Mars 2018 : l'ESA teste deux rovers

Le par  |  0 commentaire(s) Source : Esa
Rovers Esa Mars 2018

La NASA ne sera prochainement plus la seule agence à disposer d'un robot sonde à la surface de Mars. L'ESA vient ainsi de lever le voile sur Bridget et Bryan, deux modules qui préfigurent du prochain Rover martien Européen qui tiendra compagnie à Curiosity et Opportunity à l'horizon 2018.

L'agence spatiale Européenne ESA espère apporter un peu de compagnie aux deux rovers de la NASA en activité à la surface de Mars d'ici 2018 et vient de dévoiler les prototypes Bryan et Bridget.

Extended_Mars_Yard_opening_node_full_image Les deux modules font partie du programme ExoMars qui vise à collecter des échantillons de roche martienne et à les rapporter sur Terre d'ici une dizaine d'années. Pour ce faire, la mission reposera sur deux rovers capables d'effectuer des opérations de forage à la surface de Mars. Les deux prototypes sont actuellement en phase de test dans le " Mars Yard", une zone qui reproduit les conditions du sol martien dans les locaux d'Airbus à Hertfodshire en Grande-Bretagne.

Aucun des deux rovers présentés ne prendra la direction de Mars, la version définitive du module robotisé ne devant pas Roving_in_the_Mars_Yard_node_full_image être produite avant l'année prochaine. Néanmoins, les deux plateformes permettent de tester divers modules, qu'il s'agisse de configurations de franchissement de terrain, ou d'instruments scientifiques embarqués.

Le retour des échantillons vers la Terre n'est pas la préoccupation principale de l'ESA à l'heure actuelle puisque l'agence se focalise sur un des points essentiels du projet ExoMars, à savoir les capacités de forage de son rover. Bryan est ainsi équipé d'une foreuse capable de creuser jusqu'à 2 mètres de profondeur. Là, l'ESA espère pouvoir réaliser des prélèvements dans d'anciennes poches d'eau préservée des radiations de la surface de la planète rouge, et pourquoi pas découvrir d'anciennes ou d'actuelles formes de vie.

Les échantillons seront analysés dans un laboratoire intégré au robot avant que le rover n'envisage de les renvoyer sur Terre. Faire transiter une forme de vie sur plusieurs millions de kilomètres et pendant plus de 6 mois en l'exposant à de hautes doses de radiations ne devrait alors pas être une mince affaire, pour autant l'ESA n'a pas donné plus de détail sur cette partie de l'opération.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]