Linux et l'embarqué : peu d'engouement

Le par  |  32 commentaire(s) Source : EETimes
Linux Embedded

Selon une étude, Linux a du mal à séduire le marché des systèmes embarqués.

Selon une étude, Linux a du mal à séduire le marché des systèmes embarqués.

Linux embeddedTrès prisés dans le secteur industriel, les systèmes embarqués sont des systèmes électroniques de petites tailles dont l'objectif est de fonctionner avec des ressources limitées et une gestion économe de l'energie. On les retrouve dans les voitures, les réfrigérateurs, les mobiles, ... .

Bien évidemment, pour administrer le tout, un recours à un OS est nécessaire. Et s'il y a bien un domaine dans lequel les caractéristiques intrinsèques de Linux se révèlent utiles, c'est bien dans celui de l'embarqué et l'on imagine aisément que dans ce secteur, les OS du manchot sont légion.

Seulement voilà, une récente étude rendue publique lundi à l'occasion de la Embedded Systems Conference Silicon Valley Conference vient d'émettre un son de cloche dissonnant.

Selon cette dernière, seulement 17 % des constructeurs utilisent un système embarqué marqué d'une empreinte palmée et 66 % disent que cet OS ne les intéresse pas ( 34 % ) ou qu'ils n'envisagent pas de l'utiliser prochainement ( 32 % ).

Cette étude déjà conduite l'année dernière, montre ainsi qu'en un an, le taux d'utilisateur effectif de Linux embarqué a diminué, puisqu'il était de 24 % en 2005 comparé au 17 % d'aujourd'hui.

Parmi ceux qui privilégient Linux, 71 % mettent en avant le faible coût économique comme élément moteur de leur choix et 61 % font référence à la flexibilité.

Pour les détracteurs anti-manchot, l' OS souffre d'incompatibilités entre les applications et les pilotes ( 60 % ), d'un manque de performance et d'absence de gestion temps réel ( 31 % ), d'un véritable support qui fait cruellement défaut ( 28 % ).

Malgré les avantages indéniables de l' Open Source, le monde de l'embarqué ne semble donc pas sous le charme de Linux qui souffre très probablement du fait de ne pas être nativement un système temps réel mais temps partagé, un facteur important dans l'industrie.

Si la cadence de " la marche de l'empereur " s'intensifie dans l'informatique généraliste, l'embarquement du manchot est donc retardé à défaut d'être annulé, à moins que la communauté ne prouve encore sa réactivité pour  autoriser son décollage, en améliorant le noyau.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 4

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #98318
l'embarqué étant plus récent que le "desk", le dev des OS "embedded" suivra probablement le même parcours que ses prédécesseurs : tout K$ avant de s'apercevoir que le pingouin à d'indéniables meilleurs cotés...
Anonyme
Le - Editer #98325
non !
Bon,
j'ai ete au salon RTS 2006 (http://www.birp.com/rts2006/) sur l'embarque et le temps reel. Il y avait des conferences sur linux embarque et linux temps reel et la salle etait pleine (150 personnes).
Une etude a ete presentee et contredit totalement cette news...linuxdevices.com a la sienne et prouve le contraire aussi.
Ca fait 6 ans que je fais du linux embarque (depuis le debut du commencement) et je peux confirmer l'engouement exponentiel pour le manchot (par rapport au retour d'experience autour de moi). Meme WindRiver avec son RTOS VxWorks fait du linux embarque. CA veut tout dire !
Le seul point de cette news ou je suis a demi d'accord concerne l'extension Temps Reel de Linux un peu cafouillante au debut. Mais maintenant, Linux avec le noyau 2.6 permet par defaut de faire du temps reel mou, ce qui suffit pour toutes les applications multimedia. Pour le temps reel dur (le vrai !), il y a maintenant Xenomai 2 qui est une solution perenne sur le sujet (basee sur RTAI). Il y a RTLinux de FSMLabs aussi mais qui ne propose plus que sa solution commerciale et qui a suivi le meme chemin (tortueux) que mandriva de parier que sur le marché commercial payant.
je vous conseille pour les gens interesses sur le sujet d'acheter l'excellent hors serie 24 de Linux magazine qui est encore en kiosque !
Le #98331
Ben dis donc ces jours-ci on lui taille un beau costard a notre pepere le pingouin, ca va commencer a ressembler a une campagne de denigration a force, mais qui pourrait bien en etre le beneficiaire, la est la question <img src="/img/emo/cool.gif" alt="8:" />
Le #98335
Clair, les sujet a troll fuse, mais on ne tombe pas dans le piege
Le #98357
Pour une fois je suis d'accord avec la news. Linux n'est pas l'ideal pour la plupart des systèmes embarqués. Le principal problème etant son incapacité à faire du temps réel.
Ceci dit pour 75% des systèmes embarqués linux peut tres bien faire l'affaire.
Personnellement je prefere que les systèmes sensibles sur les avions soit pilotés par de l'OS/9 ou du VRTX mais pour mon routeur je prefere du linux.
Anonyme
Le #98390
J'ai juste une petite question pour mieux comprendre tout ça ... qu'est-ce que vous appelez le "temps reel" ' <img src="/img/emo/confused.gif" alt=":'" />
Le #98401
ca n'a rien d'etonnant. Avec Linux, on peut faire de bonnes choses en embarque mais c'est vraiment pas la panacé... rien que pour la mise en oeuvre ultra-compliqué et deroutante par rapport à ce qui peut se faire sous Windows. Un peu à l'image des OS non embarques d'ailleurs.
Le #98406
Euh, cette étude n'aurait-elle pas été financé par un quelconque ... µsoft '
Loin d'être paranoïaque je relève 2 erreurs flagrantes :
1. les études diverses réalisées depuis quelques années (disponibles sur linuxdevices.com notamment) prouvent le contraire ;
2. 24% en 2005 et 17% aujourd'hui alors que l'année est à peine entamée ... Je n'ignore pas que ce % reflète une photo prise à l'instant t.
3. Le temps réel. Linux est temps réel depuis quelques années même si, effectivement, ça a pas mal cafouillé au début (@eddy33).

Très très louche cette étude !
Manipulation, manipulation ...

db
Le #98407
Black YeLL:
Temps réel : garantie des temps d'exécution d'une fonction.

Si tu as un processus qui doit durer 1h, il faut pouvoir garantir qu'il ne durera pas 1h01. Si c'est le cas il doit être interompu et retourner une erreur.

Linux permet ce genre de comportement... en général, mais il n'y a jamais aucune garantie stricte que le temps ne sera pas dépassé, surtout quand les temps d'exécution ne sont pas de 1h, mais de moins de 10ms.

Il y ades garanties, mais elles ne sont pas absolues. Elles le devraient. Mais si elles le sont, ça pose de gros problème pour les utilisations 'normales' du système. (desktop, serveur). Il y a des choix à faire.
Le #98414
Gourmet : Linux n'est pas temps réel.(Windows non plus, au passage).
Tu peux avoir des problèmes de préemption par le noyau de processus temps réels (du noyau) par un autre processus temps réel, et du coup le processus préempté n'est plus garanti.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]