Moonlight : l'ombre de Silverlight

Le par  |  1 commentaire(s) Source : ArsTechnica
Moonlight_logo

Moonlight, le pendant open source de SilverLight, prévu pour les distributions GNU/Linux, continue son développement. Solution intéressante pour les amateurs du manchot, dans le cas où Silverlight grignoterait des parts importantes de marché à Adobe et à son Flash, Moonlight pourrait cependant accuser plusieurs mois de retard.

Moonlight_logoSilverlight se présente en général sous la forme d'un plugin pour l'affichage d'applications Internet dites riches. Il s'agit d'une technologie Microsoft concurrençant Flash et Flex d'Adobe. Une bêta de la version 2.0 est actuellement disponible sous Windows et Mac OS. Le développement peut s'effectuer avec les langages .NET et XAML de Microsoft.

L'une des critiques les plus importantes à laquelle a dû faire face Microsoft a été celle de son manque d'ouverture face aux systèmes alternatifs. Le géant américain a ainsi décidé de collaborer au projet Moonlight, une implantation libre, distribuée sous LGPL, de la technologie pour GNU/Linux. Le but est de fournir un plugin pour Firefox, un widget de bureau... compatible Silverlight.

C'est l'équipe de Mono, dirigée par Novell, qui se charge du portage. Elle a déjà a son actif un ensemble d'outils compatibles .NET, sous licence libre, tel MonoDevelop, un environnement de développement.


Une version en retard
Miguel de Icaza, chef de l'équipe Mono, a donné une conférence à propos de Moonlight la semaine dernière. Après une version alpha développée en seulement quelques semaines, l'application avancerait rapidement. Pourtant, le travail de compatibilité avec la version 2 ne débutera que cet été. Il faut dire que cette version n'est prévue que pour la fin d'année sous Windows. Dans tous les cas, Icaza table sur une version GNU/Linux qui aura environ 9 mois de retard, ce qui constitue tout de même une petite éternité dans ce domaine. Novell assure que Moonlight sera compatible avec l'ensemble des distributions du marché, versions 64 bits comprises.

Icaza parle de la collaboration avec Microsoft, qui lui fournit de la documentation interne concernant le projet et a publié certains composants selon sa propre licence open source. Les accords passés entre Novell et Microsoft semblent ici jouer un rôle important. Chose notable, Microsoft laissera un accès gratuit à ses codecs binaires, même si cela nécessitera un téléchargement additionnel sur le site de la firme. Cependant, les codecs libres FFMPEG ne pourront pas être utilisés conjointement à ceux de Microsoft.


Applications concrètes
L'équipe a créé une commande, mopen, qui permet de lancer individuellement les fichiers XAML et par exemple de les intégrer sur le bureau, en tant que petite application autonome. Pourtant, Silverlight n'utilise pas le standard SVG pour les dessins vectoriels mais son propre format. La création d'objets graphiques en XAML sous GNU/Linux était complexe jusqu'à il y a peu : la récente version d'Inkscape permet en effet d'exporter vers ce langage. Grâce aux outils mis en place par l'équipe Mono, il sera assez simple d'inclure des développements Moonlight dans les applications GTK existantes, par exemple sous la forme d'un plugin pour des lecteurs audio, vidéo, assez courants actuellement en langages Python ou Ruby.


L'open source aussi chez Adobe
Adobe et ses technologies Flex, utilisant leurs propres langages, devraient également faire leur apparition sur l'ensemble des systèmes d'exploitation. La société a en effet opté pour une licence open source pour son kit de développement. Le plugin Flash et l'environnement de développement Flex restent cependant sous licence propriétaire. Il en va de même pour le moteur d'exécution, AIR, qui arrivera lui aussi en retard sous GNU/Linux.

Au final, comme souvent dans ce domaine, les utilisateurs du manchot risquent donc de ne profiter qu'après-coup de ces technologies.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #216821
Silverlight arrive selon moi un peu tard et temps que les systèmes alternatifs qui se retrouvent chaque année tjrs plus nombreux (entreprises, administrations, particuliers ... UMPC et PC low cost ... Succes Ubuntu et OpenSuse ). Tant que ces derniers n'auront pas une multitude d'outils, ces technologies peineront à s'imposer. De plus :
1. Flash est déjà très présent.
2. A l'instar du OOXML lorsque l'on lutte contre IBM, Sun et Google ... et quand Adobe rejoint la foundation Linux ... on a beau s'appeler Microsoft ... on a déja perdu.



Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]