Test : iPhone 6 Plus

Le par  |  3 commentaire(s)

Pas de fioritures techniques, tel est bien le leitmotiv d’Apple dans la conception de ses terminaux mobiles. Un iPhone n’est pas acheté pour sa quantité de RAM ou le nombre de coeurs de son processeur. Seule l’expérience utilisateur est visée, le marketing et le prestige de la marque à la pomme faisant le reste.

Elle est bien au rendez-vous. Aucune latence ou ralentissement ne se font ressentir lorsqu’on utilise l’iPhone 6 Plus. Il est en toutes circonstances fluide. On est un ton au-dessus de ce qui se fait globalement avec Android (voir le cas du Samsung Galaxy Note 4 doté d’un processeur 8 coeurs et de 3 Go de RAM mais qui montre des ralentissements). Seul Windows Phone offre une telle fluidité de l’interface et quelques terminaux Android (qui ne sont d'ailleurs pas systématiquement les plus puissants sur le papier).

Ainsi, alors que certains SoC mobiles intègrent des processeurs à 8 coeurs, Apple se contente d’un processeur 64 bits à deux coeurs Cyclone cadencés jusqu’à 1.4 GHz. Le constructeur américain préfère jouer la carte de l’optimisation pour son SoC A8 et s’appuie aussi sur la finesse de gravure avancée. La puce A8 est en effet gravée en 20 nm, contre 28 nm pour l’A7.

La firme de Cupertino est également restée fidèle à la société britannique Imagination Technologies pour le processeur graphique puisqu’il s’agit d’un PowerVR GX6450 (une IP dotée ici de 4 coeurs).

L’ensemble est épaulé par « seulement » 1 Go de mémoire vive.

Tout cela semble quelque peu déroutant quand on voit que de nombreux constructeurs de terminaux Android en sont déjà à 3 Go pour leurs flagships.

Est-ce à dire qu’iOS est vraiment hyper optimisé et qu’il est développé en prenant en compte le hardware. C’est indéniable et c’est la force d’Apple avec iOS qui peut optimiser le soft à dessein en fonction des choix hardware.

Notons également la présence du coprocesseur de mouvements M8, une évolution du M7, qui décharge le processeur de la gestion des capteurs.

Pour être complet, ajoutons que si l’A8 fait véritablement bien son job globalement, on note çà et là quelques imperfections graphiques dans certains jeux 3D probablement liées probablement à des applications qui n’exploitent pas (encore) bien le GPU de l’A8. Précisons aussi que jouer sur le grand écran de l’iPhone 6 Plus est un vrai plus puisqu’il permet de conserver une bonne visibilité du jeu, même lorsque vous doigts occultent une partie de l’écran (avec la gestion des boutons virtuels).

Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1835775
Et concernant le fameux pliage de l'iPhone 6, est-ce que le plus est capable de plus plier encore? Jusqu'où vous avez réussi à le plier ? Sur les photos on le voit toujours droit...
Le #1836336
Tu crois qu'il n'y a que l'IPhone 6 qui plie ? Regarde le Samsung s6 edge la vitre est déjà pliée des deux côtés......Alors c'est pas mieux.
Le #1843621
Et s'il était un peu moins cher ce serait 150 millions de ventes par trimestre !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]