Le germanium peut-il sauver la Loi de Moore '

Le par  |  9 commentaire(s) Source : CNET News

Un chercheur de l'université californienne de Berkeley a peut-être trouvé un moyen de sauver la Loi de Moore.

Un chercheur de l'université californienne de Berkeley a peut-être trouvé un moyen de sauver la Loi de Moore.

Lorsque Gordon Moore a en quelque sorte édicté la fameuse loi qui porte son nom, en 1965, il ne se doutait surement pas qu'elle tiendrait quarante ans. Selon lui, le nombre de transistors déposés sur un processeur doublerait tous les dix-huit mois, mais les puces modernes doivent fournir des performances sans cesse plus importantes, tout en gagnant continuellement en compacité et en consommation d'énergie. Une quadrature du cercle que les fabricants de processeurs s'emploient à résoudre, mais la technologie traditionnelle semble avoir fait son temps.

Certes, quelques grands nom de l'informatique travaillent activement à trouver de nouvelles solutions : IBM avec son Nemo, ou encore Intel et AMD avec l'EUV. Pour autant, le problème de la taille des sous-composants qui entrent dans la construction d'un processeur n'est pas résolu, et à vouloir miniaturiser sans cesse les transistors, on atteint vite les limites de la physique.

Chenming Hu, professeur d'ingéniérie électrique à l'Université de Californie, à Berkeley, voudrait donc perfectionner une technique nouvelle, qui consiste en l'application d'un métal aux qualités électriques uniques : le germanium. En apposant une couche de seulement trois microns (trois millièmes de millimètre) sur un support en silicium, on arriverait à faire transiter plus de courant électrique par les portes des transistors sans échauffement supplémentaire. En fait, le système fonctionnerait encore mieux en emprisonnant quelques molécules d'hydrogène entre deux couches de germanium : au passage du courant, l'échauffement provoquerait la dilatation de l'hydrogène, et colmaterait les éventuelles fuites électriques. On pourrait dès lors miniaturiser encore les transistors...

Le coût additionnel est difficile à évaluer, mais Hu rappelle que tous les fondeurs du monde produisent en tout et pour tout l'équivalent de deux kilomètres carrés de galettes de silicium chaque année. Appliquer une couche de trois microns sur cette surface ne coûterait sans doute pas si cher, même si ce matériau n'est pas donné.

Des essais sont en cours, mais il ne faut pas s'attendre à voir d'applications pratiques de cette technologie avant plusieurs années.


Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #89627
pffff, je dois pas encore être bien réveillé pcq il a fallu que je relise 2 fois la news pour me rendre compte que ce n'est pas Geranium (la plante) mais germanium...
oulalalala les lendemains de sortie sont toujours aussi difficiles
La voix de la raison Hors ligne Héroïque 645 points
Le #89638
Bonjour, juste un petit mot pour préciser que le germanium n'est pas un métal mais un métalloïde, dont les propriétés de conduction électrique le rapprochent bien plus des semiconducteurs (colonne du Si) que des métaux. Ca fait un moment que le germanium est utilisé (à petites doses), il conduit bien mieux les électrons que le silicium, mais il est (entre autre) autrement plus cher ...
Le #89643


Guts





mdr idem pour moi si j avais po lu ton commentaire je serais resté sur geranium la plante lol
Le #89645
La voix de la raison : en tant qu'humanoïde, j'aurais dû le savoir !

Pour guts et pilou : pas de pot... (de germanium...)
Le #89717
mouai ça me fait plus pensé à du bricolage plutot qu'à une revolution dans le monde du micro processeur
Le #89762
Bell Labs = transistor

"By the fall of 1947, the work had focused on trying to confirm Bardeen?s theory regarding surface state traps using metal probes on the surface of germanium crystals. The theory seemed to be correct. For the first time there was some insight on the persistent failure to observe the field-effect, and an opportunity to intervene. In the course of their work, they tried to modify the surface states with electrolytes surrounding the metal contacts to the germanium surface. Brattain later replaced the electrolyte with an evaporated gold spot adjacent to the point contact. Finally, he replaced both contacts by an ingenious arrangement of two strips of gold foil separated by just a few mils and pressed onto the germanium surface. With one gold contact forward biased and the other reverse biased, he observed power gain. The transistor effect had been discovered. This was on December 16, 1947, a mere two and a half years after the formation of the Bell Labs? group."

"In early 1952, Bell Labs offered its transistor patent rights freely to other companies."

"The rapid advance made in transistor manufacturing from 1952 to 1960 were indeed the result of open sharing of technology developed at various industry and university laboratories and presented at regular open technology symposiums."

À lire :
?The Transistor: 50 Glorious Years and Where We?re Going?
http://www.lucent.com/minds/transistor/pdf/first50.pdf
Anonyme
Le - Editer #89775
La voix de la raison>

Les transistors a germanium existent depuis l'invention du transistor. Le premier transistor etait d'ailleurs un transsistor a germanium...


flytiger


tu as en fait raison...faire des circuits integres, c'est s'amuser a faire des pochoirs comme a l'ecole maternelle
Le #89804
eddy >sauf que mes pochoir n'ont jamais fait ce que font les circuit imprimés
Le #89829
Diddlpower
suffit d'avoir le bon motif
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]