La virtualisation dans Red Hat Enterprise Linux 5

Le par  |  5 commentaire(s)
Xen : une solution de virtualisaiton (Small)

La toute récente sortie de Red Hat Enterprise Linux 5 (RHEL5) qui intègre le système de virtualisation libre Xen est l'occasion de souligner l'émergence des solutions de virtualisation sur l'ensemble des systèmes d'exploitation.

La toute récente sortie de Red Hat Enterprise Linux 5 (RHEL5) qui intègre le système de virtualisation libre Xen est l'occasion de souligner l'émergence des solutions de virtualisation sur l'ensemble des systèmes d'exploitation.

Xen solution virtualisaiton smallXen est le fruit de deux ans de travail collaboratif, supporté par Red Hat en collaboration avec IBM.

La compagnie a ainsi réagi à la demande grandissante d'une solution de virtualisation sur ses serveurs, permettant d'optimiser l'utilisation de la puissance du processeur, en lançant simultanément de multiples instances du système d'exploitation, explique Ian Gray, vice-président des services de supports généraux.

Par ailleurs, Red Hat envisage l'utilisation de sa plate-forme dans les architectures orientées service (SOA), très en vogue actuellement. Rappelons que ces dernières visent à ne présenter à un système informatique que la fonctionnalité du service qu'il utilise, indépendamment des contraintes liées aux choix techniques de son implémentation (langage de programmation, serveur, base de données...).


Malgrès sa puissance et sa maturité, Xen à du souci à se faire.
Il est à noter que Xen est inclus au noyau Linux 2.6.18 de RHEL5 sous la forme d'un patch externe au noyau. Hors, depuis la version 2.6.20, Linux intègre une autre solution de virtualisation : KVM.

En effet, bien que plus jeune, et pour le moment moins performante, celle-ci à l'avantage de la simplicité, puisque son intégration se résume à l'ajout d'un simple module, réduisant ainsi l'impact sur le code du noyau Linux, et améliorant donc sa stabilité.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #161492
Xen a peut-être du souci à se faire mais c'est une très grande nouvelle que la virtualisation aille aussi loin sur Linux. D'une manière ou d'une autre, les participants à ce projet ambitieux récolteront tous les fruits de cette avancée: qu'il soit leader final ou non.
Effectivement Nicolas, la virtualisation, par son optimisation des ressources, permettra rapidement de répartir les Systèmes d'Information sur moins de machines. Pour un gestionnaire de PARC, la virtualisation est une étape majeure (SUN est très prometteur sur ce domaine).

Tiens, c'est marrant, pour les sujets "vraiment" INFO, ça trolle beaucoup moins
Le #161512
Salut à tous !

john67 : Ca trolle beaucoup moins, et c'est d'autant plus interressant.

La virtualisation est un sujet que je connais très peu (un peu de vmware et c'est tout). D'ailleurs, je pensais qu'une instance virtualisée d'un OS était bien moins performante que le même OS fonctionnant en conditions "normales". Mais vos histoires de répartitions de ressources semblent dire le contraire.

Interressant. Un sujet technique et complet sur le sujet me passionnerait, d'autant plus que par définition je trouve le principe de virtualisation assez bluffant (au même titre que l'émulation, par exemple).
Le #161522
Un point de départ '
http://fr.wikipedia.org/wiki/Virtualisation_(informatique)

La virtualisation hérite d'un grand nombre de connaissances liées à la mutualisation, la consolidation ou même plus récemment celles de fermes applicatives. Aborder ce sujet est donc assez déroutant. Toujours est-il qu'il faut rassembler plusieurs aspects matériels et logiciels.
En essayant de ne pas trop simplifier, il faut voir la virtualisation comme un partage de gateau: chaque ressource informatique peut être affectée avec un degré fin de fragmentation (CPU, mémoire, disques). A mon sens, l'exemple de faire tourner plusieurs OS différents sur une même machine, même s'il est utile pour certains (les intégrateurs notamment), reste anecdotique. Par contre, réserver 3 CPU pour une appli et 1 CPU pour une autre, avec des mémoires différentes et un cloisonnement parfait permet une combinaison de SI très intéressante en terme de gestion de ressource.
J'espère ne pas avoir trop simplifié l'approche pour les puristes, qui n'hésiteront pas à me corriger
Le #161543
au taf on a une ferme VMWare ESX avec 4 serveurs Bi-Xeon dual core (16 cores et 16 Go de RAM) qui fait tourner une 40aine de machines virtuelles. Certains serveurs virtuels tournent plus vite que leur homologue serveur physique.
Le #161573
john67 : Très interressant, merci pour les infos.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]