Comment crédibiliser davantage l'open-source, et pourquoi '

Le par  |  13 commentaire(s)
Logo organisme ISO

Il existe plusieurs interprétations des mots "open-source".

Il existe plusieurs interprétations des mots "open-source". Certaines évoquent les logiciels gratuits, à l'image du navigateur Internet Firefox et de certaines distributions Linux. D'autres font au contraire penser à des entreprises commerciales, comme Red Hat ou Novell, mais certains pans entiers de l'industrie mondiale sont contraints--ou ont choisi--de faire l'impasse sur les logiciels libres, par manque de certification internationale. A croire que le pédigrée est plus important que les aptitudes.


Quand l'ISO barre...
Logo organisme isoDans le milieu hippique, on a coutume de dire que "The race improves the breed", autrement dit que la course améliore la race. Il pourrait en aller de même dans le domaine de l'informatique, où certains éditeurs open-source sont présents depuis plus longtemps que d'autres, au contenu propriétaire, mais c'est compter sans la norme ISO9000.

Aux Etats-Unis, les grands laboratoires pharmaceutiques sont confrontés depuis plusieurs années a un cruel dilemne. Pour obtenir l'assentiment de leur autorité de tutelle, la FDA (Food and Drugs Administration), dans la mise sur le marché de nouveaux médicaments, ils doivent s'appuyer sur des processus de certification extrêmement précis, et de ne faire usage que de logiciels émanant d'éditeurs certifiés ISO9000. Cela tiendrait presque de l'anecdote, puisque de telles solutions existent, mais se pose le problème de l'inclusion, dans leurs programmes, de portions de code-source en provenance d'autres éditeurs, non-certifiés.

Pire encore, cette norme, et son implémentation au niveau du lancement de nouveaux produits pharmaceutiques, implique la relecture totale du code, et la purge des sections non certifiables ou traçables. Sont exclus de fait des logiciels écrits par des développeurs dans leur coin, quelle que soit leur qualité. Un spécialiste oeuvrant dans ce domaine fait remarquer que certaines applications telles que log4net ou NUnit apporteraient une plus-value intéressante aux programmes sur lesquels il travaille, mais que leur appartenance à la "mauvaise" catégorie les disqualifie d'office.


Refonte en vue '
On peut donc légitimement se demander si les normes ISO9000, édictée il y a plus de dix ans, sont encore à la page lorsqu'il s'agit de définir un niveau de qualité globale, et si leur réécriture ne s'impose pas. Les éditeurs commerciaux qui ont investi des sommes considérables dans le but d'obtenir leur certification répondront sûrement par la négative, mais ce choix pourrait être remis en question dans les prochaines années. En effet, les logiciels mentionnés plus haut (et ce ne sont que quelques exemples) ont depuis longtemps fait la preuve de leur stabilité et de leur efficacité, deux qualités cardinales dans un domaine d'activité où les sommes investies sont colossales, et les retards proscrits.

Il se murmure que les prochaines élections de mi-mandat, en novembre prochain, pourraient changer le paysage politique américain, et faire resurgir de vieux projets de modification des méthodes de travail de cette énorme machinerie qu'est la FDA. Mais attendre des bouleversements dans la manière dont l'open-source est employé dans certains secteurs industriels serait sans doute illusoire.

A croire que l'open-source est condamné à la marginalité outre-Atlantique, malgré l'indéniable qualité de ses principaux fleurons.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #126813
bof, c'est pas un problème d'open source ou quoi que ce soit. C'est un problème Gros-développeur-qui-peuvent-se-payer-une-certif contre petits développeurs ...
Le #126816
"The race improves the breed", autrement dit que la course améliore la race.
Ne serait-ce pas plutôt "La race améliore la course." '
Le #126823
Ben non,
"race" est une course, "breed" est la race.
Attention aux faux amis
Le #126828
bonjour,

"Il existe plusieurs interprétations des mots "open-source". Certaines évoquent les logiciels gratuits,"

Faux.
Oui pour ceux qui ne connaissent rien dans ce domaine !

"A croire que l'open-source est condamné à la marginalité outre-Atlantique, malgré l'indéniable qualité de ses principaux fleurons."

Le monde ne se fait pas en un jour, je clique des doigts et tout change !
Le #126831
Attention, la certification ISO n'est pas figée.
Une nouvelle version de logiciel et il doit repasser le test de certification.
Et evidemment, ce n'est pas gratuit.
Le problème est surtout à ce niveau là.
Beaucoup de très bon logiciels ou progiciels open-sources, même s'ils sont payants n'ont pas les moyens de se payer une certification ISO, surtout que cette certification est particulièrement difficile à obtenir.
Mais cette remarque est valable dans tous les domaines, la qualité de production notamment est soumise à une certification ISO et seules les entreprises les plus riches peuvent se payer régulièrement cette certification, gage de qualité évident sur l'obtention de futurs contrats.
Le #126836
altheos

+1
Le #126840
Merci en tous cas pour cet article très intéressant, et bien écrit.
Le #126857
Bonjour à tous,

Je me permet d'apporter des informations supplémentaires à la news et aux commentaires :

FAUX : L'ISO ne certifie quasiment pas de produits. C'est le boulot des différents laboratoires de controles et essais.

FAUX : L'iso 9000 est une famille. En aucun cas il s'agit d'une certification en tant que tel. La seule certification de cette famille qu'un organisme (entreprise,association,fondation ....) peut obtenir (à l'heure d'aujourd'hui) est la version 9001:2000.
Ce label concerne UNIQUEMENT le système de management de la Qualité ( Avec un Q majuscule svp !) ni plus ... ni moins.

VRAI : Ca coûte la peau du cul. Comptez que les prix annoncés sont hors-taxes, que vous avez a votre charge les frais de séjour de l'auditeur, que les certicats sont payants, tous les ans l'auditeur revient et au bout de 3 ans vous devez proceder a une recertification au plein tarif.

FAUX : C'est pas compliqué. Une entreprise qui respecte son client est quasi-assurée d'obtenir la certification.

VRAI : Une entreprise dont le SMQ (Systeme de Management de la Qualité) est certifié peut produire de la merde. L'important est que ça soit conforme a ce que le client veut. Subtil non '

Je suis ingénieur Qualité, j'ai mis en place le SMQ de l'entreprise qui m'emploie et nous avons reçu la certification IQO 9001 par BVQI tres recemment.

Qualiticien par conviction et aussi open-sourciste par conviction, si quelques structures opensource souhaitent une open-expertise, ça serait avec le plus grand plaisir

*PUBLICITE* N'hesitez pas a contacer l'ISTIA d'Angers pour trouver un ingénieur Qualité spécialisé dans les ISO SPICE ( l'informatique en gros).
Le #126858
*double post*
Le #126894
Comme dans d'autres écoles aussi lol ..
Bref, je me répète, mais c'a n'a bien aucun rapport avec l'open-source, mais bien avec le budget de la boîte.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]