Qualcomm IQ 2012 : de SnapDragon à Vuforia

Le par  |  0 commentaire(s)

A la base, Qualcomm conçoit des composants mobiles (processeur, GPU, modem, connectivité ) qu'il fait fabriquer par des fondeurs, vend aux fabricants de smartphones et tablettes ( et d'autres marchés ) et met en valeur via de la documentation et des SDK auprès des développeurs.

Au coeur de cette stratégie se trouve donc la famille SnapDragon qui comprend diverses plates-formes matérielles ( actuellement divisées en quatre catégories, de S1 à S4, avec des sous-divisions ) et dont la dernière génération SnapDragon S4 est déjà présente dans de nombreux produits en version simple coeur, dual core, bientôt aussi en quadcore ( déjà présente dans le nouveau LG Optimus G ).

La famille SnapDragon essaime sur de nombreuses plates-formes mobiles, Android en tête, mais aussi Windows Phone ( pour laquelle Qualcomm est toujours le seul fondeur à proposer des processeurs optimisés et certifiés par Microsoft ) et BlackBerry, en attendant Windows RT, voire le futur FireFox OS.

Qualcomm SnapDragon 01  Qualcomm SnapDragon 02 

La diversité de ses plates-formes matérielles SnapDragon lui permet de répondre à la demande pour tous les segments du marché, milieu et haut de gamme bien sûr, mais aussi entrée de gamme avec QRD ( Qualcomm Reference Designs ), un segment important pour Qualcomm comme le signalait déjà son CEO Paul Jacobs en 2011 quand arrivaient les processeurs mobiles dual core et qu'il ne compte pas laisser à certains acteurs spécialisés comme MediaTek.


SnapDragon S4, à la pointe
La famille S4 constitue le sommet de la gamme des plates-formes matérielles de Qualcomm, à base de coeurs utilisant une nouvelle microarchitecture Krait, avec un niveau de gravure en 28 nm et utilisant les processeurs graphiques Adreno, également conçus par Qualcomm et qui lui font dire qu'il est le plus gros fournisseur de GPU mobiles au monde.

Qualcomm SnapDragon 03  Qualcomm SnapDragon 04 

C'est à partir de la famille SnapDragon que le fondeur maintient sa domination sur le segment des smartphones, espère conquérir celui, plus difficile, des tablettes ( mais Windows RT est de nature à pouvoir changer la donne ) et cherche à étendre son influence à d'autres secteurs grâce à l'Internet des objets et l'intégration de connectivité un peu partout.

Qualcomm peut aussi compter sur son expertise en matière de modems multimode 2G / 3G / 4G pour s'imposer. Mais dans l'univers des processeurs mobiles, il existe une problématique difficile à résoudre du fait de l'hétérogénéité des plates-formes : comment trouver un point de comparaison pour établir les performances des processeurs des différents fabricants ?


Sur quelles bases comparer ?
Car le nombre de coeurs, la fréquence du processeur ou l'architecture interne sont autant d'éléments qui n'ont pas de valeur absolue et doivent être pris en compte dans un tout constitué par la plate-forme matérielle. La problématique date des premiers processeurs simple coeur ARM Cortex-A8 et n'a fait que s'amplifier avec le dual core et maintenant quadcore.

Qualcomm SnapDragon 05  Qualcomm SnapDragon 06 

Pendant que certains fabricants jouent la carte du nombre de coeurs, d'autres, comme Qualcomm ( mais aussi Texas Instruments ) font valoir qu'un dual core optimisé peut être plus performant qu'un quadcore gourmand. Faute d'un indice composite sur lequel tous les fabricants de processeur pourraient se mettre d'accord, Qualcomm cherche sa propre voie pour mettre en avant ses processeurs SnapDragon en faisant appel aux benchmarks qui constituent une première approche pour un indice commun, sans être parfaite.

On aura beau jeu de signaler les différences significatives de résultats entre des plates-formes optimisées en laboratoire et des smartphones finis constitués de patchworks de composants pouvant influer sur les performances finales, même en mettant l'accent sur les plates-formes intégrées ( réunissant processeur, GPU et modem sur un même SoC ) qui constitue la voie privilégiée des solutions Qualcomm.

Qualcomm SnapDragon 07 Qualcomm SnapDragon 08 

Faute d'une meilleure classification, Qualcomm vante donc les performances de son processeur SnapDragon S4 dual core par rapport aux solutions quadcore concurrentes ( et là on pense forcément au Tegra 3 de Nvidia ), de même que la puissance de sa solution SnapDragon S4 quadcore ( APQ8064 ) par rapport aux quadcores concurrents, sur la base de divers benchmarks.

Pour enfoncer le clou de l'optimisation, le fondeur a également comparé les dégagements de chaleur au bout de plusieurs minutes de fonctionnement. Expliquant avoir beaucoup travaillé sur la problématique thermique des processeurs SnapDragon, il assure que les optimisations effectuées garantissent de 1h30 à 2 heures d'autonomie supplémentaire avec ses processeurs selon les scénarios d'utilisation.

Les arguments sont de bonne guerre mais devront sans doute être raffinés, l'idéal étant d'arriver à s'accorder au sein de l'industrie sur certains critères. Pour le moment, chacun met en avant ses spécificités là où elles sont les plus favorables mais faute d'information homogène sur les mêmes bases chez les autres acteurs, les comparaisons objectives restent difficiles.

Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Questions / Réponses high-tech
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]