achat de domaine : où est la différence ?

Le
Olivier Masson
Bonjour,

j'ai des domaines chez OVH, lycos et Gandi.

Les prix sont un peu différents. Gandi est souvent plus cher.

Y'a-t-il une différence entre ces registrar ? Que l'on prenne
bookmyname, 1&1, ovh ou gandi, qu'est-ce qui change vraiment ?

Ce dont je me sers sur Gandi, c'est la redirection 301 pour les domaines
qui pointent sur un même site. Ce n'est pas toujours clair chez les
autres, donc j'évite.

Mais sinon, que permet de faire Gandi (à part le blog qui ne m'intéresse
pas) que ne permettent pas les autres, moins chers ?

Si on n'utilise pas les DNS du registrar (je ne comprends pas tout aux
DNS, donc je laisse cpanel faire pour moi :)), est-ce que tous les
registrar du monde sont les mêmes ?

Merci.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Xavier Roche
Le #139834
Olivier Masson wrote:
Mais sinon, que permet de faire Gandi (à part le blog qui ne m'intéresse
pas) que ne permettent pas les autres, moins chers ?


A côté des détails techniques, deux points:
(1) GANDI a et a toujours eu une politique assez claire, et ne fait que
du registrar (pas d'hébergement, si je ne m'abuse), et a des règles
éthiques également assez transparentes en cas de conflit (on ne bloque
pas un domaine après une menace d'une société, par exemple)
(2) le fait de choisir un prestataire indépendent de l'hébergement est
une sécurité, en cas de conflit avec l'hébergeur
(3) ils sont sympas :p

En clair, économiser un ou deux euro par an, c'est toujours possible,
mais le jeu en vaut-il la chandelle ?

Olivier Masson
Le #139831
Olivier Masson wrote:
Mais sinon, que permet de faire Gandi (à part le blog qui ne m'intéresse
pas) que ne permettent pas les autres, moins chers ?


A côté des détails techniques, deux points:
(1) GANDI a et a toujours eu une politique assez claire, et ne fait que
du registrar (pas d'hébergement, si je ne m'abuse), et a des règles
éthiques également assez transparentes en cas de conflit (on ne bloque
pas un domaine après une menace d'une société, par exemple)
(2) le fait de choisir un prestataire indépendent de l'hébergement est
une sécurité, en cas de conflit avec l'hébergeur


ce que je fais (pas d'heb. chez lycos, ni 1&1, et plus que les
micros-sites sur ovh en attendant la fin du contrat -mais les MX sont
déjà ailleurs !-).

(3) ils sont sympas :p

En clair, économiser un ou deux euro par an, c'est toujours possible,
mais le jeu en vaut-il la chandelle ?


Disons que de 12 euros HT (11 si > 45 domaines) à 5 ou 6 pour 1&1, c'est
100% d'augmentation.
J'ai une trentaine de domaines, ça commence à chiffrer. D'où mes questions.
Le point (1) que tu évoques est déjà un bon argument.


Patrick Mevzek
Le #139730
Si on n'utilise pas les DNS du registrar (je ne comprends pas tout aux
DNS, donc je laisse cpanel faire pour moi :)), est-ce que tous les
registrar du monde sont les mêmes ?


Non, évidemment.

D'abord des bureaux d'enregistrement il y en a officiellement environ 900
mais avec différents filtres on peut séparer les vrais des faux (les
sociétés qui n'ont été créées et accréditées que pour être
revendues ou faire de la spéculation), on tombe à environ 300 vrais
bureaux d'enregistrement.

Outre le prix en gros rouge clignotant page d'accueil on peut notamment
s'intéresser à :
- les langues du bureau (notamment important le jour où il y a un
problème)
- comment fonctionne le support technique (email ? web ? téléphone ?) et
dans quelles plages horaires ? Est-il compétent (difficile à juger a
priori) ?
- le contrat (TRES IMPORTANT) : il y a très souvent des clauses abusives
il faut le lire *avant* d'acheter le nom, pour éviter les surprises,
mauvaises en général.
- les fonctionnalités de base (ex: redirections) en faisant attention à
leur présentation : ce sont des vrais services à part entière, avec des
« garanties » ou on vous les présente (ca arrive) comme des services
additionnels gratuis et en bref si ca ne fonctionne pas tant pis pour vous
vous ne pouvez rien dire.
- les TLDs proposés à la vente (si on souhaite gérer tous ses noms de
domaine au même endroit, pas forcément une bonne idée mais cela peut
être souhaitable) et panoplie d'éventuels autres services proposés par
certains registres (synchronisation des dates en .COM/.NET, domaines de
deuxième ou troisième niveau en .NAME, blocage d'enregistrement («
defensive registration »), achat « anonymisé » pour les
particuliers en .FR, etc.)
- moyens de paiement : chèque ? CB ? mandat ? virement ? etc.
éventuellement monnaies, frais, et délais.
- les services annexes (avantages ou inconvénients selon ce qu'on
souhaite) : enregistrement « anonyme », certificats SSL, hébergement,
etc.
- l'interface de gestion des noms de domaine (le truc typiquement qu'on
oublie avant de commencer mais le plus important car c'est là qu'on va
passer le plus clair de son temps) : peut-on facilement (ergonomie ?)
opérer sur ses domaines, peut-on faire des opérations en masse, etc... -
le bureau d'enregistrement est-il maître de sa technologie (outils
développés in situ ou simple copier coller des offres existantes sur le
marché) et de ses serveurs ?
- la sécurité : comment sont stockés les mots de passe par exemple ?
(on serait probablement attéré des réponses...)
- les procédures : le bureau documente-t-il clairement quelque part sur
son site comment il gère les cas de plaintes (données Whois incorrectes,
ou UDRP), comment il gère les renouvellements, les transferts, etc.
Vous contacte-t-il par email régulièrement ? Pour dire quoi ?
La communication en général en fait, on peut aussi voir les blogs de CEO
(type GoDaddy), qui me font personnellement plus rire qu'autre chose, mais
ca peut donner des informations.
- la documentation disponible sur le site
- l'infrastructure technique : quels serveurs, quelle répartition
géographique/topologique, quel monitoring, etc.
- implication au sein de l'ICANN et des registres : le bureau
participe-t-il aux discussions/réunions relatives aux procédures de son
pays.
- pour les gros (?) clients : présence d'une API pour pouvoir faire des
opérations sans passer par le site.
- la « rentabilité » du bureau : le nom de domaine est-il juste un prix
d'appel pour vendre autre chose, ou le bureau est-il rentable juste avec
cette activité.
Il faut savoir, pour les gTLDs, par exemple, en gros prix du registre $6,
on ajoute l'ICANN 0,25$ à 0,75$, et l'accréditation annuelle (2500$ si
ma mémoire est bonne plus 500$ par an), plus un montant variable suivant
le volume total de noms de domaine (de l'ordre de 13 millions de $ pour
l'ensemble des bureaux, si je ne me trompe pas, au prorata du portefeuille
géré donc), les frais non techniques divers (taux de change, frais
paiement CB, frais virement aux registres, etc.), les frais techniques
(serveurs, liaisons), et les salaires (personnes du support,
administrateurs système/réseau, développeur), je pense qu'à la louche
on peut aisément arriver à la conclusion qu'en dessous d'environ 10
euros le bureau est nécessairement déficitaire sauf à être dans un
volume de type GoDaddy (> 10 millions de noms), ou vendre d'autres
services.

D'ailleurs si vous regardez bien il n'existe quasimment plus aucun bureau
qui ne vende que des noms de domaine. Tous vendent (ou vendront bientôt)
en plus blogs, hébergement, certificats, etc.
Ce qui signifie qu'ils ne sont pas rentables sur l'activité de noms de
domaine, et que donc a fortiori ils ne vont pas investir beaucoup dans
l'interface web par exemple, ou le support, ou choses de ce genre puisque
ce seront des centres de coût et pas de profit.

Voici quelques idées rapides, certainement non exhaustives.
Ce sont des questions ouvertes, qui admettent rarement des réponses
précises, les bureaux préférant, comme toute société, rester dans le
flou et se cacher derrière le prétexte du secret professionnel.

Il n'y a malheureusement aucun site sérieux qui fait de telles
comparaisons entre bureaux. Vous trouverez « au mieux » une comparaison
sur le prix, ce qui me semble très limité (surtout en ce moment avec les
augmentations).
Il y a d'autre part au moins un site qui vous donne des informations sur
l'activité des bureaux (nombre de noms de domaine au cours du temps,
nombre de destructions/restaurations - ce qui permet de voir si le bureau
participe à la pratique de domain parking - etc.)

Il ne faut pas oublier que le choix d'un prestataire (que ce soit pour ses
noms de domaine ou autre chose) n'est pas un acte forcément rationnel :
il va être influencé par ce qu'on lit à gauche ou droite, ce que
l'expert du coin préconise, sa propre expérience passée, etc.
Bref il faut faire attention à ne pas faire entrer trop d'idéologie dans
ses choix, comme c'est malheureusement trop souvent le cas.

Personnellement, j'exclus directement tous les sites qui disent :
- on utilise SSL donc le site est sécurisé
- vérifier la disponibilité des noms de domaine avec whois

Malheureusement, ca fait presque 100% du parc. Mais on me dit extrêmiste :-)

--
Patrick Mevzek . . . . . . . . . . . . . . Dot and Co
Dépêches sur le nommage
Olivier Masson
Le #139729
Comme d'habitude, l'exposé de M. Mevzek.
Je l'espérais un peu faut dire ;)


- le contrat (TRES IMPORTANT) : il y a très souvent des clauses abusives
il faut le lire *avant* d'acheter le nom, pour éviter les surprises,
mauvaises en général.


A part un blocage en cas de non paiement, ça ressemble à quoi une clause
abusive chez un registrar ?

- les fonctionnalités de base (ex: redirections) en faisant attention à
leur présentation : ce sont des vrais services à part entière, avec des
« garanties » ou on vous les présente (ca arrive) comme des services
additionnels gratuis et en bref si ca ne fonctionne pas tant pis pour vous
vous ne pouvez rien dire.


Moui bon, je ne vois que la redirection qui puisse m'intéresser.
Comme petit à petit les registrar donnent un peu d'espace web, si
vraiment ils fournissent une 301 peu faible, reste le htaccess ou un
header en php.


- l'interface de gestion des noms de domaine (le truc typiquement qu'on
oublie avant de commencer mais le plus important car c'est là qu'on va
passer le plus clair de son temps) : peut-on facilement (ergonomie ?)
opérer sur ses domaines, peut-on faire des opérations en masse, etc... -
le bureau d'enregistrement est-il maître de sa technologie (outils
développés in situ ou simple copier coller des offres existantes sur le
marché) et de ses serveurs ?


Ca, je suis bien d'accord, c'est très important et j'y pense avant.
Seulement, il n'y a pas de panel de demo. C'est comme pour les panel
d'hébergements : faut acheter pour tester.
Or, justement, j'ai parfois besoin de faire des opérations en "masse"
sans avoir besoin (ni le temps) d'utiliser l'API (si dispo).

- la sécurité : comment sont stockés les mots de passe par exemple ?
(on serait probablement attéré des réponses...)


Je doute qu'on puisse le savoir.

- l'infrastructure technique : quels serveurs, quelle répartition
géographique/topologique, quel monitoring, etc.


Difficile à connaître aussi, mais ça joue surtout en faveur des très gros.


D'ailleurs si vous regardez bien il n'existe quasimment plus aucun bureau
qui ne vende que des noms de domaine. Tous vendent (ou vendront bientôt)
en plus blogs, hébergement, certificats, etc.
Ce qui signifie qu'ils ne sont pas rentables sur l'activité de noms de
domaine, et que donc a fortiori ils ne vont pas investir beaucoup dans
l'interface web par exemple, ou le support, ou choses de ce genre puisque
ce seront des centres de coût et pas de profit.



Et Gandi ?

Il ne faut pas oublier que le choix d'un prestataire (que ce soit pour ses
noms de domaine ou autre chose) n'est pas un acte forcément rationnel :
il va être influencé par ce qu'on lit à gauche ou droite, ce que
l'expert du coin préconise, sa propre expérience passée, etc.
Bref il faut faire attention à ne pas faire entrer trop d'idéologie dans
ses choix, comme c'est malheureusement trop souvent le cas.


Mouais... Bon, ça m'aide pas beaucoup tout ça :) A moins que vous me
donniez un registrar honnête, qui fait des benef, pas cher, fiable, etc. ?


Personnellement, j'exclus directement tous les sites qui disent :
- on utilise SSL donc le site est sécurisé
- vérifier la disponibilité des noms de domaine avec whois



En général, il y a un input mais sans que l'on sache si la réponse
dépend du whois...

Xavier Roche
Le #139728
Patrick Mevzek wrote:
Outre le prix en gros rouge clignotant page d'accueil on peut notamment
s'intéresser à :


Ah, j'oubliais:
- la législation en vigueur dans le pays du registrar

Parce que bon, se manger un DMCA dans la tête au premier prétexte, c'est
aussi un risque objectif quand on part sur certains registrars.

Patrick Mevzek
Le #139725
Comme d'habitude, l'exposé de M. Mevzek.
Je l'espérais un peu faut dire ;)


Tant que c'est de l'espoir et pas de la crainte, je peux donc me
représenter au deuxième tour :-) ?
Voici donc ma deuxième couche.

- le contrat (TRES IMPORTANT) : il y a très souvent des clauses
abusives il faut le lire *avant* d'acheter le nom, pour éviter les
surprises, mauvaises en général.


A part un blocage en cas de non paiement, ça ressemble à quoi une
clause abusive chez un registrar ?


D'abord quand je dis abusif ici ce n'est pas nécessairement dans
l'acception stricte de la loi, mais plus généralement de ce qu'on peut
trouver d'étonnant et de différent ailleurs. D'un autre côté, même au
sens légal, ca serait intéressant que les autorités, après s'être
penchées sur les contrats des FAIs avec les résultats que l'on connaît,
se penchent aussi sur les contrats d'autres FSI comme les vendeurs de noms
de domaine, il y aurait probablement des surprises.

Dans une acception plus vaste donc on pourrait y trouver des choses «
surprenantes » sur qui est réellement le propriétaire du nom de
domaine, sur combien il en coûte de transférer ailleurs (les bureaux ont
le droit de facturer cette opération), sur les limitations de transfert
sortant encore une fois dès qu'on fait un changement et pendant x jours
par exemple, sur les frais supplémentaires demandés dès que vous sortez
des clous, sur ce qui se passe si le bureau reçoit une plainte au sujet
de votre nom (droits des marques, spams, etc.) et ce qu'il a le droit de
faire du nom de domaine juste après, sur ce que le bureau fait du nom
après expiration (ex: mise aux enchères automatique et récupération du
profit de la vente pour le bureau), etc.

Comme le dit Xavier aussi, la localisation géographique est importante.
(mais j'ajouterais la nuance que si le DMCA sent mauvais, la LCEN ne
charme pas davantage mes narines, y compris sans les évocations de
récent décret liberticide... le terrorisme a vraiment bon dos...) Il
peut être mentionné dans le contrat un lieu d'exécution (je crois que
c'est en grande largeur invalide/illégal/abusif dans un contrat de vente
à distance, mais je ne suis pas juriste), et donc cela peut être
embêtant en cas de litige.

- les fonctionnalités de base (ex: redirections) en faisant attention
à leur présentation : ce sont des vrais services à part entière,
avec des « garanties » ou on vous les présente (ca arrive) comme des
services additionnels gratuis et en bref si ca ne fonctionne pas tant
pis pour vous vous ne pouvez rien dire.


Moui bon, je ne vois que la redirection qui puisse m'intéresser. Comme
petit à petit les registrar donnent un peu d'espace web, si vraiment
ils fournissent une 301 peu faible, reste le htaccess ou un header en
php.


Parce que vous croyez que si le bureau n'a pas d'argent/technologie
suffisante pour faire fonctionner un « bête » echo 301
(sémantiquement, un 302 me paraîtrait davantage approprié d'ailleurs),
il en aura pour faire fonctionner un site web (encore une fois comme
prestation annexe) ?

- le bureau d'enregistrement est-il maître de sa technologie
(outils développés in situ ou simple copier coller des offres
existantes sur le marché) et de ses serveurs ?


Ca, je suis bien d'accord, c'est très important et j'y pense avant.
Seulement, il n'y a pas de panel de demo.


Vous voulez dire : il n'y a pas d'interface de démonstration chez les
mauvais bureaux d'enregistrement ?
Je suis d'accord !

C'est comme pour les panel
d'hébergements : faut acheter pour tester.


Idem, chez les mauvais :-)

Or, justement, j'ai parfois
besoin de faire des opérations en "masse" sans avoir besoin (ni le
temps) d'utiliser l'API (si dispo).


Oui, d'où le besoin de savoir où l'on met les pieds d'avance. Faute de
démonstration il n'y a pas 34 solutions :
- demander à quelqu'un qui y est déjà
- se baser sur des articles/reproductions d'écran/guides divers
- sauter le pas pour une « petite » prestation, juste de tests.
- ou finir par y aller en aveugle, coup de bluff !

- la sécurité : comment sont stockés les mots de passe par exemple ?
(on serait probablement attéré des réponses...)


Je doute qu'on puisse le savoir.

- l'infrastructure technique : quels serveurs, quelle répartition
géographique/topologique, quel monitoring, etc.


Difficile à connaître aussi, mais ça joue surtout en faveur des très
gros.


Sur ces deux points, et s'ils sont importants pour vous, d'abord s'il n'y
a aujourd'hui personne qui communique dessus, cela peut être un critère
pour montrer qu'aucun prestataire n'est encore à la hauteur. Ensuite ca
peut être un test très « amusant » du support technique avant vente :
vous leur demandez ces 2 points et vous attendez de vous poilez en lisant
les réponses, que je prédis être autour de :
- pas de réponse
- « C'est secret confidentiel mon bon monsieur on utilise une
technologie tellement révolutionnaire supermegafragilistick qu'on peut
pas en parler »
- une réponse à côté de la plaque, dans la veine : « Vous en occupez
pas, c'est technique et compliqué, mais on est des professionnels, des
spécialistes, des experts, on sait ce qu'on fait, faites nous confiance ».

D'ailleurs si vous regardez bien il n'existe quasimment plus aucun
bureau qui ne vende que des noms de domaine. Tous vendent (ou vendront
bientôt) en plus blogs, hébergement, certificats, etc. Ce qui
signifie qu'ils ne sont pas rentables sur l'activité de noms de
domaine, et que donc a fortiori ils ne vont pas investir beaucoup dans
l'interface web par exemple, ou le support, ou choses de ce genre
puisque ce seront des centres de coût et pas de profit.


Et Gandi ?



Il faudra probablement attendre la lecture de ma biographie pour avoir les
détails sur ce « cas ». :-)

Accessoirement, le prestataire que vous mentionnez a clairement indiqué
lancer « prochainement » hébergements mail et web.

Mouais... Bon, ça m'aide pas beaucoup tout ça :) A moins que vous me
donniez un registrar honnête, qui fait des benef, pas cher, fiable,
etc. ?


Désolé si cela ne vous aide pas, en tout cas si vous attendiez un seul
et unique nom qui casse la baraque et élimine tous les autres,
effectivement je n'en donnerai pas, pour les raisons évoquées en fin de
mon message précédent, et aussi tout simplement parce que je n'en ai pas
trouvé moi-même de prestataire satisfaisant par rapport à *ma* grille
de lecture.

On aurait aussi tôt fait de dire que je suis biaisé (mais seuls les
naïfs croient qu'un humain non biaisé cela existe). Par contre on
pourrait valablement suggérer que je suis un peu juge et partie.
Donc je ne peux que donner des questions qui moi me paraissent
importantes, à chacun de faire le tri dedans, de prendre les points
importants pour lui, de les classer par priorité et faire son choix.

Mon sentiment à la lecture des autres messages est que le prix semble
être le facteur primordial dans votre recherche, et donc là c'est «
simple ». Vous trouverez sur http://www.regselect.com/ par exemple (je
suis tombé dessus récemment) un classement d'un certain nombre de
bureaux d'enregistrement sur le prix. Je m'amuse d'ailleurs de la remarque:
« Pay attention to features, not just price. »

J'espère juste apporter quelques outils, données, et informations, ici
et aussi ailleurs, pour aider à la réflexion.

Bon courage dans la votre :-)

Personnellement, j'exclus directement tous les sites qui disent : - on
utilise SSL donc le site est sécurisé - vérifier la disponibilité
des noms de domaine avec whois

En général, il y a un input mais sans que l'on sache si la réponse

dépend du whois...


Soit c'est écrit explicitement, soit les résultats montrent que c'est un
whois (parce qu'on demandait juste un test de disponibilité, et comme
par hasard on se retrouve avec le nom du propriétaire du nom de domaine
ou l'adresse email du contact technique). En général on ne peut pas s'y
tromper, car volontairement ou non, y compris au sein même des bureaux
d'enregistrement, vérification de disponibilité = whois !
(ce qui n'est pas sans montrer non plus le niveau moyen de compétence, il
ne faut pas se leurrer pour certains ca serait des carottes plutôt que
des noms ca ne changerait rien, c'est un marché(!) comme un autre, faut
vendre, faut faire du profit, faut engrosser les fonds de pension, etc.)

Ah oui dans ma grille de lecture décalée aussi je discrédite tous les
prestataires qui s'ingénuent à trouver des noms nouveaux mais surtout
débiles pour tous les services qu'ils vendent, histoire de faire style
que c'est un truc à eux. Genre je m'appelle la société Toto, donc je ne
vends pas du web, du mail, et du SSL, ah non ca monsieur ca serait
beaucoup trop commun c'est ce que tout le monde fait, mais du TotoWeb, des
TotoMails et des TotoSSL. Pouah !

--
Patrick Mevzek . . . . . . . . . . . . . . Dot and Co
Dépêches sur le nommage

soraya
Le #139723
Bonjour Patrick :)

Bonjour Olivier,

Comme d'habitude, l'exposé de M. Mevzek.
Je l'espérais un peu faut dire ;)


Il adore ça :)
Il est toujours précis, complet .. et tout .. et tout .:)



[...]


D'ailleurs si vous regardez bien il n'existe quasimment plus aucun bureau
qui ne vende que des noms de domaine. Tous vendent (ou vendront bientôt)
en plus blogs, hébergement, certificats, etc.
Ce qui signifie qu'ils ne sont pas rentables sur l'activité de noms de
domaine, et que donc a fortiori ils ne vont pas investir beaucoup dans
l'interface web par exemple, ou le support, ou choses de ce genre
puisque
ce seront des centres de coût et pas de profit.



Et Gandi ?


<mode chevilles normales>

L'activité du nom de domaine chez Gandi se porte trés bien.
Le taux de renouvellement des domaines est assez impressionnant.
Les créations vont bon train aussi.

Transferts entrants : volume qui ne cessent d'augmenter.

Ya aussi des transferts sortants (biensur) bien compensés par les
transferts entrants.

Donc Gandi se prepare à diversifier son activité à la demande des
clients en grande partie.
Beaucoup de clients attendent avec impatience nos prochains services.

Ce qui me plait également c'est de voir grandir/évoluer Gandi.

</mode chevilles normales>

Mouais... Bon, ça m'aide pas beaucoup tout ça :) A moins que vous me
donniez un registrar honnête, qui fait des benef, pas cher, fiable, etc. ?



J'en connais bien un mais je vous laisse le deviner.
:)


Soraya


Patrick Mevzek
Le #139722
Le taux de renouvellement des domaines est assez impressionnant.


D'après VeriSign, la moyenne du marché est aux alentours de 77%
(en .COM/.NET donc, cela risque d'être beaucoup moins en .BIZ/.INFO
notamment).

--
Patrick Mevzek . . . . . . . . . . . . . . Dot and Co
Dépêches sur le nommage
Olivier Masson
Le #139628

Tant que c'est de l'espoir et pas de la crainte, je peux donc me
représenter au deuxième tour :-) ?
Voici donc ma deuxième couche.


Normal, on commence la campagne du second tour. Je vote contre la LCEN
pour ma part (enfin, c'est pas ça qui me fait choisir, mais c'est
davantage le sujet ici), donc vous avez des chances :)


Dans une acception plus vaste donc on pourrait y trouver des choses «
surprenantes » sur qui est réellement le propriétaire du nom de
domaine, sur combien il en coûte de transférer ailleurs (les bureaux ont
le droit de facturer cette opération), sur les limitations de transfert
sortant encore une fois dès qu'on fait un changement et pendant x jours
par exemple, sur les frais supplémentaires demandés dès que vous sortez
des clous, sur ce qui se passe si le bureau reçoit une plainte au sujet
de votre nom (droits des marques, spams, etc.) et ce qu'il a le droit de
faire du nom de domaine juste après, sur ce que le bureau fait du nom
après expiration (ex: mise aux enchères automatique et récupération du
profit de la vente pour le bureau), etc.



Je me souviens de cet effroyable test qu'avait fait un journaliste
auprès de plusieurs hébergeurs en protestant contre un site, qu'il avait
lui-même construit, violant les lois sur la propriété intellectuel.
Tous (ou presque) avaient stopper le site sans même chercher une seconde
à savoir si les allégations étaient fondées. Or elles ne l'étaient pas,
puisque tout avait été inventé.

Il faudrait effectivement prendre le temps de bien lire les contrats
(comme toujours.)

Je trouve que les transferts, chez les registrars que j'ai cité, se dont
sainement. Mais parce que je n'ai pas eu de complications pour le moment...

Parce que vous croyez que si le bureau n'a pas d'argent/technologie
suffisante pour faire fonctionner un « bête » echo 301
(sémantiquement, un 302 me paraîtrait davantage approprié d'ailleurs),
il en aura pour faire fonctionner un site web (encore une fois comme
prestation annexe) ?


Ca peut arriver. Pas une question d'argent/techno. Mais parfois, ils ne
se posent pas la question.
Comme les opérations en masse. On me répondait il y a peu, chez Gandi,
que ma question sur les redirections en masse n'avait jamais été posé
par un autre utilisateur !(!!!). La grande majorité des utilisateurs
doit donc acheter son famille-boulet.fr et être effectivement demandeuse
de Totoblog et Totomail ;)


Vous voulez dire : il n'y a pas d'interface de démonstration chez les
mauvais bureaux d'enregistrement ?
Je suis d'accord !


snif, je ne suis que chez des mauvais (mais j'ai peut-être loupé la page
de demo).


Idem, chez les mauvais :-)


Un de mes hébergeur donnait 2 mois gratuits. Plus maintenant.
Mais "mauvais" = pas cher peut-être.
Or, on en revient toujours au même débat. Ce que l'on cherche en
hébergement n'est pas forcément du 99,999% et 500Go de trafic/mois avec
redondance sur 10 sites de la planéte.
L'essentiel des sites que je fais reçoit très peu de visites : 5 à 100
par jour. Donc ce que je cherche, c'est avoir un service en adéquation
avec l'importance du site pour un prix qui puisse me permettre d'avoir
encore une vague marge de quelques euros.
Donc je ne veux pas de MX chez mon registrar, pas de blog, pas de
services inutiles qui justifient un prix élevé. Et si je dois payer cher
le fait d'avoir autre chose qu'un whois et une interface de démo, tant
pis, je m'en passe. Jusqu'au jour où, peut-être, quelqu'un fera bien son
boulot pour pas cher (ça se trouve déjà en mutualisé ; pas encore trouvé
en dédié : si qq un à des noms...).


Sur ces deux points, et s'ils sont importants pour vous, d'abord s'il n'y
a aujourd'hui personne qui communique dessus, cela peut être un critère
pour montrer qu'aucun prestataire n'est encore à la hauteur. Ensuite ca
peut être un test très « amusant » du support technique avant vente :
vous leur demandez ces 2 points et vous attendez de vous poilez en lisant
les réponses, que je prédis être autour de :


Tiens, bonne idée, je vais demander.

Et Gandi ?


Il faudra probablement attendre la lecture de ma biographie pour avoir les
détails sur ce « cas ». :-)



J'étais chez eux, je suis parti chez OVH, je reviens chez eux. Pas pour
la qualité du service (quoique leur interface est beaucoup plus claire
que celle d'ovh). Pour rien en fait. Enfin si : parce que je ne veux
plus toucher à OVH :) J'ai perdu tellement de temps et donc d'argent à
cause d'eux depuis 2 ans... C'est comme avec La poste : je m'attends à
recevoir des mails envoyés il y a 6 mois, un jour ou l'autre (j'ai reçu
par la poste une lettre de ma banque, 2 ans après l'envoi :)).

Accessoirement, le prestataire que vous mentionnez a clairement indiqué
lancer « prochainement » hébergements mail et web.



Ce dont je me fous royalement mais, parait-il c'était très demandé...
Les gens n'ont vraiment que ça a faire ? Doit y avoir un bon taux
d'étudiants et fonctionnaires chez les bloggeurs ("On est pas fatigués",
entendais-je il y a peu dans une manif de fonctionnaires. Si ça c'est
pas de l'aveu :))


Désolé si cela ne vous aide pas, en tout cas si vous attendiez un seul
et unique nom qui casse la baraque et élimine tous les autres,


Même pas. Et je n'y crois pas : j'entends trop mes clients me dire que
"tout le monde" leur conseille OVH, que c'est super, pas cher et qu'ils
sont gentils et beaux. Je ne crois pas au Messie.
Mais quelques registrars (et même hébergeurs, je prends tout) de bons
rapport qualité/prix, c'est pas de refus.


Donc je ne peux que donner des questions qui moi me paraissent
importantes, à chacun de faire le tri dedans, de prendre les points
importants pour lui, de les classer par priorité et faire son choix.


C'est vrai.
Pas facile tout ça...
Merci pour le site de comparaison sur les prix, ça me donne déjà une base.


Olivier Masson
Le #139627

Le taux de renouvellement des domaines est assez impressionnant.
[...]

Beaucoup de clients attendent avec impatience nos prochains services.


Je ne suis donc vraiment pas pas représentatif puisque j'incite tous mes
clients à laisser tomber leur 50 domaines
(mondomaine|mon-domaine|mon-domaine-paris|mon-domaine-nice).(fr|org|net|eu|biz|com)

Et je n'ai aucun besoin de blog et mail.

Donc finalement, vous n'êtes peut-être pas fait pour moi :)

Publicité
Poster une réponse
Anonyme