Larry Ellison (Oracle) : Sans Steve Jobs, Apple est condamnée

Le par  |  11 commentaire(s) Source : The Verge
Larry Ellison Apple steve Jobs

Apple vit actuellement des temps difficiles et beaucoup d’acteurs du high-tech n’hésitent plus à mettre en avant cette période de faiblesse de la marque.

Dans l’émission This Morning de la chaîne CBS, Larry Ellison, PDG d’Oracle était interviewé par l’animateur Charlie Rose sur l’avenir d’Apple.

Steve-Jobs-iPhone-video-hommage-apple Lorsque l’avenir de la marque est évoqué sans sa figure la plus emblématique, Steve Jobs, la réponse du patron d’Oracle est sans appel : " l’histoire va se répéter", " Nous le savions déjà " " on a déjà vu ce qu’a donné l’expérience, ça a déjà été fait."

Ici le patron rappelle comment Apple a rapidement sombré lors du départ de son cofondateur le 31 mai 1985, pour finalement ne se redresser qu’à partir de son retour en 1996.

"On a vu Apple avec Steve Jobs" pointant son doigt vers le haut, " et on a vu Apple sans Steve Jobs", pointant son doigt vers le sol. " Et maintenant, nous allons voir véritablement Apple sans Steve Jobs." Laissant son avis clair sur la question : Apple ne se remettra pas, selon lui, de l’absence de Steve Jobs.

Pour Larry Ellison, les meilleurs moments d’Apple sont désormais derrière la société, et la société même n’a plus réellement de raison d’exister sans son fondateur, mentor et leader. Selon lui, si Apple est devenu l’une des sociétés les plus riches du monde, ce n’était pas le but principal de Steve Jobs : " Il n’essayait pas de devenir riche", " Il ne tentait pas de devenir célèbre. Il n’essayait pas de devenir puissant. Il était obsédé par les processus créatifs et la conception de quelque chose de beau."

  

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Anonyme
Le #1439772
C'est un fait, Apple est sur le déclin.
Il en est de même pour toute entreprise ayant eu son heure de gloire (SEGA, Nintendo, Blackberry et peut-être bientôt Microsoft, pour ne citer qu'eux).

Apple n'innove plus, il recycle. C'est maintenant ou jamais s'ils veulent nous étonner.
Le #1439792
C’est pas faux. C’est clair qu’Apple avait tendance à être « en avance » et à créer les tendances, au lieu de les suivre.

Comme Microsoft, ils ont les reins solides, en tout cas pour le moment mais c’est clair que leurs part de marché diminuent (Apple avec Android qui progresse et des concurrents comme Samsung qui se démarquent du lot, Microsoft avec les tablettes qui tapent directement dans le marché des ordis portables familiaux )

Le #1439872
Je vois les choses un peu différemment. Apple a toujours connu un certain succès auprès de sa base de fans et il se vend aujourd'hui plus d'appareils Apple que pendant ce que certains considèrent l'apex de la marque MAIS le gros défaut d'Apple c'est et ça a toujours été son OS (oui certains pourraient hurler et pourtant). iOS porte dans ses gênes sa propre limite du fait de sa fermeture parfaitement hermétique au reste du monde là où le principal concurrent a toujours joué l'ouverture.

Le #1439892
L'analyse est quand même biaisée.

Sans être aucunement un fan d' Apple ( la société ), force est de constater que si en 1985 Apple a commencé à plonger, ce n'est sûrement pas parce que Jobs en est parti !!! ....mais bien plutôt parce que le partage du même OS par tous ses concurrents (le dos de MS et d' IBM !) avait permis l'éclosion d'un nouveau et énorme marché et acculait nécessairement Apple à un rôle mineur.

Ce n'est pas le talent de Steve Jobs qui quittait le "navire", c'était sa mauvaise stratégie, qui consistait à refuser à d'autres de partager l'OS d'Apple, qui finissait par isoler son entreprise !!!!!!

Après 1995, le génie de Jobs a permis de remonter la pente, .... mais il est vite sorti du monde des ordis !! , pour se lancer dans des niches sans concurrents (ipod, itunes, iphone, ipad ...).

Tant que les concurrents n'avaient pas d'OS commun ....... ça rigolait sec, mais il suffisait qu'un crétin propose un OS capable de faire la même chose que l'iOS, pour que --- les mêmes causes provoquant les mêmes résultats !!! --- Apple se retrouve en difficulté.

On peut bien sûr dire que si Jobs était encore là .... blabla , mais la question est la suivante :
est-ce qu'il y a des exemples industriels d'entreprises d'une certaine taille (grande !), qui peuvent subsister seulement en créant de nouvelles niches ??? plutôt qu'en exploitant le marché qu'elles ont créé ???

Est-ce que --- sous prétexte que Mercedes ou Audi fabriquent des voitures plus recherchées --- Peugeot passe sa vie à inventer d'autres objets que des voitures, pour trouver une niche ???

Quoi ??? La voiture volante (niche valable, jusqu'à ce que Mercedes leur repique le truc), le vélo qui fait le café pendant que tu pédales ? le liquide vaisselle qui développe tes abdos et fait fondre la graisse pendant que tu laves tes assiettes ???

Steve Jobs a toujours voulu faire d'Apple une entreprise à part ....... elle est donc toujours SEULE !


Le #1439952
"vit actuellement des temps difficiles" ... C'est trop triste ... Je sens les larmes qui me coulent

- "Temps difficiles" (version populaire) = Perte de boulot, faillite, ventes en chute libre, bénéfices réduits au strict minimum.

- "Temps difficiles" (version Apple) = De plus en plus de difficultés à justifier ses prix exorbitants.

"Il n’essayait pas de devenir puissant" ... Là, je sors de mon fauteuil pour ne pas me faire mal en me pliant en 4 de rire
Le #1440072
Ulysse2K a écrit :

"vit actuellement des temps difficiles" ... C'est trop triste ... Je sens les larmes qui me coulent

- "Temps difficiles" (version populaire) = Perte de boulot, faillite, ventes en chute libre, bénéfices réduits au strict minimum.

- "Temps difficiles" (version Apple) = De plus en plus de difficultés à justifier ses prix exorbitants.

"Il n’essayait pas de devenir puissant" ... Là, je sors de mon fauteuil pour ne pas me faire mal en me pliant en 4 de rire


Mais bien sure que non il ne voulait pas être puissant il était puissant pour imposé ses produits basic au prix fort.
Le #1440172
Le comparatif avec 1985 est tentant, certes, mais il oublie de citer un acteur de poids : le noyau Linux, devenu le noyau de référence entre temps ! Si en 1995 GNU/Linux était encore réservé aux spécialistes et chercheurs, ce temps est révolu. L'OS libre emprunte d'ailleurs largement les idées de ses concurrents, l'ouverture, la sécurité et l'interopérabilité en plus.

Dans ce contexte, si windows est techniquement à l'ouest, et ne doit sa survie qu'à la vente liée, et si apple a pu longtemps compter sur un marché de niche hors informatique, en enfermant ses clients dans un système de dépendance, les clients sont quand même de plus en plus nombreux à en revenir, et à comprendre que la facilité immédiate à un coût exorbitant post-achat, et pas seulement en terme purement pécunier...

Le monde découvre chaque jour un peu plus qu'avec GNU/Linux, il peut désormais se passer d'apple. Il ne suffira donc pas de vendre des iphone à bas coût en gardant une logique d'exclusivité. Il a fallut 20 ans à microsoft pour comprendre que sa croisade anti Linux était ridicule et lui portait directement préjudice. Et il est clair que si apple continue à se la jouer solo, il n'a clairement aucune chance, avec ou sans Steve - ce n'est pas le fond du problème.
Le #1440312
Je propose que Woz prenne la place.
Le #1440352
Steve Job n'avait pas forcément envie qu'Apple lui survive. Son successeur est logiquement le plus nul qu'il ait pu trouver et ça n'est pas si surprenant.
Le #1440442
"Larry Ellison (Oracle) : Sans Steve Jobs, Apple est condamnée"
=>Je sais pas comment va Apple sans Steve Jobs, mais en tout cas OpenOffice va mieux sans Oracle...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]