Internet peut-il imploser'

Le par  |  14 commentaire(s) Source : Slashdot
Logo ICANN

La difficulté des Etats-Unis, d'un côté, et de l'Union Européenne, de l'autre, à s'entendre sur l'avenir d'Internet peut-elle conduire à son implosion' Les récents pourparlers entre les deux grandes puissances économiques ont été mouvementés, et peu productifs.

La difficulté des Etats-Unis, d'un côté, et de l'Union Européenne, de l'autre, à s'entendre sur l'avenir d'Internet peut-elle conduire à son implosion'

Logo icannLes récents pourparlers entre les deux grandes puissances économiques ont été mouvementés, et peu productifs. Le futur d'Internet tel que nous le connaissons semble suspendu à une --hypothétique-- démonstration d'ouverture de la part du gouvernement américain, mais il se pourrait que le problème soit un peu plus  complexe.

Il faut se souvenir qu'à la base, si Internet, ou le réseau embryonnaire qui lui a donné naissance, est une invention européenne (elle trouve son origine dans un intranet sophistiqué lancé au CERN, le Centre d'Etude et de Recherche Nucléaire, dans les années 1960), il a trouvé son mode de fonctionnement actuel, que nous avons tous appris à apprécier, sous la houlette des Etats-Unis, dont le Département de la Défense a grandement contribué à en assurer le développement et, dans une moindre mesure, la sécurisation.

Pour les Américains, Internet est une invention américaine, donc l'organisme qui en gère le fonctionnement, l'ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), basé en Californie, doit demeurer seul aux commandes, sous la tutelle, comme c'est actuellement le cas, du Département américain du Commerce. Ce dernier se prévaut de n'avoir jamais interféré avec les recommendations de l'ICANN, mais une promesse faite du temps de l'administration Clinton de conserver à l'ICANN sa --relative-- indépendance semble sur le point de devenir caduque.

Les Etats-Unis avancent qu'Internet, dans sa forme actuelle, regroupe plus de 250.000 réseaux inter-connectés, qui emploient tous un protocole technique standard, le fameux TCP/IP (Transmisssion Control Protocol/Internet Protocol); modifier en profondeur cette structure mettrait à mal tout l'édifice, et poserait de sérieux problèmes de sécurité pour les internautes.

En cause, évidemment, la définition des DNS, les Domain Name Systems, ces catégories qui permettent, lorsque vous transmettez une requête via votre navigateur Internet, de trouver rapidement le ou les sites le(s) mieux adapté(s). En fait, ce sont plus particulièrement les "racines" de ces DNS, qui sont concernés par cette polémique*.

 Les Etats-Unis arguent à ce sujet que le contrôle des DNS n'est pas une fin en soi, même s'ils ne sont pas disposés à y renoncer; l'administration Bush actuelle estime en effet que les pays qui aspirent à contrôler une partie de ces noms de domaines sont souvent des régimes autoritaires, voire totalitaires, où la liberté d'expression n'est qu'une vue de l'esprit.

Transférer les suffixes (les fameux "point-quelque chose" à la fin des adresses Internet) hors du contrôle de l'ICANN nuirait davantage à Internet qu'il ne servirait les peuples des pays en question, estiment certains hauts-fonctionnaires américains ; ils ajoutent que le modèle actuel a fait la preuve de son efficacité, et que le remettre en question ne pourrait qu'aboutir à la disparition d'Internet.

L'Union Européenne voudrait de son côté obtenir un meilleur contrôle sur les DNS qui la concerne au premier chef, de manière à étoffer sa nomenclature sans avoir à demander la permission aux Etats-Unis. Ce à quoi ces derniers répondent qu'en formulant une telle demande, l'Europe fait le jeu, sans le savoir (') de certains pays où le mot "démocratie" ne signifie pas grand chose ; l'ancien Premier Ministre suédois Carl Bildt a ainsi émis de sérieux doutes quant au caractère désintéressé du soutien de l'Arabie Saoudite à la fronde européenne. Les agendas des uns et des autres semblent présenter en effet de sérieuses différences...

La crainte de tous est que, découragés par l'intransigeance des Etats-Unis, des pays comme la Chine, l'Iran, certains pays arabes, et des puissances en devenir (Brésil, Argentine, Afrique du Sud) soient tentés de créer une sorte de réseau-bis, dont le fonctionnement échapperait quasiment à tout contrôle.

L'Union Européenne rejette évidemment les accusations selon lesquelles son opposition quasi-viscérale à l'hégémonie américaine la rendrait vulnérable à une manipulation de la part des pays sus-mentionnés. La représentante de la Commission Européenne en charge de ces questions se dit "consciente du problème, et du fait que certains (pays) pourraient tenter de l'instrumentaliser".

La conférence qui se tiendra à Tunis, du 16 au 18 novembre prochains, sera en quelque sorte celle de la dernière chance, mais on voit mal les différents protagonistes ne pas se mettre d'accord, étant donné l'importance qu'a pris Internet dans l'économie mondiale au cours des dernières années.

Tuer la poule aux oeufs d'or ne servirait les intérêts de personne...


* Les "racines" des noms de domaines (DNS) se répartissent en deux catégories: les gTLD (generic Top Level Domain), qui sont pour l'instant au nombre de 14, et qui symbolisent des "secteurs d'activité" (.com ou .org, par exemple), et les 248 ccTLD (country code Top Level Domain) qui représentent des domaines attachés à un pays donné (.fr en est une illustration). Ils sont stockés sur 13 machines disséminées à travers le monde, et leur contrôle, on peut s'en douter, est l'objet de toutes les attentions...


Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #64563
Très bon papier !
Le #64564
Oui tout à fait une excellente news qui revient sur celle du début de semaine sur le même sujet.

Mais pas grand chose à dire à par : "NOUS CASSEZ NOTRE INTERNET !!!"
Le #64566
Après il y a une question de chiffre:
Le pays où il y a le plus de consommateurs potentiels, c'est à dire le plus d'habitants, c'est toujours le même. Et comme je 'lai déjà dit l'autre jour... J'aime bien obtenir une réponse quand je tape démocratie sous google.
Une solution intermédiaire serait que chaque pays soit seul gestionnaire des adresses nationales (.fr et même .eu, tant qu'on y est) alors que l'ICANN resterait gestionnaire des adresses génériques (.com .net .xxx ..)
Mais je suppose que ce serait pas évident à mettre en place et encore moins à controler sans parler des accord entre pays ("bon l'année dernière j'ai accepté de ne pas donner accès à tels sites que vous n'approuviez pas, alors cette année, vous pourriez refuser tels sites moi je n'approuve pas...")
Certes le système actuel a des inconvénients mais en même temps l'administration Bush ne durera pas éternellement...
Le #64567
La guerre virtuelle va-t-elle commencée ''

euh petit précision pour feawing : il me semble que le .xxx n'existe pas ou plutot qu'il n'a pas encore été accepté.
Le #64571
justifier le control par un seul pays en disant "VOUS qui voulez avoir votre mot a dire, en fesant cela vous faite le jeu de ceux qui sont contre la democratie" me fais penser a une definition Democratie = Oui oui continu a parler(rien a foutre je continuerais )
Dictature = La ferme je continu a faire ce que je veux
Le #64574
je cite dans l'article "l'administration Bush actuelle estime en effet que les pays qui aspirent à contrôler une partie de ces noms de domaines sont souvent des régimes autoritaires, voire totalitaires, où la liberté d'expression n'est qu'une vue de l'esprit."

c'est pourtant ce qu'ils sont en train de devenir aux us!!
ils en sont meme rendus a créer des tribunaux religieux!!

ils sont quant meme tres fort pour faire la leçon aux autres!!
Le #64595
A quand un Internet national ' ( à prendre au 2ème degré svp)
Le #64618
"Il faut se souvenir qu'à la base, si Internet, ou le réseau embryonnaire qui lui a donné naissance, est une invention européenne..."
Non Internet est à la base américain, c'est le protocole web qui est né au CERN. Enfin sauf erreur de ma part <img src="/img/emo/confused.gif" alt=":'" />
Le #64635
c'est http qui a été créé au CERN

not win>la bonne citation est :

La dictature c'est "Ferme ta gueule !", la démocratie c'est "Cause toujours..."



Encore une fois les USA manifestent leur désir d'être les maîtres du monde et de nier le rôle et la place de l'ONU que leurs manoeuvres acculent à l'impuissance depuis des décennies.

Confions à une agence internationale (l'UIT par exemple) le "contrôle" que les yankees ne veulent pas lâcher et qu'ils aillent se faire mettre.
Le #64648
Bon sang ... ça c'est un article !

Maître Ange_Gabriel a encore frappé !

@Lecorbeau_08 et turlupin ---> trop vrai
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]