec ça : un vrai cauchemar ) .
Une bonne chose que le mec ne fasse pas circuler ses plans, mais ce n'est qu'une question de temps avant que des balles 3D soient disponibles en circulation.


"Il semble difficile d?espérer avoir une quelconque précision passé 15 mètres avec ce type de munition"
Mais 15 mètres c'est LARGEMENT plus qu'il n'en faut pour braquer quelqu'un ou réaliser des exécutions sommaires...
Le #1320312
orakaa a écrit :

Aie, aie, aie... comme je le disais dans la news précédente sur l'impression de ces armes 3D, ça ouvre la voix à une très forte hausse de la criminalité, surtout dans les pays où les armes sont contrôlées et interdites à la vente : on passe de "peu d'armes en circulation" (ou en tout cas une certaine difficulté à s'en procurer ) à une facilité d'accès absolument déconcertante... le tout à un coût dérisoire.

Encore une fois, il ne faut pas voir l'investissement initial fait par UN particulier pour se construire UNE arme, mais plutôt les gens qui feront commerce avec ça, pouvant vendre leurs armes jetables pour des prix défiant toute concurrence... et sans aucune traçabilité (la police scientifique va s'arracher les cheveux avec ça : un vrai cauchemar ) .
Une bonne chose que le mec ne fasse pas circuler ses plans, mais ce n'est qu'une question de temps avant que des balles 3D soient disponibles en circulation.


"Il semble difficile d?espérer avoir une quelconque précision passé 15 mètres avec ce type de munition"
Mais 15 mètres c'est LARGEMENT plus qu'il n'en faut pour braquer quelqu'un ou réaliser des exécutions sommaires...


Autant on peut craindre une prolifération d'armes autant la création de balles 3d est de la fumisterie... Voilà des siècles qu'il est accessible au premier clampin venu de couler une ogive avec du plomb en fusion...
Sans oublier qu'en France les armes à poudre noire sont en vente LIBRE et intraçable, si un type veux un jour tuer un autre type ce n'est pas vers l'impression 3d qu"il se tournera...
Je ne connais pas la législation des autres pays prohibiteurs comme la GB ou le Japon donc mon avis ne concerne que la France ( et encore plus les EU où les armes sont TRÈS facilement accessibles )
Le #1320352
Les armes ... Maintenant les munitions ... et demain ? On imprimera des victimes en 3D ou on utilisera de vraies personnes ?
Le #1320412
instantnoodles a écrit :

orakaa a écrit :

Aie, aie, aie... comme je le disais dans la news précédente sur l'impression de ces armes 3D, ça ouvre la voix à une très forte hausse de la criminalité, surtout dans les pays où les armes sont contrôlées et interdites à la vente : on passe de "peu d'armes en circulation" (ou en tout cas une certaine difficulté à s'en procurer ) à une facilité d'accès absolument déconcertante... le tout à un coût dérisoire.

Encore une fois, il ne faut pas voir l'investissement initial fait par UN particulier pour se construire UNE arme, mais plutôt les gens qui feront commerce avec ça, pouvant vendre leurs armes jetables pour des prix défiant toute concurrence... et sans aucune traçabilité (la police scientifique va s'arracher les cheveux avec ça : un vrai cauchemar ) .
Une bonne chose que le mec ne fasse pas circuler ses plans, mais ce n'est qu'une question de temps avant que des balles 3D soient disponibles en circulation.


"Il semble difficile d?espérer avoir une quelconque précision passé 15 mètres avec ce type de munition"
Mais 15 mètres c'est LARGEMENT plus qu'il n'en faut pour braquer quelqu'un ou réaliser des exécutions sommaires...


Autant on peut craindre une prolifération d'armes autant la création de balles 3d est de la fumisterie... Voilà des siècles qu'il est accessible au premier clampin venu de couler une ogive avec du plomb en fusion...
Sans oublier qu'en France les armes à poudre noire sont en vente LIBRE et intraçable, si un type veux un jour tuer un autre type ce n'est pas vers l'impression 3d qu"il se tournera...
Je ne connais pas la législation des autres pays prohibiteurs comme la GB ou le Japon donc mon avis ne concerne que la France ( et encore plus les EU où les armes sont TRÈS facilement accessibles )


Je ne te dis pas le contraire, mais il y a une différence entre stocker une caisse d'AK 47 et faire de l'impression 3D d'armes à la demande. Ca ne t'oblige pas à avoir la même logistique : tu peux avoir un "labo d'impression 3D perso" à peu près n'importe où, pas besoin d'autant de stockage, d'autant de sécurité (les caisses d'armes à feu qui circulent ne sont pas laissées à l'air libre ) .
Tu peux faire plus de quantité, plus vite, moins cher, et en ayant moins besoin de te cacher.

La chose devient plus facile à mettre en place pour les revendeurs, et beaucoup plus accessible encore pour les acheteurs potentiels que pour les armes traditionnelles.

Toujours pour les revendeurs/trafficants, si un trafficant héberge ses plans d'armes/munition sur un Cloud et qu'il imprime "à la demande", si une descente de flic vient chez lui, ils ne peuvent pas l'arrêter pour détention d'armes ni prouver grand chose. La loi étant encore loin d'être adaptée à ça ils vont le coincer pour quoi ? Consultation et/ou détention de plans d'impression 3D ? Il faudrait déjà qu'ils trouvent l'accès à ses fichiers, et même si c'est le cas, les plans ne se basant pas (encore ? ) sur des modèles connus, répertoriés et interdits par la loi, le mec repart aussitôt chez lui.

Le #1320662
orakaa a écrit :

instantnoodles a écrit :

orakaa a écrit :

Aie, aie, aie... comme je le disais dans la news précédente sur l'impression de ces armes 3D, ça ouvre la voix à une très forte hausse de la criminalité, surtout dans les pays où les armes sont contrôlées et interdites à la vente : on passe de "peu d'armes en circulation" (ou en tout cas une certaine difficulté à s'en procurer ) à une facilité d'accès absolument déconcertante... le tout à un coût dérisoire.

Encore une fois, il ne faut pas voir l'investissement initial fait par UN particulier pour se construire UNE arme, mais plutôt les gens qui feront commerce avec ça, pouvant vendre leurs armes jetables pour des prix défiant toute concurrence... et sans aucune traçabilité (la police scientifique va s'arracher les cheveux avec ça : un vrai cauchemar ) .
Une bonne chose que le mec ne fasse pas circuler ses plans, mais ce n'est qu'une question de temps avant que des balles 3D soient disponibles en circulation.


"Il semble difficile d?espérer avoir une quelconque précision passé 15 mètres avec ce type de munition"
Mais 15 mètres c'est LARGEMENT plus qu'il n'en faut pour braquer quelqu'un ou réaliser des exécutions sommaires...


Autant on peut craindre une prolifération d'armes autant la création de balles 3d est de la fumisterie... Voilà des siècles qu'il est accessible au premier clampin venu de couler une ogive avec du plomb en fusion...
Sans oublier qu'en France les armes à poudre noire sont en vente LIBRE et intraçable, si un type veux un jour tuer un autre type ce n'est pas vers l'impression 3d qu"il se tournera...
Je ne connais pas la législation des autres pays prohibiteurs comme la GB ou le Japon donc mon avis ne concerne que la France ( et encore plus les EU où les armes sont TRÈS facilement accessibles )


Je ne te dis pas le contraire, mais il y a une différence entre stocker une caisse d'AK 47 et faire de l'impression 3D d'armes à la demande. Ca ne t'oblige pas à avoir la même logistique : tu peux avoir un "labo d'impression 3D perso" à peu près n'importe où, pas besoin d'autant de stockage, d'autant de sécurité (les caisses d'armes à feu qui circulent ne sont pas laissées à l'air libre ) .
Tu peux faire plus de quantité, plus vite, moins cher, et en ayant moins besoin de te cacher.

La chose devient plus facile à mettre en place pour les revendeurs, et beaucoup plus accessible encore pour les acheteurs potentiels que pour les armes traditionnelles.

Toujours pour les revendeurs/trafficants, si un trafficant héberge ses plans d'armes/munition sur un Cloud et qu'il imprime "à la demande", si une descente de flic vient chez lui, ils ne peuvent pas l'arrêter pour détention d'armes ni prouver grand chose. La loi étant encore loin d'être adaptée à ça ils vont le coincer pour quoi ? Consultation et/ou détention de plans d'impression 3D ? Il faudrait déjà qu'ils trouvent l'accès à ses fichiers, et même si c'est le cas, les plans ne se basant pas (encore ? ) sur des modèles connus, répertoriés et interdits par la loi, le mec repart aussitôt chez lui.


Assez d'accord. Vraiment pas rassurant !
Le #1320742
Comme dit plus haut, c'est de la fumisterie!

L'intérêt est plus que limité sachant que pour tous les tirs sauf le dernier les vrais de arts sont causé s par le plomb et non par le plastique....

Après quand on sait à quel point le plomb est facile à fondre autant faire de vrais cartouches d'autant plus qu'il est courant de fabriquer ses propres cartouches quand on est chasseur
Le #1320802
Ouais ben au lieu de mobiliser tant d'energies et de petites cellules grises pour imprimer pizzas, flingues et autres tartes à la crème feraient mieux de nous pondre une imprimante à dollars. Même pas besoin de 3d et polyvalence maximum : on pourra bien se payer une arquebuse ou une part de quiche avec...

...et comme Gareth Keenan l'a si bien énoncé : "Just put a tenner on an enveloppe. I'll buy something I like."
Le #1321222
Si je m'achète une imprimante 3D et ben je m'imprime des imprimantes 3D et bj le Bisness!!
Le #1321502
Ulysse2K a écrit :

Les armes ... Maintenant les munitions ... et demain ? On imprimera des victimes en 3D ou on utilisera de vraies personnes ?


La technologie pose questions tout de même. Dans la technologie du vivant elles sont pire encore.
Le #1321772
orakaa a écrit :

instantnoodles a écrit :

orakaa a écrit :

Aie, aie, aie... comme je le disais dans la news précédente sur l'impression de ces armes 3D, ça ouvre la voix à une très forte hausse de la criminalité, surtout dans les pays où les armes sont contrôlées et interdites à la vente : on passe de "peu d'armes en circulation" (ou en tout cas une certaine difficulté à s'en procurer ) à une facilité d'accès absolument déconcertante... le tout à un coût dérisoire.

Encore une fois, il ne faut pas voir l'investissement initial fait par UN particulier pour se construire UNE arme, mais plutôt les gens qui feront commerce avec ça, pouvant vendre leurs armes jetables pour des prix défiant toute concurrence... et sans aucune traçabilité (la police scientifique va s'arracher les cheveux avec ça : un vrai cauchemar ) .
Une bonne chose que le mec ne fasse pas circuler ses plans, mais ce n'est qu'une question de temps avant que des balles 3D soient disponibles en circulation.


"Il semble difficile d?espérer avoir une quelconque précision passé 15 mètres avec ce type de munition"
Mais 15 mètres c'est LARGEMENT plus qu'il n'en faut pour braquer quelqu'un ou réaliser des exécutions sommaires...


Autant on peut craindre une prolifération d'armes autant la création de balles 3d est de la fumisterie... Voilà des siècles qu'il est accessible au premier clampin venu de couler une ogive avec du plomb en fusion...
Sans oublier qu'en France les armes à poudre noire sont en vente LIBRE et intraçable, si un type veux un jour tuer un autre type ce n'est pas vers l'impression 3d qu"il se tournera...
Je ne connais pas la législation des autres pays prohibiteurs comme la GB ou le Japon donc mon avis ne concerne que la France ( et encore plus les EU où les armes sont TRÈS facilement accessibles )


Je ne te dis pas le contraire, mais il y a une différence entre stocker une caisse d'AK 47 et faire de l'impression 3D d'armes à la demande. Ca ne t'oblige pas à avoir la même logistique : tu peux avoir un "labo d'impression 3D perso" à peu près n'importe où, pas besoin d'autant de stockage, d'autant de sécurité (les caisses d'armes à feu qui circulent ne sont pas laissées à l'air libre ) .
Tu peux faire plus de quantité, plus vite, moins cher, et en ayant moins besoin de te cacher.

La chose devient plus facile à mettre en place pour les revendeurs, et beaucoup plus accessible encore pour les acheteurs potentiels que pour les armes traditionnelles.

Toujours pour les revendeurs/trafficants, si un trafficant héberge ses plans d'armes/munition sur un Cloud et qu'il imprime "à la demande", si une descente de flic vient chez lui, ils ne peuvent pas l'arrêter pour détention d'armes ni prouver grand chose. La loi étant encore loin d'être adaptée à ça ils vont le coincer pour quoi ? Consultation et/ou détention de plans d'impression 3D ? Il faudrait déjà qu'ils trouvent l'accès à ses fichiers, et même si c'est le cas, les plans ne se basant pas (encore ? ) sur des modèles connus, répertoriés et interdits par la loi, le mec repart aussitôt chez lui.


On va déjà mettre les choses aux points, même si la technologie d'impression 3d existe, le niveau techno en polymères est loin de supporter les contraintes du tir, on a encore quelques années devant nous.

Oui ce système pourrait être employé dans le cadre d'une révolution globale où les hordes déchaînées du prolétariat se soulèveraient afin de créer le monde parfait pour l'Homme, mais jamais dans le cadre du grand banditisme. Les individus en question ont DÉJÀ accès aux armes véritables, ils aiment l'aura qu'elles apportent ainsi que la sensation de puissance ( souvent parce qu'ils sont lâches sans ).
Le seul cas où l'utilisation de telles armes se justifierait serait l'assassinat ciblé ( et encore quand on voit le nombre de cartouches qu'ils doivent brûler pour juste blesser un type aux jambes ) pour l'absence de trace et la facilité de se débarrasser de l'arme.
Ce qu'il faut bien comprendre c'est que l'immense majorité des wesh ne savent absolument pas se servir d'une arme ou l'entretenir et jamais ils ne feront confiance à une flingue en plastique pour braquer la supérette du coin, c'est déjà un miracle quand ils ne se tirent pas une balle dans le pied ou dans celui de leur pote.

En ce qui concerne la descente de police, quand on en arrive là, c'est qu'ils ont certainement autre chose ( écoutes, témoins ), faire tenir toute une enquête sur une hypothétique détention d'arme c'est quand même pas fameux. ( de toute façon on peut tout mettre dans la 6ème catégorie, du caillou à la petite cuiller )

Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]