Orange et Bouygues : une création de valeur de 6 à 8 milliards d'euros ?

Le par  |  14 commentaire(s) Source : Les Echos
Bouygues-Telecom-nouveau-logo

Pour que les régulateurs valident un rapprochement entre Orange et Bouygues, il va falloir créer de la valeur via les synergies réalisées, et Orange l'estime déjà autour de 6 à 8 milliards d'euros.

Orange-logoLes négociations entre les groupes Orange et Bouygues ne pourront être validées qu'en faisant la démonstration de la pertinence d'un rapprochement entre l'opérateur historique et leader du marché et un acteur plus petit.

Cela passera par des garanties sur l'emploi, sur l'équilibre du jeu concurrentiel et sur la création de valeur générée par la fusion des activités des deux opérateurs, moyennant les remèdes imposés par les régulateurs et qui pourraient largement servir les intérêts de Numericable-SFR et surtout Free.

Cette création de valeur, qui pourrait passer par une mutualisation des infrastructures et des canaux commerciaux, Orange l'estimerait de 15 à 20 milliards d'euros, moins les 10 milliards d'euros représentés par le rachat de Bouygues Telecom, selon des informations du journal Les Echos.

En tenant compte des actifs de Bouygues Telecom que pourraient racheter Numericable-SFR et Free pour satistaire l'Autorité de la concurrence, "la création de valeur nette pourrait se chiffrer entre 6 et 8 milliards d'euros pour le secteur des telcos", note le journal économique.

Pour cela, Orange pourrait accepter de céder pour 6 milliards d'euros d'actifs à ses concurrents en vue d'un retour à un marché mobile français à trois opérateurs, montant qui permettra de financer en partie l'opération et qui finira par décider de l'importance du contrôle du groupe Bouygues dans son capital, et qui pourrait se situer entre 12 et 15%, en fonction du cash que ce dernier pourrait réinjecter dans Orange, ce qui pourrait contribuer à fortifier le cours d'Orange en Bourse.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1877606
Ca "pue" la ''Macron économie'' !!!

Je suis curieux et j'ai hate de voir sur quoi toutes ces tractations vont déboucher....
Le #1877634
Si le secteur gagne des milliards sur l'opération sans licencier, c'est forcément au détriment du consommateur. La seule façon de gagner plus sans que le consommateur soit laisé c'est de licencier les doublons. Ce qui ne me choque pas, la défense de l'emploi expliquant pourquoi la France connaît tant de chômage en sclérosant notre économie.
Le #1877672
cycnus a écrit :

Si le secteur gagne des milliards sur l'opération sans licencier, c'est forcément au détriment du consommateur. La seule façon de gagner plus sans que le consommateur soit laisé c'est de licencier les doublons. Ce qui ne me choque pas, la défense de l'emploi expliquant pourquoi la France connaît tant de chômage en sclérosant notre économie.


L'idee n'est pas de gagner des milliards sur l'operation. La valeur ajoutee se fera a terme. Dans ce secteur il faut investir des milliards chaque annee. Le consommateur est deja lésé par une couverture nationale faible et des debits a geometrie variable.....

dans mon pc, lorsque j'ai un fichier doublon, je le supprime.
Le #1877680
cycnus a écrit :

Si le secteur gagne des milliards sur l'opération sans licencier, c'est forcément au détriment du consommateur. La seule façon de gagner plus sans que le consommateur soit laisé c'est de licencier les doublons. Ce qui ne me choque pas, la défense de l'emploi expliquant pourquoi la France connaît tant de chômage en sclérosant notre économie.


Pas forcément au détriment du consommateur, ni de l'emploi (même s'il est improbable que les doublons ne soient pas supprimés).
Tu poses ou exploites une antenne à la place de deux, t'économises 50% sur tes investissements ou amortissements. Dans ce cas, ce sont les industriels en amont qui sont lésés genre les fabricants d'antennes (et là ça se passe globalement plutôt à l'étranger).
Tu gardes un seul réseau de points de vente physiques au lieu de deux, t'économises aussi 50% sur tes loyers. Dans ce cas, ce sont les bailleurs ou propriétaires qui trinquent (Icade, Euris, etc.).
J'imagine qu'il y a pleins d'autres postes d'économies (informatique, locaux du siège, assurances, frais de déplacement, etc.) qui n'impactent pas directement le consommateur.

By the way, le titre de l'article est trompeur, l'autorité de la concurrence n'a que faire des synergies, ce n'est pas son problème. Elle est juste là pour vérifier que les parts de marché ne seront pas trop concentrées et que l'opération ne va pas obérer le mécanisme de formation des prix par l'équilibre de l'offre et de la demande ...
Le #1877696
MotaSoft a écrit :

cycnus a écrit :

Si le secteur gagne des milliards sur l'opération sans licencier, c'est forcément au détriment du consommateur. La seule façon de gagner plus sans que le consommateur soit laisé c'est de licencier les doublons. Ce qui ne me choque pas, la défense de l'emploi expliquant pourquoi la France connaît tant de chômage en sclérosant notre économie.


Pas forcément au détriment du consommateur, ni de l'emploi (même s'il est improbable que les doublons ne soient pas supprimés).
Tu poses ou exploites une antenne à la place de deux, t'économises 50% sur tes investissements ou amortissements. Dans ce cas, ce sont les industriels en amont qui sont lésés genre les fabricants d'antennes (et là ça se passe globalement plutôt à l'étranger).
Tu gardes un seul réseau de points de vente physiques au lieu de deux, t'économises aussi 50% sur tes loyers. Dans ce cas, ce sont les bailleurs ou propriétaires qui trinquent (Icade, Euris, etc.).
J'imagine qu'il y a pleins d'autres postes d'économies (informatique, locaux du siège, assurances, frais de déplacement, etc.) qui n'impactent pas directement le consommateur.

By the way, le titre de l'article est trompeur, l'autorité de la concurrence n'a que faire des synergies, ce n'est pas son problème. Elle est juste là pour vérifier que les parts de marché ne seront pas trop concentrées et que l'opération ne va pas obérer le mécanisme de formation des prix par l'équilibre de l'offre et de la demande ...


"Tu poses ou exploites une antenne à la place de deux, t'économises 50% sur tes investissements ou amortissements. Dans ce cas, ce sont les industriels en amont qui sont lésés genre les fabricants d'antennes (et là ça se passe globalement plutôt à l'étranger).
Tu gardes un seul réseau de points de vente physiques au lieu de deux, t'économises aussi 50% sur tes loyers. Dans ce cas, ce sont les bailleurs ou propriétaires qui trinquent (Icade, Euris, etc.)."

Explications tres théoriques pour ne pas dire simplistes. Sans connaitre les tenants et aboutissants de la stratégie d'une fusion ou d'un rapprochement, il est difficile de spéculer voir d'extrapoler sur les futurs couts d'exploitation qui vont également passés par des investissements supplémentaires. Bref, beaucoup trop d'inconnues dans cette équation pour statuer a ce jour sur un quelconque scénario "d'économies et d'amortissements"........
Le #1877738
Morpheus005 a écrit :

MotaSoft a écrit :

cycnus a écrit :

Si le secteur gagne des milliards sur l'opération sans licencier, c'est forcément au détriment du consommateur. La seule façon de gagner plus sans que le consommateur soit laisé c'est de licencier les doublons. Ce qui ne me choque pas, la défense de l'emploi expliquant pourquoi la France connaît tant de chômage en sclérosant notre économie.


Pas forcément au détriment du consommateur, ni de l'emploi (même s'il est improbable que les doublons ne soient pas supprimés).
Tu poses ou exploites une antenne à la place de deux, t'économises 50% sur tes investissements ou amortissements. Dans ce cas, ce sont les industriels en amont qui sont lésés genre les fabricants d'antennes (et là ça se passe globalement plutôt à l'étranger).
Tu gardes un seul réseau de points de vente physiques au lieu de deux, t'économises aussi 50% sur tes loyers. Dans ce cas, ce sont les bailleurs ou propriétaires qui trinquent (Icade, Euris, etc.).
J'imagine qu'il y a pleins d'autres postes d'économies (informatique, locaux du siège, assurances, frais de déplacement, etc.) qui n'impactent pas directement le consommateur.

By the way, le titre de l'article est trompeur, l'autorité de la concurrence n'a que faire des synergies, ce n'est pas son problème. Elle est juste là pour vérifier que les parts de marché ne seront pas trop concentrées et que l'opération ne va pas obérer le mécanisme de formation des prix par l'équilibre de l'offre et de la demande ...


"Tu poses ou exploites une antenne à la place de deux, t'économises 50% sur tes investissements ou amortissements. Dans ce cas, ce sont les industriels en amont qui sont lésés genre les fabricants d'antennes (et là ça se passe globalement plutôt à l'étranger).
Tu gardes un seul réseau de points de vente physiques au lieu de deux, t'économises aussi 50% sur tes loyers. Dans ce cas, ce sont les bailleurs ou propriétaires qui trinquent (Icade, Euris, etc.)."

Explications tres théoriques pour ne pas dire simplistes. Sans connaitre les tenants et aboutissants de la stratégie d'une fusion ou d'un rapprochement, il est difficile de spéculer voir d'extrapoler sur les futurs couts d'exploitation qui vont également passés par des investissements supplémentaires. Bref, beaucoup trop d'inconnues dans cette équation pour statuer a ce jour sur un quelconque scénario "d'économies et d'amortissements"........


Ni théorique ni simpliste ni prématuré.
Orange t'a donné et quantifié sa stratégie, c'est même marqué dans l'article des Echos.
" [...] Mutualisation des infrastructures et des canaux commerciaux, Orange l'estimerait de 15 à 20 milliards d'euros [...] "
Le #1877772
MotaSoft a écrit :

Morpheus005 a écrit :

MotaSoft a écrit :

cycnus a écrit :

Si le secteur gagne des milliards sur l'opération sans licencier, c'est forcément au détriment du consommateur. La seule façon de gagner plus sans que le consommateur soit laisé c'est de licencier les doublons. Ce qui ne me choque pas, la défense de l'emploi expliquant pourquoi la France connaît tant de chômage en sclérosant notre économie.


Pas forcément au détriment du consommateur, ni de l'emploi (même s'il est improbable que les doublons ne soient pas supprimés).
Tu poses ou exploites une antenne à la place de deux, t'économises 50% sur tes investissements ou amortissements. Dans ce cas, ce sont les industriels en amont qui sont lésés genre les fabricants d'antennes (et là ça se passe globalement plutôt à l'étranger).
Tu gardes un seul réseau de points de vente physiques au lieu de deux, t'économises aussi 50% sur tes loyers. Dans ce cas, ce sont les bailleurs ou propriétaires qui trinquent (Icade, Euris, etc.).
J'imagine qu'il y a pleins d'autres postes d'économies (informatique, locaux du siège, assurances, frais de déplacement, etc.) qui n'impactent pas directement le consommateur.

By the way, le titre de l'article est trompeur, l'autorité de la concurrence n'a que faire des synergies, ce n'est pas son problème. Elle est juste là pour vérifier que les parts de marché ne seront pas trop concentrées et que l'opération ne va pas obérer le mécanisme de formation des prix par l'équilibre de l'offre et de la demande ...


"Tu poses ou exploites une antenne à la place de deux, t'économises 50% sur tes investissements ou amortissements. Dans ce cas, ce sont les industriels en amont qui sont lésés genre les fabricants d'antennes (et là ça se passe globalement plutôt à l'étranger).
Tu gardes un seul réseau de points de vente physiques au lieu de deux, t'économises aussi 50% sur tes loyers. Dans ce cas, ce sont les bailleurs ou propriétaires qui trinquent (Icade, Euris, etc.)."

Explications tres théoriques pour ne pas dire simplistes. Sans connaitre les tenants et aboutissants de la stratégie d'une fusion ou d'un rapprochement, il est difficile de spéculer voir d'extrapoler sur les futurs couts d'exploitation qui vont également passés par des investissements supplémentaires. Bref, beaucoup trop d'inconnues dans cette équation pour statuer a ce jour sur un quelconque scénario "d'économies et d'amortissements"........


Ni théorique ni simpliste ni prématuré.
Orange t'a donné et quantifié sa stratégie, c'est même marqué dans l'article des Echos.
" [...] Mutualisation des infrastructures et des canaux commerciaux, Orange l'estimerait de 15 à 20 milliards d'euros [...] "


Monsieur le Professeur

Une mutualisation des infrastructures et meme des canaux commerciaux n'impliquent absolument pas un partage des couts d'exploitation a 50-50....... vous ne connaissez pas la structure du capital de cette fusion qui n'en est d'ailleurs pas vraiment une, mais plutot un rachat de Bouygues Telecom par le Groupe Orange.....dont l'état détient une part non négligeable du capital.....??

Sans rentrer dans des détails empiriques....vous semblez mettre la charrue avant les boeufs. Ce "deal" ne pourrait ne jamais aboutir....

les échos (janvier 2016):
" La prudence reste néanmoins de mise. « A ce jour, aucune décision n’a été prise et rien ne garantit l’issue de ces discussions préliminaires » , indique Bouygues. Pour Orange, « ces discussions ne sont pas contraintes par un calendrier particulier et ne s’engagent pas sur un schéma prédéfini. "
"C’est le début de l’histoire.Compte tenu des risques juridiques et financiers, un tel projet prend du temps"

Je vous encourage a regarder la vidéo de BFM business et celle des échos disponibles sur ce lien. Leurs teneurs et propos devraient clarifier votre mauvaise perception et interprétation hative d'un non événement_

http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021596814783-orange-et-bouygues-telecom-confirment-discuter-dun-rapprochement-1189601.php

http://www.lesechos.fr/journal20151222/lec2_high_tech_et_medias/021573655259-les-questions-qui-restent-a-regler-1186824.php#



Le #1877780
Le #1877871
Morpheus005 a écrit :

MotaSoft a écrit :

Morpheus005 a écrit :

MotaSoft a écrit :

cycnus a écrit :

Si le secteur gagne des milliards sur l'opération sans licencier, c'est forcément au détriment du consommateur. La seule façon de gagner plus sans que le consommateur soit laisé c'est de licencier les doublons. Ce qui ne me choque pas, la défense de l'emploi expliquant pourquoi la France connaît tant de chômage en sclérosant notre économie.


Pas forcément au détriment du consommateur, ni de l'emploi (même s'il est improbable que les doublons ne soient pas supprimés).
Tu poses ou exploites une antenne à la place de deux, t'économises 50% sur tes investissements ou amortissements. Dans ce cas, ce sont les industriels en amont qui sont lésés genre les fabricants d'antennes (et là ça se passe globalement plutôt à l'étranger).
Tu gardes un seul réseau de points de vente physiques au lieu de deux, t'économises aussi 50% sur tes loyers. Dans ce cas, ce sont les bailleurs ou propriétaires qui trinquent (Icade, Euris, etc.).
J'imagine qu'il y a pleins d'autres postes d'économies (informatique, locaux du siège, assurances, frais de déplacement, etc.) qui n'impactent pas directement le consommateur.

By the way, le titre de l'article est trompeur, l'autorité de la concurrence n'a que faire des synergies, ce n'est pas son problème. Elle est juste là pour vérifier que les parts de marché ne seront pas trop concentrées et que l'opération ne va pas obérer le mécanisme de formation des prix par l'équilibre de l'offre et de la demande ...


"Tu poses ou exploites une antenne à la place de deux, t'économises 50% sur tes investissements ou amortissements. Dans ce cas, ce sont les industriels en amont qui sont lésés genre les fabricants d'antennes (et là ça se passe globalement plutôt à l'étranger).
Tu gardes un seul réseau de points de vente physiques au lieu de deux, t'économises aussi 50% sur tes loyers. Dans ce cas, ce sont les bailleurs ou propriétaires qui trinquent (Icade, Euris, etc.)."

Explications tres théoriques pour ne pas dire simplistes. Sans connaitre les tenants et aboutissants de la stratégie d'une fusion ou d'un rapprochement, il est difficile de spéculer voir d'extrapoler sur les futurs couts d'exploitation qui vont également passés par des investissements supplémentaires. Bref, beaucoup trop d'inconnues dans cette équation pour statuer a ce jour sur un quelconque scénario "d'économies et d'amortissements"........


Ni théorique ni simpliste ni prématuré.
Orange t'a donné et quantifié sa stratégie, c'est même marqué dans l'article des Echos.
" [...] Mutualisation des infrastructures et des canaux commerciaux, Orange l'estimerait de 15 à 20 milliards d'euros [...] "


Monsieur le Professeur

Une mutualisation des infrastructures et meme des canaux commerciaux n'impliquent absolument pas un partage des couts d'exploitation a 50-50....... vous ne connaissez pas la structure du capital de cette fusion qui n'en est d'ailleurs pas vraiment une, mais plutot un rachat de Bouygues Telecom par le Groupe Orange.....dont l'état détient une part non négligeable du capital.....??

Sans rentrer dans des détails empiriques....vous semblez mettre la charrue avant les boeufs. Ce "deal" ne pourrait ne jamais aboutir....

les échos (janvier 2016):
" La prudence reste néanmoins de mise. « A ce jour, aucune décision n’a été prise et rien ne garantit l’issue de ces discussions préliminaires » , indique Bouygues. Pour Orange, « ces discussions ne sont pas contraintes par un calendrier particulier et ne s’engagent pas sur un schéma prédéfini. "
"C’est le début de l’histoire.Compte tenu des risques juridiques et financiers, un tel projet prend du temps"

Je vous encourage a regarder la vidéo de BFM business et celle des échos disponibles sur ce lien. Leurs teneurs et propos devraient clarifier votre mauvaise perception et interprétation hative d'un non événement_

http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021596814783-orange-et-bouygues-telecom-confirment-discuter-dun-rapprochement-1189601.php

http://www.lesechos.fr/journal20151222/lec2_high_tech_et_medias/021573655259-les-questions-qui-restent-a-regler-1186824.php#



Tu digresses l'ami

Le sujet de départ était : est-ce que les synergies d'une fusion viennent forcément léser le consommateur ou détruire de l'emploi dans les entreprises concernées
J'ai donné des exemples simples qui viennent infirmer ces hypothèses et qui ne cherchaient pas à être précis

Ni la structure du capital ni le fait que l'opération se fasse ou ne se fasse pas ont un quelconque rapport là dedans
Le #1877878
MotaSoft a écrit :

Morpheus005 a écrit :

MotaSoft a écrit :

Morpheus005 a écrit :

MotaSoft a écrit :

cycnus a écrit :

Si le secteur gagne des milliards sur l'opération sans licencier, c'est forcément au détriment du consommateur. La seule façon de gagner plus sans que le consommateur soit laisé c'est de licencier les doublons. Ce qui ne me choque pas, la défense de l'emploi expliquant pourquoi la France connaît tant de chômage en sclérosant notre économie.


Pas forcément au détriment du consommateur, ni de l'emploi (même s'il est improbable que les doublons ne soient pas supprimés).
Tu poses ou exploites une antenne à la place de deux, t'économises 50% sur tes investissements ou amortissements. Dans ce cas, ce sont les industriels en amont qui sont lésés genre les fabricants d'antennes (et là ça se passe globalement plutôt à l'étranger).
Tu gardes un seul réseau de points de vente physiques au lieu de deux, t'économises aussi 50% sur tes loyers. Dans ce cas, ce sont les bailleurs ou propriétaires qui trinquent (Icade, Euris, etc.).
J'imagine qu'il y a pleins d'autres postes d'économies (informatique, locaux du siège, assurances, frais de déplacement, etc.) qui n'impactent pas directement le consommateur.

By the way, le titre de l'article est trompeur, l'autorité de la concurrence n'a que faire des synergies, ce n'est pas son problème. Elle est juste là pour vérifier que les parts de marché ne seront pas trop concentrées et que l'opération ne va pas obérer le mécanisme de formation des prix par l'équilibre de l'offre et de la demande ...


"Tu poses ou exploites une antenne à la place de deux, t'économises 50% sur tes investissements ou amortissements. Dans ce cas, ce sont les industriels en amont qui sont lésés genre les fabricants d'antennes (et là ça se passe globalement plutôt à l'étranger).
Tu gardes un seul réseau de points de vente physiques au lieu de deux, t'économises aussi 50% sur tes loyers. Dans ce cas, ce sont les bailleurs ou propriétaires qui trinquent (Icade, Euris, etc.)."

Explications tres théoriques pour ne pas dire simplistes. Sans connaitre les tenants et aboutissants de la stratégie d'une fusion ou d'un rapprochement, il est difficile de spéculer voir d'extrapoler sur les futurs couts d'exploitation qui vont également passés par des investissements supplémentaires. Bref, beaucoup trop d'inconnues dans cette équation pour statuer a ce jour sur un quelconque scénario "d'économies et d'amortissements"........


Ni théorique ni simpliste ni prématuré.
Orange t'a donné et quantifié sa stratégie, c'est même marqué dans l'article des Echos.
" [...] Mutualisation des infrastructures et des canaux commerciaux, Orange l'estimerait de 15 à 20 milliards d'euros [...] "


Monsieur le Professeur

Une mutualisation des infrastructures et meme des canaux commerciaux n'impliquent absolument pas un partage des couts d'exploitation a 50-50....... vous ne connaissez pas la structure du capital de cette fusion qui n'en est d'ailleurs pas vraiment une, mais plutot un rachat de Bouygues Telecom par le Groupe Orange.....dont l'état détient une part non négligeable du capital.....??

Sans rentrer dans des détails empiriques....vous semblez mettre la charrue avant les boeufs. Ce "deal" ne pourrait ne jamais aboutir....

les échos (janvier 2016):
" La prudence reste néanmoins de mise. « A ce jour, aucune décision n’a été prise et rien ne garantit l’issue de ces discussions préliminaires » , indique Bouygues. Pour Orange, « ces discussions ne sont pas contraintes par un calendrier particulier et ne s’engagent pas sur un schéma prédéfini. "
"C’est le début de l’histoire.Compte tenu des risques juridiques et financiers, un tel projet prend du temps"

Je vous encourage a regarder la vidéo de BFM business et celle des échos disponibles sur ce lien. Leurs teneurs et propos devraient clarifier votre mauvaise perception et interprétation hative d'un non événement_

http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021596814783-orange-et-bouygues-telecom-confirment-discuter-dun-rapprochement-1189601.php

http://www.lesechos.fr/journal20151222/lec2_high_tech_et_medias/021573655259-les-questions-qui-restent-a-regler-1186824.php#



Tu digresses l'ami

Le sujet de départ était : est-ce que les synergies d'une fusion viennent forcément léser le consommateur ou détruire de l'emploi dans les entreprises concernées
J'ai donné des exemples simples qui viennent infirmer ces hypothèses et qui ne cherchaient pas à être précis

Ni la structure du capital ni le fait que l'opération se fasse ou ne se fasse pas ont un quelconque rapport là dedans


C'est amusant ces personnes qui survolent un sujet en pratiquant l'autosatisfaction et la certitude absolue, alors qu'a ce jour tout ce qu'on sait, c'est qu'on ne sait pas..............

Oui, en effet; j'ai pu apprécier les exemples...

""Tu poses ou exploites une antenne à la place de deux, t'économises 50% sur tes investissements ou amortissements. Dans ce cas, ce sont les industriels en amont qui sont lésés genre les fabricants d'antennes (et là ça se passe globalement plutôt à l'étranger).
Tu gardes un seul réseau de points de vente physiques au lieu de deux, t'économises aussi 50% sur tes loyers. Dans ce cas, ce sont les bailleurs ou propriétaires qui trinquent (Icade, Euris, etc.)."

On ne parle pas de l'achat d'une caravane entre deux amis a 50-50.....la métaphore n'est pas pertinente, et cette démarche est rédhibitoire.

Comment pourriez vous m'expliquer ce que vous n'arrivez pas a appréhender?....
bonne journée

Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]