Les publicitaires ne souhaitent plus soutenir le piratage

Le par  |  3 commentaire(s)
piratage

Les publicitaires rejoignent aujourd'hui la guerre contre le piratage d'oeuvres protégées au travers d'une charte des bonnes pratiques à adopter pour couper les ressources des sites violant la loi.

Certains sites proposant des contenus piratés dégagent de petites fortunes au travers de leur activité illégale. Des revenus qui proviennent majoritairement de la publicité diffusée sur les plateformes.

piratage Aujourd'hui, les annonceurs prennent leur part de responsabilité dans la démocratisation du piratage. Le ministère de la Culture et de la Communication publie ainsi une "Charte des bonnes pratiques dans la publicité pour le respect des droits d'auteurs et des droits voisins", est ainsi abordée la question de couper purement et simplement les ressources financières des plateformes de piratage.

La charte indique ainsi comment l'image d'une marque ou d'un prestataire technique peut être dégradée en s'affichant sur certains sites peu recommandables. Sont évoqués également la notion de complicité des publicitaires dans les actions des sites contrevenants par leur soutien financier leur permettant de maintenir et de déployer leur activité.

Les publicitaires qui ont signé cette charte devraient récupérer des listes de sites contrevenants émises par les autorités ou les ayants droit en reportant ces dernières auprès des régies et agences médias afin de ne plus proposer aucun service à ces plateformes.

Un Comité de suivi sera prochainement créé, il proposera un rapport deux fois par an au ministère de la Culture et de la Communication. Reste que la suppression des revenus des sites illégaux n'aura rien de simple. Beaucoup de ces plateformes multiplient ainsi les sites légaux avec des renvois automatiques d'utilisateurs pour générer des revenus qui visent à financer l'activité illégale de la plateforme principale.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1837468
Bien-sûr, les publicitaires vont jeter le tas d'or sur lequel ils sont assis. Si les sites pirates se font des petites fortunes, alors les régies publicitaires aussi, et les annonceurs également, sinon le système n'existerait pas. Si certains font une croix dessus, d'autres moins scrupuleux reprendront le flambeau.
Généralisation et démocratisation de la VOD, licence globale reversée équitablement aux ayant-droits, il n'y a que ça qui marchera, Mme Pellerin.


Le #1837475
On ne dit plus partager, mais pirater. Et pirater c'est mal Hum tu vois.
Le #1838002
Y en a qui n'en ont jamais assez !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]