Netflix : Fleur Pellerin enthousiaste, le patron d'Orange moins

Le par  |  6 commentaire(s)
Netflix-logo

Le débarquement de Netflix en France est pour dans quelques jours. À quelques heures d'intervalle, la ministre de la Culture et le PDG d'Orange ont réagi.

L'arrivée de Netflix en France le 15 septembre prochain continue de faire beaucoup parler. Invitée de France Inter ce matin, la nouvelle ministre de la Culture et de la Communication a bien évidemment été interrogée sur ce sujet.

Pour Fleur Pellerin, l'arrivée de cet acteur américain va " stimuler la capacité d'innovation des autres acteurs français " et elle évoque pour dans les prochaines semaines des annonces des diffuseurs français. " J'appelle de mes vœux une réaction commerciale des autres acteurs. "

NetflixAvec sa nouvelle casquette de ministre de la Culture, l'ancienne ministre déléguée à l'Économie numérique souligne que sa " préoccupation première " est de faire en sorte que " nos concitoyens aient accès à une offre légale avec un catalogue important de films et de séries ". Elle ajoute que cela permettra de " réduire les pratiques de piratage d'un certain nombre de personnes. "

Sur la question de la fiscalité et du financement de la création audiovisuelle, Fleur Pellerin déclare que Netflix a fait le choix de " la rationalité économique " en s'installant au Luxembourg puis prochainement aux Pays-Bas. Il en résulte une " situation qui n'est pas équitable " par rapport à ceux qui sont installés en France, " y paient leurs impôts et respectent les obligations liées à l'exception culturelle. "

Pour la ministre, la solution pour plus d'équité doit venir d'une " harmonisation des conditions fiscales au niveau européen ". Mais décidément plutôt enthousiaste de l'arrivée de Netflix dans l'Hexagone, elle rappelle que ce dernier va investir dans une fiction française entièrement réalisée et produite en France.

Cet investissement dans la fiction Marseille semble un peu léger pour Stéphane Richard. Au micro d'Europe 1 mardi, le patron d'Orange a été moins complaisant vis-à-vis de Netflix. Évoquant le " financement de la création française, des lois et des quotas ", Stéphane Richard retient que Netflix " ne respecte pas tout un ensemble de règles en émettant depuis le Luxembourg ". " Ils ont dit qu'ils allaient faire des productions en France, très bien, mais pour l'instant on est loin d'être dans le cadre qui a été tracé. "

Il a ajouté qu'en tant que patron d'une grande entreprise française qui paie 4 milliards d'euros d'impôts par an en tout, " on aimerait bien que tous ceux qui participent au système paient. Ce n'est pas le cas de Google, Facebook et demain Netflix. Tout ça ne va pas. "

Mais au-delà de ces considérations, il y a aussi un côté pragmatique. Netflix a approché les opérateurs afin de distribuer son contenu depuis les box. Les négociations n'ont pas abouti. Une raison simple évoquée par Stéphane Richard est que " les conditions économiques qui nous sont proposées aujourd'hui pour distribuer Netflix ne sont pas suffisamment attractives. "

Après avoir souligné le succès de la chaîne payante OCS d'Orange, Stéphane Richard a déclaré qu'un travail a lieu afin de proposer d'autres offres à côté de Netflix.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1807184
" J'appelle de mes vœux une réaction commerciale des autres acteurs. "
" nos concitoyens aient accès à une offre légale avec un catalogue important de films et de séries "
"réduire les pratiques de piratage d'un certain nombre de personnes."

+1000

Sur ce coup, bravo à Fleur Pellerin mais une bonne partie du mal est déjà fait et on peut se dire que vraisemblablement Netflix se serait installé chez nous si la France n'avait pas eu "l'énorme chance" d'avoir Filippetti

Le #1807187
Tout le monde se ravit de Netflix alors qu'on a même pas encore aperçu 1/10 de ce que va proposer le catalogue.
Personnellement je ne pense pas que Netflix sur la vidéo sera aussi riche que Spotify sur la musique par exemple. Cela serait un miracle à l'heure où les produteurs de cinéma et de séries ne sont pas prêt à changer leur modèle économique. La preuve avec CanalPlay qui propose des programmes payant déjà diffusés sur les principales chaînes gratuites.

Le véritable intérêt serait de proposer un abonnement payant infénieur à 10 € proposant des programmes payants : TOUTES les dernières sorties DVD pour les films, TOUTES les séries le lendemain de leur diffusion US en France en ST, etc. Et passer un certain temps : 1 ou 2 ans, inclure gratuitement ces films et séries dans un Netflix sans abonnement mais avec de la pub.

Car la TV telle qu'on la connait va mourir. Les chaînes telles qu'elles sont n'interesseront plus personne. On voudra de la TVonDemand seulement.
Anonyme
Le #1807188
2 millions d abonnes il appelle ca un succes?
Le #1807213
JimmyG a écrit :

Tout le monde se ravit de Netflix alors qu'on a même pas encore aperçu 1/10 de ce que va proposer le catalogue.
Personnellement je ne pense pas que Netflix sur la vidéo sera aussi riche que Spotify sur la musique par exemple. Cela serait un miracle à l'heure où les produteurs de cinéma et de séries ne sont pas prêt à changer leur modèle économique. La preuve avec CanalPlay qui propose des programmes payant déjà diffusés sur les principales chaînes gratuites.

Le véritable intérêt serait de proposer un abonnement payant infénieur à 10 € proposant des programmes payants : TOUTES les dernières sorties DVD pour les films, TOUTES les séries le lendemain de leur diffusion US en France en ST, etc. Et passer un certain temps : 1 ou 2 ans, inclure gratuitement ces films et séries dans un Netflix sans abonnement mais avec de la pub.

Car la TV telle qu'on la connait va mourir. Les chaînes telles qu'elles sont n'interesseront plus personne. On voudra de la TVonDemand seulement.


1- SI (note le "si") jamais le catalogue de Netflix est similaire à celui proposé aux US, Canada, Angleterre, etc. alors crois-moi, l'offre sera riche, TRES riche.
Le souci, c'est si Canal+, M6, TF1 et cie font leur p*te en "bloquant" les droits de diffusion d'oeuvres existantes de leur catalogue (mais là, ça sera directement la faute de ces boites).

2- Ce dont tu parles existes déjà aux US, avec le service de streaming d'Amazon : tu as accès à un catalogue de base en illimité (façon Netflix) et EN PLUS, tu peux payer à la demande pour les "dernières nouveautés". C'est un peu cher à mon goût (c'est du streaming, donc tu ne gardes pas le fichier) mais tu as des titres qui viennent TOUT JUSTE de sortir au cinéma (donc c'est vraiment "tout frais").
Le #1807230
orakaa a écrit :

JimmyG a écrit :

Tout le monde se ravit de Netflix alors qu'on a même pas encore aperçu 1/10 de ce que va proposer le catalogue.
Personnellement je ne pense pas que Netflix sur la vidéo sera aussi riche que Spotify sur la musique par exemple. Cela serait un miracle à l'heure où les produteurs de cinéma et de séries ne sont pas prêt à changer leur modèle économique. La preuve avec CanalPlay qui propose des programmes payant déjà diffusés sur les principales chaînes gratuites.

Le véritable intérêt serait de proposer un abonnement payant infénieur à 10 € proposant des programmes payants : TOUTES les dernières sorties DVD pour les films, TOUTES les séries le lendemain de leur diffusion US en France en ST, etc. Et passer un certain temps : 1 ou 2 ans, inclure gratuitement ces films et séries dans un Netflix sans abonnement mais avec de la pub.

Car la TV telle qu'on la connait va mourir. Les chaînes telles qu'elles sont n'interesseront plus personne. On voudra de la TVonDemand seulement.


1- SI (note le "si") jamais le catalogue de Netflix est similaire à celui proposé aux US, Canada, Angleterre, etc. alors crois-moi, l'offre sera riche, TRES riche.
Le souci, c'est si Canal+, M6, TF1 et cie font leur p*te en "bloquant" les droits de diffusion d'oeuvres existantes de leur catalogue (mais là, ça sera directement la faute de ces boites).

2- Ce dont tu parles existes déjà aux US, avec le service de streaming d'Amazon : tu as accès à un catalogue de base en illimité (façon Netflix) et EN PLUS, tu peux payer à la demande pour les "dernières nouveautés". C'est un peu cher à mon goût (c'est du streaming, donc tu ne gardes pas le fichier) mais tu as des titres qui viennent TOUT JUSTE de sortir au cinéma (donc c'est vraiment "tout frais").


Sauf que la législation française (bien que Netflix ne soit pas basé en France pour les français) empêchera de fournir une offre "similaire" à celle des USA.
Tous les films français et les séries françaises auront du mal à percer dans du streaming payant illimité. En effet, ces derniers sont souvent co-produits par des chaines de TV comme TF1, M6, France TV voir AB. Et ils ont un catalogue payant déjà à disposition, sans parler de Canal+. Je te rejoins donc sur ce point.
Cela dit Netflix c'est américain et avoir tous les films et séries US y'aura pas de soucis. Cela fera juste du mal à Canal+ qui ira faire son business sur autre chose.

Selon moi la vraie solution pour le cinéma et les séries est de revoir complètement le mode économique. Les gens ne veulent plus payer à l'unité. Les gens sont septiques avec toutes les offres de VOD illimitée. Une seule offre ne pourra pas satisfaire tout le monde. Et les gens s'en fichent de télécharger. Ils veulent voir immédiatement.

Rendre le piratage légal est la solution contre une rémunération globale : la licence globale. Tu payes une taxe à ton FAI qui la reverse aux ayants-droits et tu peux télécharger tous les fichiers vidéos sur Internet, peu importe leur source et leurs auteurs. Les sites proposant actuellement cela gagnent des milliers et des milliers d'euros grâce à la pub. Ils peuvent, eux aussi, être taxés pour rémunérer les ayants-droits.

Bref, l'internaute ne veut pas se soucier de ce qu'il a le droit de faire ou pas le droit de faire sur le net avec les films et les séries voir même la musique. Il veut juste pouvoir cliquer sur "regarder le film" sans être puni par la loi quand il veut et où il veut.
Le #1807236
JimmyG a écrit :

orakaa a écrit :

JimmyG a écrit :

Tout le monde se ravit de Netflix alors qu'on a même pas encore aperçu 1/10 de ce que va proposer le catalogue.
Personnellement je ne pense pas que Netflix sur la vidéo sera aussi riche que Spotify sur la musique par exemple. Cela serait un miracle à l'heure où les produteurs de cinéma et de séries ne sont pas prêt à changer leur modèle économique. La preuve avec CanalPlay qui propose des programmes payant déjà diffusés sur les principales chaînes gratuites.

Le véritable intérêt serait de proposer un abonnement payant infénieur à 10 € proposant des programmes payants : TOUTES les dernières sorties DVD pour les films, TOUTES les séries le lendemain de leur diffusion US en France en ST, etc. Et passer un certain temps : 1 ou 2 ans, inclure gratuitement ces films et séries dans un Netflix sans abonnement mais avec de la pub.

Car la TV telle qu'on la connait va mourir. Les chaînes telles qu'elles sont n'interesseront plus personne. On voudra de la TVonDemand seulement.


1- SI (note le "si") jamais le catalogue de Netflix est similaire à celui proposé aux US, Canada, Angleterre, etc. alors crois-moi, l'offre sera riche, TRES riche.
Le souci, c'est si Canal+, M6, TF1 et cie font leur p*te en "bloquant" les droits de diffusion d'oeuvres existantes de leur catalogue (mais là, ça sera directement la faute de ces boites).

2- Ce dont tu parles existes déjà aux US, avec le service de streaming d'Amazon : tu as accès à un catalogue de base en illimité (façon Netflix) et EN PLUS, tu peux payer à la demande pour les "dernières nouveautés". C'est un peu cher à mon goût (c'est du streaming, donc tu ne gardes pas le fichier) mais tu as des titres qui viennent TOUT JUSTE de sortir au cinéma (donc c'est vraiment "tout frais").


Sauf que la législation française (bien que Netflix ne soit pas basé en France pour les français) empêchera de fournir une offre "similaire" à celle des USA.
Tous les films français et les séries françaises auront du mal à percer dans du streaming payant illimité. En effet, ces derniers sont souvent co-produits par des chaines de TV comme TF1, M6, France TV voir AB. Et ils ont un catalogue payant déjà à disposition, sans parler de Canal+. Je te rejoins donc sur ce point.
Cela dit Netflix c'est américain et avoir tous les films et séries US y'aura pas de soucis. Cela fera juste du mal à Canal+ qui ira faire son business sur autre chose.

Selon moi la vraie solution pour le cinéma et les séries est de revoir complètement le mode économique. Les gens ne veulent plus payer à l'unité. Les gens sont septiques avec toutes les offres de VOD illimitée. Une seule offre ne pourra pas satisfaire tout le monde. Et les gens s'en fichent de télécharger. Ils veulent voir immédiatement.

Rendre le piratage légal est la solution contre une rémunération globale : la licence globale. Tu payes une taxe à ton FAI qui la reverse aux ayants-droits et tu peux télécharger tous les fichiers vidéos sur Internet, peu importe leur source et leurs auteurs. Les sites proposant actuellement cela gagnent des milliers et des milliers d'euros grâce à la pub. Ils peuvent, eux aussi, être taxés pour rémunérer les ayants-droits.

Bref, l'internaute ne veut pas se soucier de ce qu'il a le droit de faire ou pas le droit de faire sur le net avec les films et les séries voir même la musique. Il veut juste pouvoir cliquer sur "regarder le film" sans être puni par la loi quand il veut et où il veut.


Quand je parlais des droits de diffusion, je ne faisais pas seulement référence aux contenus (co-) produits par TF1, Canal + et cie, mais aux droits de diffusion de contenu étranger détenus par eux.

Je m'explique avec un cas pratique. "Lovefilm", qui est un service comparable à Netflix, mais plus axé sur des films d'arts et d'essais (Darren Aronofsky, Jim Jarmusch, etc.) a un catalogue absolument génial... au Royaume Uni. Quand le service est arrivé en France, je m'étais fait une joie de pouvoir m'y abonner, seulement tout le contenu intéressant était parti et il ne restait quasiment plus que des courts métrages gay indiens.

Pourquoi ? Parce que les droits de diffusion des titres de Jim Jarmusch (pour prendre un exemple) comme "Ghost dog", "Coffees and cigarettes" et d'autres sont déténus par TF1, qui ne trouve pas ces titres suffisamment rentables pour les proposer en VOD, mais qui "bloque" les droits. Ou comment des boîtes comme TF1, Canal et cie BLOQUENT l'accès à la culture.

Après, "Lovefilm" était une petite boîte, absolument rien de comparable avec le géant qu'est Netflix (et je pense que s'ils ont pris leur temps pour arriver en France, c'est aussi pour prendre le temps de régler ce problème).

Pour en revenir à Netflix en général, pour moi ce service a suffit à me faire complètement arrêter le téléchargement (illégal). Alors oui, comme Netflix ne diffuse pas "un épisode à la fois" mais sort les séries par saison, il faut attendre la fin d'une saison pour pouvoir voir ta dernière série préférée, mais franchement, je m'en fous.
La partie "accès immédiat", c'est un luxe, il faut le reconnaître, tout comme on peut reconnaitre que quand on paie une place de ciné, on y va pour l'expérience (le grand écran, le son, l'immersion, pop corn, etc.). C'est un service en plus, tout simplement.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]