Le marché du baladeur MP3 doublera d'ici 2010

Le par  |  3 commentaire(s)
iTunes

Selon le cabinet d'études, le nombre d'unités vendues en 2005 a atteint 140 millions et devrait avoisiner les 286 millions d'ici 2010.

ItunesSelon le cabinet d'études, le nombre d'unités vendues en 2005 a atteint 140 millions et devrait avoisiner les 286 millions d'ici 2010. Les fers de lance de cette croissance rapide seront la baisse progressive des prix de ces appareils, la croissance du téléchargement payant et les abonnements à des plate-formes de musique en ligne aux fonctionnalités améliorées ainsi que l'augmentation des capacités de mémoire flash.


Apple insensible aux baladeurs discount
Quelles que soient les baisses successives des mémoire flash ces derniers temps permettant de livrer des baladeurs à prix cassés, ils ne parviennent pas à détrôner Apple; In-Stat a ainsi enregistré les lecteurs les moins chers en Asie pour 25 dollars. Cependant, même si ces lecteurs sont de plus en plus répandus, Apple reste leader sur le marché avec ses iPod.

" Apple continue de dominer le marché des baladeurs MP3, en particulier aux Etats-Unis. " a indiqué Stephanie Gaza, analyste chez In-Stat.


Apple détrône Microsoft
L'étude a également révélé que la domination de Microsoft sur cette industrie est en train de s'effriter tandis qu' Apple livre 49 % des baladeurs sur le marché. Le fait que Microsoft pouvait se targuer de vendre la majorité des lecteurs basés sur ses technologies numériques est maintenant révolu.

Au niveau des baladeurs à disques durs, les attentes se tournent vers les appareils multimedia munis de processeurs toujours plus rapides et de plus grandes capacités de stockage capable d'héberger photos, vidéos et fichiers musicaux.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #103795
Cette étude prend en compte l'arrivée de la DADVSI et de ses DRM ' Faut pas oublier que ces objets deviendront illégaux (du moins ceux qui ne gerent pas le DRM) a la publication du décret !
Le #103827
Cette étude ne prend en compte ni la DADVSI ni la taxe Sacem et elle a bien raison.

Car c'est une étude sur le marché mondial, et la goutte d'eau française leur importe peu.
Le #103834
tuxthepenguin
exemple même d'incompréhension d'un texte juridique. A ta décharge, celui-ci s'avère un exemple de l'habitude parlementaire française, il faut être un initié pour savoir où on en est.
- premier point: le texte DADVSI n'est pas encore adopté, il a été voté en première lecture à l'Assemblée nationale, et vient de franchir le stade de la commission au Sénat. d'ailleurs la commission a remis au gout du jour la copie privée, sauf pour les DVD - pour des raisons économiques - Plusieurs amendements sont prêts pour modifier le texte... Donc discussions. Si tout va bien pour Donnedieu de Vabre, le texte sera adopté en seconde lecture par l'Assemblée nationale, endossant ainsi les modifications du Sénat. Après Conseil constit, avec peut-être une surprise, mais franchement cela m'étonnerait, en tous cas sur le droit à la copie privée. enfin Promulgation dans les 15 jours par Chirac. Après seulement les décrets d'élaboration.
- sur les rapports DRM et DADVSI, rien dans le texte n'impose des DRM, par contre il interdit de les contourner. La DADVSI réprime effectivement les contournements de dispositifs anti-copies. Ca malheureusement, on ne pourra pas y couper! Les logiciels libres sont affectés que dans la mesure où ils sont conçus pour contourner les dispositifs ou pour inciter au piratage (en clair les P2P), il appartiendra au "conseil des sages" (composés en partie de répresentant des majors) de déterminer ce que représente une incitation...
Pour terminer sur une note provoquante, si la DADVSI permet l'usage de DRM, elle en encadre l'usage, en particulier en imposant la fourniture de documentation et en imposant l'interopérabilité. Plus fort, en cas de non-interopérabilité, "Toute personne désireuse de mettre en oeuvre l'interopérabilité est autorisée à procéder aux travaux de décompilation qui lui seraient nécessaires pour disposer des informations essentielles. Cette disposition s'applique sans préjudice de celles prévues à l'article L. 122-6-1."
Donc comme les DRM ne sont pas (encore) arrivés sur Linux, les pingouins ont le droit de faire sauter la protection... Je ne suis pas sur que la promotion de Linux était un des objectifs de la loi, mais bon
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]