[ADOBE] La gestion de la couleur c'est simple

Le
Bour-Brown
Moi qui suis mauvais esprit, j'ai toujours pensé que les espaces de travail
étaient une usine à gaz. Pour ceux qui ont l'habitude de Photoshop, voilà
quelques explications sur le fonctionnement couleur de Lightroom du même
Adobe :
http://www.questionsphoto.com/article/39-gestion-des-couleurs-avec-lightroom

(répétons tous en choeur : la gestion de la couleur c'est simple)
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 3
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Erwan David
Le #2446251
"Bour-Brown"
Moi qui suis mauvais esprit, j'ai toujours pensé que les espaces de travail
étaient une usine à gaz. Pour ceux qui ont l'habitude de Photoshop, voilà
quelques explications sur le fonctionnement couleur de Lightroom du même
Adobe :
http://www.questionsphoto.com/article/39-gestion-des-couleurs-avec-lightroom

(répétons tous en choeur : la gestion de la couleur c'est simple)




Article très intéressant.

--
Le travail n'est pas une bonne chose. Si ça l'était,
les riches l'auraient accaparé

Charles VASSALLO
Le #2446241
Bour-Brown wrote:
Moi qui suis mauvais esprit, j'ai toujours pensé que les espaces de travail
étaient une usine à gaz. Pour ceux qui ont l'habitude de Photoshop, voilà
quelques explications sur le fonctionnement couleur de Lightroom du même
Adobe :
http://www.questionsphoto.com/article/39-gestion-des-couleurs-avec-lightroom

(répétons tous en choeur : la gestion de la couleur c'est simple)


Mon pauvre ami ! (si tu le permets ainsi) tu devrais mieux choisir tes
lectures afin d'éviter de t'embourber là où tu perds pied :-))
Mais aussi, merci de signaler ce lien à l'attention de tous.

Répètons-le, on peut présenter de manière simple les aspects pratiques
de la gestion de la couleur, mais personne n'a jamais prétendu que la
théorie sous-jacente était du niveau de la maternelle. Les quatre pages
au bout de ton lien font plus que titiller ces questions, et, par
conséquent, volent très probablement au-dessus de bien des têtes. Pour
ma part, je les ai lues avec un grand intérêt, d'autant plus que je n'ai
pas Lightroom.

Charles

Bour-Brown
Le #2448571
Charles VASSALLO a écrit
( 47f9d827$0$871$ )

Mon pauvre ami ! (si tu le permets ainsi) tu devrais mieux choisir tes
lectures afin d'éviter de t'embourber là où tu perds pied :-))


C'est le genre de réflexion pourrie pas vraiment utile.


Les quatre pages au bout de ton lien font plus que titiller ces questions,
et, par conséquent, volent très probablement au-dessus de bien des têtes.


On s'en fiche, l'humanité ne se classe pas en abrutis qui ne comprennent
rien et en élites qui maîtrisent tout. Ici on est sur labo numérique, donc
le lieu idéal pour aborder ces questions.

Tiens par exemple le codage RGB sur un octet, j'ai toujours trouvé ça
débile. Sous Photoshop t'as beau avoir un mode 16 bits voire 32 bits, quand
sur un dégradé la pipette ne te sort que quelques valeurs entières, il y a
un sérieux problème.

Tiens, par exemple les courbes en cartésien, avec l'horreur de cette
verticale en début de courbe, c'est aussi un sérieux problème.

Et maintenant une nouvelle cuisine interne qui rend caduque la formation
acquise sur Photoshop, sauf qu'en plus on ne repart pas vraiment à zéro, il
y a des bouts qui restent, je me marre.

Charles VASSALLO
Le #2453961
Bour-Brown wrote:


On s'en fiche, l'humanité ne se classe pas en abrutis qui ne comprennent
rien et en élites qui maîtrisent tout.
Ici on est sur labo numérique, donc
le lieu idéal pour aborder ces questions.


Bien sûr.
Néammoins, les fondements ne sont pas si simples que ça : si on fait
mine de s'y intéresser, il ne faut pas gémir ensuite que c'est compliqué.

Tiens par exemple le codage RGB sur un octet, j'ai toujours trouvé ça
débile. Sous Photoshop t'as beau avoir un mode 16 bits voire 32 bits, quand
sur un dégradé la pipette ne te sort que quelques valeurs entières, il y a
un sérieux problème.


Ça ne posait aucun problème avant le passage en 16 bits. La transition a
été difficile et je suis d'accord, elle n'est pas vraiment achevée. Le
codage en % serait plus rationel... à condition qu'il soit effectif et
qu'on n'arrondisse pas sur un octet par derrière, comme on le fait
actuellement pour les points de controle dans les réglages colorimétriques.

Tiens, par exemple les courbes en cartésien, avec l'horreur de cette
verticale en début de courbe, c'est aussi un sérieux problème.


Horreur ? Je pense que tu parles du départ des courbes de "gamma". Je
vois mal le problème, et puisque c'est ici le lieu idéal pour aborder
ces questions, tu devrais expliquer où est le scandale. Naturellement,
tu introduirais la différence des discrétisations en 8 bits et en 16
bits et tu situerais où en sont les niveaux de bruit dans ces
luminosités aussi faibles, afin d'asseoir la pertinence ou le
byzantinisme de la discussion.

Si horreur et sérieux problème il y avait et si la "courbe de gamma" du
sRGB était une telle avancée après des années d'utilisation d'espaces
variés avec des gamma conventionnels, m'est avis qu'il y aurait eu des
débats passionnés sur la question ; ça m'a échappé.

Et maintenant une nouvelle cuisine interne qui rend caduque la formation
acquise sur Photoshop, sauf qu'en plus on ne repart pas vraiment à zéro, il
y a des bouts qui restent, je me marre.


Là, je ne te comprends plus. Quand on a compris les choses (et pas
simplement appris des recettes), les acquits restent valables et on
s'adpate en souplesse, me semble-t-il (je suis prudent car je ne
pratique pas Lightroom). Me semble aussi que les utilisateurs heureux de
Lightroom de ce forum, qu'ils soient passés par Photoshop ou non, n'ont
pas l'air de s'être particulèrement torturés les méninges sur ces affres
métaphysiques, mais bon, ils vont peut-être se réveiller.

Charles

Bour-Brown
Le #2459201
Charles VASSALLO a écrit
( 47f9fe9b$0$871$ )

Néammoins, les fondements ne sont pas si simples que ça : si on fait mine
de s'y intéresser, il ne faut pas gémir ensuite que c'est compliqué.


Attends, t'es en train de dire qu'effectivement c'est compliqué, mais que si
on fait semblant de s'y mettre (parce que bien sûr je ne peux que faire
semblant) il ne faudrait pas que je le dise ?


Ça ne posait aucun problème avant le passage en 16 bits.


Ben oui, 256 niveaux en huit bits, c'est fait pour, hein.


La transition a été difficile et je suis d'accord, elle n'est pas vraiment
achevée.


Ah.

Je vois mal le problème


Parce qu'en début et en fin de courbe on a actuellement très peu de moyens
de nuancer une très forte pente. Perso j'aimerai un réglage des niveaux par
les courbes qui me donnerait accès à celles-ci en mode zoom par exemple,
alors qu'actuellement je n'y ai accès que dans une fenêtre réduite avec des
points déplaçable à la souris de façon plutôt brutale ou avec des nombres
sur 256 niveaux alors que 32 bits permettent de dépasser théoriquement les
quatre milliards...


Naturellement, tu introduirais la différence des discrétisations en 8 bits
et en 16 bits et tu situerais où en sont les niveaux de bruit dans ces
luminosités aussi faibles, afin d'asseoir la pertinence ou le byzantinisme
de la discussion.


Ben voyons. C'est une mode de jouer les examinateurs dès qu'on dit quelque
chose qui ne plaît pas ? Tu crois vraiment que j'ai le moindre espoir de
convaincre ?

Non, ce qui m'amuse, c'est que l'on n'a pas arrêté de me faire la morale en
disant que le système Photoshop était le meilleur du monde, que je n'avais
qu'à m'y plier, que si j'avais des exigences de pro j'avais à en adopter les
outils, tout ça à chaque fois que je disais les trouver pénibles. Cela ne
m'empêche pas de m'en servir, note bien, et peut-être pas si mal que ça...

Et là patatras, le même Adobe qui fait autorité en la matière - c'est pas du
Bour-Brown, hein - en adopte un complètement différent et tout aussi
efficace.

Ouf. Merci.

Charles VASSALLO
Le #2476511
Bour-Brown wrote:


Naturellement, tu introduirais la différence des discrétisations en 8 bits
et en 16 bits et tu situerais où en sont les niveaux de bruit dans ces
luminosités aussi faibles, afin d'asseoir la pertinence ou le byzantinisme
de la discussion.


Ben voyons. C'est une mode de jouer les examinateurs dès qu'on dit quelque
chose qui ne plaît pas ? Tu crois vraiment que j'ai le moindre espoir de
convaincre ?


On doit bien s'expliquer quand on parle d'horreur ou de scandale là où
d'autres pensaient que tout baignait dans l'huile, et il me paraît
évidentissime qu'il faille intégrer ces aspects dans la discussion.
Comme c'est une question de précision dans les calculs, la finesse de la
discrétisation est évidemment un paramètre primordial, mais le bruit
l'est tout autant, car il me paraît inutile de multiplier les niveaux
d'échantillonage à l'intérieur du bruit.

Pour ma part, je n'avais jamais réfléchi à la question. Pour le moment,
je reste donc très surpris et je crains que ce ne soit une question
purement cosmétique.


Non, ce qui m'amuse, c'est que l'on n'a pas arrêté de me faire la morale en
disant que le système Photoshop était le meilleur du monde, que je n'avais
qu'à m'y plier, que si j'avais des exigences de pro j'avais à en adopter les
outils, tout ça à chaque fois que je disais les trouver pénibles. Cela ne
m'empêche pas de m'en servir, note bien, et peut-être pas si mal que ça...

Et là patatras, le même Adobe qui fait autorité en la matière - c'est pas du
Bour-Brown, hein - en adopte un complètement différent et tout aussi
efficace.


Je n'ai rien vu de fondamentalement différent dans les pages que tu as
signalées. Il y a une très grande latitude pour choisir son espace
colorimétrique, et comme ce n'est pas Knoll qui s'en est mêlé, il y a eu
manifestement d'autres choix. Mais bon, pourquoi pas ?

Incidemment, tout n'est pas limpide dans ce que fait Photoshop.

Charles


Bour-Brown
Le #2482241
Charles VASSALLO a écrit
( 47fa74de$0$878$ )

Comme c'est une question de précision dans les calculs, la finesse de la
discrétisation est évidemment un paramètre primordial, mais le bruit l'est
tout autant, car il me paraît inutile de multiplier les niveaux
d'échantillonage à l'intérieur du bruit.


Le bruit n'est pas quelque chose d'intrinsèque aux images. Sur pas mal de
mes photos je peux cumuler et lisser mes prises, rien que pour ma poubelle
hier j'ai fait un 32 bits avec ça :
http://cjoint.com/?ehwgdB8pvK

Les parties les plus sombres de ma photo finale sont une moyenne de prises
surexposées et donc déjà très peu bruitées en natif.

Bref, le bruit ne concerne que quelques photos, et dans l'avenir sans doute
de moins en moins...


je crains que ce ne soit une question purement cosmétique.


C'est un point de théorie. De même qu'il y a peu de différence au final
entre un TIFF 16 bits et un JPG 8 bits, ce n'est pas pour ça que les outils
ne doivent rester qu'en 8 bits.


Je n'ai rien vu de fondamentalement différent dans les pages que tu as
signalées.


Oh, par exemple :

«L'abandon d'un moteur CIELAB au profit d'un moteur RGB est une révolution
aussi bien pour Adobe que pour les photographes. Au revoir les astuces de
labo qui s'appuyaient sur le traitement séparé de la clarté et de la
chromaticité pour mieux soigner une transformation monochrome. Terminé le
choix d'un espace de travail par défaut et de la politique de conversion
vers icelui, oubliée la terrible boîte de dialogue Couleurs, disparus les
calques et autres couches !»

ou bien :

« Vous aurez donc le plus grand mal à retrouver dans la palette Couleurs de
Photoshop les valeurs RGB affichées par Lightroom pour une image.
N'essayez pas de les débusquer en convertissant l'image vers ProPhoto RGB :
vous ne retrouverez pas les mêmes valeurs, car les fonctions de transfert de
ProPhoto RGB et de Melissa RGB sont différentes.»

Charles VASSALLO
Le #2538661
Bour-Brown wrote:


Je n'ai rien vu de fondamentalement différent dans les pages que tu as
signalées.


Oh, par exemple :

«L'abandon d'un moteur CIELAB au profit d'un moteur RGB est une révolution
aussi bien pour Adobe que pour les photographes. Au revoir les astuces de
labo qui s'appuyaient sur le traitement séparé de la clarté et de la
chromaticité pour mieux soigner une transformation monochrome.


Et si on apprenait à se servir correctement de Photoshop?
A mon zumble avis, cette «astuce» ressort du paléolithique. On n'a
absolument pas besoin de passer par LAB pour la cuisine photoshopienne
de tous les jours : les modes de fusion TSL sont largement suffisants
pour éviter ce détour (mais bon, qui a jamais vu une explication
correcte du fonctionnement de ces modes ?) :-)

Perso, je ne connais qu'un problème où je ne sais pas faire
(efficacement) sans passer par LAB : la réduction du moirage.


Terminé le choix d'un espace de travail par défaut et de la politique
de conversion vers icelui, oubliée la terrible boîte de dialogue
Couleurs


Ce n'est pas le problème de Lightroom -- et ça peut rassurer certains
utilisateurs. Le problème ressurgit tout de même à la fin, quand on
demande dans quel espace on doit exporter.


« Vous aurez donc le plus grand mal à retrouver dans la palette Couleurs de
Photoshop les valeurs RGB affichées par Lightroom pour une image.
N'essayez pas de les débusquer en convertissant l'image vers ProPhoto RGB :
vous ne retrouverez pas les mêmes valeurs, car les fonctions de transfert de
ProPhoto RGB et de Melissa RGB sont différentes.»


Je doute que ce problème gêne beaucoup de personnes. Et si on y tenait
absolument, je présume qu'on peut trouver ce melissa-RGB sur le web;
l'installer dans le dossier des icc pour faire le joint n'est tout de
même pas insurmontable...

C'est une illustration de plus que les RGB tout courts n'ont pas grand
sens en eux-même, au cas où on ne le saurait pas.

Charles


jpw
Le #2538641
"Charles VASSALLO" message de news: 47fb2348$0$858$
Bour-Brown wrote:


Je n'ai rien vu de fondamentalement différent dans les pages que tu as
signalées.


Oh, par exemple :

«L'abandon d'un moteur CIELAB au profit d'un moteur RGB est une
révolution
aussi bien pour Adobe que pour les photographes. Au revoir les astuces de
labo qui s'appuyaient sur le traitement séparé de la clarté et de la
chromaticité pour mieux soigner une transformation monochrome.


Et si on apprenait à se servir correctement de Photoshop?
A mon zumble avis, cette «astuce» ressort du paléolithique. On n'a
absolument pas besoin de passer par LAB pour la cuisine photoshopienne de
tous les jours : les modes de fusion TSL sont largement suffisants pour
éviter ce détour (mais bon, qui a jamais vu une explication correcte du
fonctionnement de ces modes ?) :-)

Perso, je ne connais qu'un problème où je ne sais pas faire (efficacement)
sans passer par LAB : la réduction du moirage.


Terminé le choix d'un espace de travail par défaut et de la politique
de conversion vers icelui, oubliée la terrible boîte de dialogue
Couleurs


Ce n'est pas le problème de Lightroom -- et ça peut rassurer certains
utilisateurs. Le problème ressurgit tout de même à la fin, quand on
demande dans quel espace on doit exporter.


« Vous aurez donc le plus grand mal à retrouver dans la palette Couleurs
de
Photoshop les valeurs RGB affichées par Lightroom pour une image.
N'essayez pas de les débusquer en convertissant l'image vers ProPhoto RGB
:
vous ne retrouverez pas les mêmes valeurs, car les fonctions de transfert
de
ProPhoto RGB et de Melissa RGB sont différentes.»


Je doute que ce problème gêne beaucoup de personnes. Et si on y tenait
absolument, je présume qu'on peut trouver ce melissa-RGB sur le web;
l'installer dans le dossier des icc pour faire le joint n'est tout de même
pas insurmontable...

C'est une illustration de plus que les RGB tout courts n'ont pas grand
sens en eux-même, au cas où on ne le saurait pas.


merci d'avoir montré comme c'était simple finalement
:-)))

d'ailleurs c'est le titre du fil

non ??



Bour-Brown
Le #2538621
Charles VASSALLO a écrit
( 47fb2348$0$858$ )

Et si on apprenait à se servir correctement de Photoshop?


Voilà, ça doit être ça.


Le problème ressurgit tout de même à la fin, quand on demande dans quel
espace on doit exporter.


Photoshop et Lightroom s'applique à deux publics différents, offre des
options différentes et donc applique des procédés différents. Pourtant
l'utilisation commune d'ACR donnait l'idée d'une uniformisation. Tout ça
n'est pas très clair...


Je doute que ce problème gêne beaucoup de personnes.


Attends, si la conversion d'un espace de travail vers un autre varie en
fonction des logiciels utilisés, le problème est quand même énorme. Cela a
toujours été l'épine dorsale de nos discussion, d'ailleurs.

Si d'un côté on en est à traquer les couleurs hors gamut dans un espace
donné et si d'un autre on accepte que les conversions donnent des résultats
différents parce qu'au final ça concerne très peu de monde, il y a quand
même quelque chose qui coince, dans l'histoire.


Et si on y tenait absolument, je présume qu'on peut trouver ce melissa-RGB
sur le web; l'installer dans le dossier des icc pour faire le joint n'est
tout de même pas insurmontable...


Pour le moment faut acheter le bouquin, d'après ce que j'ai compris.

Publicité
Poster une réponse
Anonyme