61-69

Le
Satmag.fr Serge Surpin
est ce que quelqu'un sait si la bande 61-69 sera aussi abandonnée hors de
France ?

--
s.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
user
Le #19018811
Satmag.fr Serge Surpin wrote:

est ce que quelqu'un sait si la bande 61-69 sera aussi abandonnée hors de
France ?





non, en Angleterre... y a des analogues , ou dvbt/freeview/tnt

http://users.fulladsl.be/~spb13810/dvbteu/


--
--
700+ Radio Stations on SW http://swstations.tk/
Shortwave transmissions in English, Francais, Nederlands, Deutsch,
Suid-Afrikaans, Chinese, Dansk, Urdu, Cantonese, Greek, Spanish,
Portuguese, ...
http://radiolanguages.tk Updated every month or so ....
F1TAY
Le #19019771
Ca c'est le présent... je pense que la question portait sur le futur...
Daniel

user avait soumis l'idée :
Satmag.fr Serge Surpin wrote:

est ce que quelqu'un sait si la bande 61-69 sera aussi abandonnée hors de
France ?





non, en Angleterre... y a des analogues , ou dvbt/freeview/tnt

http://users.fulladsl.be/~spb13810/dvbteu/


--


Thierry VIGNAUD
Le #19054141
On Mon, 30 Mar 2009 23:19:05 +0200, "Satmag.fr Serge Surpin"
wrote:

est ce que quelqu'un sait si la bande 61-69 sera aussi abandonnée hors de
France ?



Oui c'est une décision au niveau international, notamment pour la Région 1 de
l'UIT (Europe/Afrique/Moyen Orient), dont la date d'entrée en vigueur
interviendra au 17/6/2015, mais les pays qui le souhaitent pourront devancer
la date, comme la France, correspondant à l'extinction de l'analogique.

D'autres pays ont déclaré ne pas la devancer comme la Belgique, le Luxembourg
et l'Italie.

En France des dérogations permettront néanmoins de continuer à diffuser des
programmes TV sur des canaux supérieurs à 60.

Je reprends un extrait du rapport d'activité 2007 du CSA
http://www.csa.fr/rapport2007/donnees/rapport/bilan.htm#6

Lors de la Conférence mondiale des radiocommunications de Genève en 2007, une
sous-bande de neuf canaux a été définie à l’échelle européenne, dans le haut
de la bande UHF. Elle doit être libérée au plus tard en 2015 afin d’accueillir
des usages udiovisuels ou de télécommunications, à la différence du reste de
la bande UHF qui continue à relever d’usages strictement audiovisuels. Le
dividende numérique, sur lequel porte la concurrence entre plusieurs
catégories d’usages, concerne donc ces mêmes canaux de la sous-bande. Celle-ci
doit d’ailleurs être encore stabilisée au niveau international ; en effet, le
plan-cible initial de basculement vers le numérique incluait ces canaux, et
certains pays ont affecté une partie de ceux-ci, de manière définitive, à la
TNT, suscitant des risques importants de brouillages si des usages
autres qu’audiovisuels prenaient place sur ces fréquences en France.
C’est donc la libération de ces fréquences, en France en 2012, en Europe au
plus tard en 2015, qui permettra d’envisager de nouveaux usages audiovisuels
ou de télécommunications.

Pour les autres régions 2 et 3 de l'UIT (Asie, Amériques, Océanie), d'autres
bandes dans la gamme UHF bande IV et V sont concernées :

Toujours le rapport d'activité 2007 du CSA :
http://www.csa.fr/rapport2007/donnees/rapport/I_gestion.htm#4

La CMR-07 comptait une trentaine de points à son ordre du jour. L’un des
sujets majeurs était la recherche de spectre radioélectrique pour l’attribuer
aux futurs services mobiles de télécommunications, et notamment aux
télécommunications mobiles internationales (IMT), terme générique désignant
toutes les technologies de radiocommunications électroniques à partir de la 3e
génération (UMTS). Les radiocommunications mobiles recherchent en particulier
des fréquences plus basses que celles qui ont été obtenues par le GSM, afin de
réduire le coût des réseaux. La ressource susceptible d’être libérée dans les
bandes de fréquences utilisées pour la diffusion de la télévision, à l’arrêt
de la diffusion analogique (le « dividende numérique »), faisait partie des
hypothèses envisagées. De fait, la bande 470-862 MHz, actuellement attribuée
au niveau mondial au service de radiodiffusion, a fait l’objet de vifs débat.
En France, la bande 470-830 MHz (canaux 21 à 65) est attribuée au CSA, et le
Conseil a autorisé dans cette bande les éditeurs de télévision pour la
diffusion de leurs programmes en mode analogique ou numérique. La partie
supérieure de la bande (830-862 MHz, canaux 66 à 69) est attribuée au
ministère de la défense, mais quelques émetteurs de télévision, analogiques ou
numériques, y sont autorisés à titre dérogatoire.

Les décisions de la Conférence concernant l’attribution de la bande
470-862 MHz aux IMT ont finalement été différentes d’une région à l’autre.

Pour la région 1 (Europe, Afrique, Moyen-Orient), qui concerne la France pour
la métropole, la Réunion et Mayotte, le résultat est qu’une attribution de la
sous-bande 790-862 MHz (canaux 61 à 69) devient possible pour les services
mobiles de type IMT.

Pour la région 2 (Amériques), qui comprend les Antilles, la Guyane et Saint-
Pierre-et-Miquelon, cette attribution est élargie, avec l’ouverture de la
bande 698-806 MHz aux services mobiles, sachant que l’attribution au-dessus de
806 MHz était déjà acquise.

Pour la région 3 (Asie, Océanie), qui comprend la Polynésie et la Nouvelle-
Calédonie, toute la bande 470-830 MHz était déjà attribuée au service mobile.
La conférence a simplement décidé une identification pour les IMT à partir de
790 MHz, sauf pour six pays, pour lesquels elle est faite à partir de 698 MHz.
Ces attributions dans le tableau du Règlement des radiocommunications (RR)
ne remettent pas en cause les attributions préexistantes au service fixe et à
la radiodiffusion dans la bande 470-862 MHz. Par ailleurs, le règlement ne
définit pas de priorité entre les services.

Ces nouvelles attributions internationales sont entrées en vigueur dès la fin
de la Conférence pour les régions 2 et 3. Pour la région 1, elle n’entreront
en vigueur que le 17 juin 2015, date au-delà de laquelle la diffusion
analogique de la télévision ne pourra être opposable dans les négociations aux
frontières selon la CRR06.

Thierry VIGNAUD
Emetteurs radio et TV :
http://pagesperso-orange.fr/tvignaud
Satmag.fr Serge Surpin
Le #19058091
ça c'est une réponse !
merci
ce sont des professionnels de Toulouse qui m'ont posé la question et j'avoue
que j'ai séché !


--
s.
"Thierry VIGNAUD" message de news:
On Mon, 30 Mar 2009 23:19:05 +0200, "Satmag.fr Serge Surpin"
wrote:

est ce que quelqu'un sait si la bande 61-69 sera aussi abandonnée hors de
France ?



Oui c'est une décision au niveau international, notamment pour la Région 1
de
l'UIT (Europe/Afrique/Moyen Orient), dont la date d'entrée en vigueur
interviendra au 17/6/2015, mais les pays qui le souhaitent pourront
devancer
la date, comme la France, correspondant à l'extinction de l'analogique.

D'autres pays ont déclaré ne pas la devancer comme la Belgique, le
Luxembourg
et l'Italie.

En France des dérogations permettront néanmoins de continuer à diffuser
des
programmes TV sur des canaux supérieurs à 60.

Je reprends un extrait du rapport d'activité 2007 du CSA
http://www.csa.fr/rapport2007/donnees/rapport/bilan.htm#6

Lors de la Conférence mondiale des radiocommunications de Genève en 2007,
une
sous-bande de neuf canaux a été définie à l'échelle européenne, dans le
haut
de la bande UHF. Elle doit être libérée au plus tard en 2015 afin
d'accueillir
des usages udiovisuels ou de télécommunications, à la différence du reste
de
la bande UHF qui continue à relever d'usages strictement audiovisuels. Le
dividende numérique, sur lequel porte la concurrence entre plusieurs
catégories d'usages, concerne donc ces mêmes canaux de la sous-bande.
Celle-ci
doit d'ailleurs être encore stabilisée au niveau international ; en effet,
le
plan-cible initial de basculement vers le numérique incluait ces canaux,
et
certains pays ont affecté une partie de ceux-ci, de manière définitive, à
la
TNT, suscitant des risques importants de brouillages si des usages
autres qu'audiovisuels prenaient place sur ces fréquences en France.
C'est donc la libération de ces fréquences, en France en 2012, en Europe
au
plus tard en 2015, qui permettra d'envisager de nouveaux usages
audiovisuels
ou de télécommunications.

Pour les autres régions 2 et 3 de l'UIT (Asie, Amériques, Océanie),
d'autres
bandes dans la gamme UHF bande IV et V sont concernées :

Toujours le rapport d'activité 2007 du CSA :
http://www.csa.fr/rapport2007/donnees/rapport/I_gestion.htm#4

La CMR-07 comptait une trentaine de points à son ordre du jour. L'un des
sujets majeurs était la recherche de spectre radioélectrique pour
l'attribuer
aux futurs services mobiles de télécommunications, et notamment aux
télécommunications mobiles internationales (IMT), terme générique
désignant
toutes les technologies de radiocommunications électroniques à partir de
la 3e
génération (UMTS). Les radiocommunications mobiles recherchent en
particulier
des fréquences plus basses que celles qui ont été obtenues par le GSM,
afin de
réduire le coût des réseaux. La ressource susceptible d'être libérée dans
les
bandes de fréquences utilisées pour la diffusion de la télévision, à
l'arrêt
de la diffusion analogique (le « dividende numérique »), faisait partie
des
hypothèses envisagées. De fait, la bande 470-862 MHz, actuellement
attribuée
au niveau mondial au service de radiodiffusion, a fait l'objet de vifs
débat.
En France, la bande 470-830 MHz (canaux 21 à 65) est attribuée au CSA, et
le
Conseil a autorisé dans cette bande les éditeurs de télévision pour la
diffusion de leurs programmes en mode analogique ou numérique. La partie
supérieure de la bande (830-862 MHz, canaux 66 à 69) est attribuée au
ministère de la défense, mais quelques émetteurs de télévision,
analogiques ou
numériques, y sont autorisés à titre dérogatoire.

Les décisions de la Conférence concernant l'attribution de la bande
470-862 MHz aux IMT ont finalement été différentes d'une région à l'autre.

Pour la région 1 (Europe, Afrique, Moyen-Orient), qui concerne la France
pour
la métropole, la Réunion et Mayotte, le résultat est qu'une attribution de
la
sous-bande 790-862 MHz (canaux 61 à 69) devient possible pour les services
mobiles de type IMT.

Pour la région 2 (Amériques), qui comprend les Antilles, la Guyane et
Saint-
Pierre-et-Miquelon, cette attribution est élargie, avec l'ouverture de la
bande 698-806 MHz aux services mobiles, sachant que l'attribution
au-dessus de
806 MHz était déjà acquise.

Pour la région 3 (Asie, Océanie), qui comprend la Polynésie et la
Nouvelle-
Calédonie, toute la bande 470-830 MHz était déjà attribuée au service
mobile.
La conférence a simplement décidé une identification pour les IMT à partir
de
790 MHz, sauf pour six pays, pour lesquels elle est faite à partir de 698
MHz.
Ces attributions dans le tableau du Règlement des radiocommunications (RR)
ne remettent pas en cause les attributions préexistantes au service fixe
et à
la radiodiffusion dans la bande 470-862 MHz. Par ailleurs, le règlement ne
définit pas de priorité entre les services.

Ces nouvelles attributions internationales sont entrées en vigueur dès la
fin
de la Conférence pour les régions 2 et 3. Pour la région 1, elle
n'entreront
en vigueur que le 17 juin 2015, date au-delà de laquelle la diffusion
analogique de la télévision ne pourra être opposable dans les négociations
aux
frontières selon la CRR06.

Thierry VIGNAUD
Emetteurs radio et TV :
http://pagesperso-orange.fr/tvignaud


Publicité
Poster une réponse
Anonyme