L'affaire DR suite

Le
filh
DR a-t-il la carte de presse ? (à la recherche de DR suite)
par François Marie d'Andrimont

Ca y est la campagne est lancée pour l'élection de DR au titre du
photographe le plus en vue. Son identité commence à être dévoilée, ce
stakhanoviste du déclencheur, n'est plus seulement le célèbre
photographe inconnu que l'on attend patiemment pour lui régler ses
droits d'auteur. Le DR moderne, lui, est parfaitement connu, mais on
préfère parfois l'appeler ainsi dans la presse ou les mags où l'on passe
gratis ses images issues du marketing touristique, de la promo musicale,
cinéma ou littéraire. Du people et du voyage, ça fait un joli journal
pour pas cher. Dans la presse régionale (à l'exception de grands titres
de la PQR), on préfère négliger de payer les pros et confier la
réalisation des clichés d'info à un DR amateur qui se trouvait là. Enfin
pour l'illustration de feuilles de choux munici! pales, on utilise le DR
qui passait par la case internet. Bref, il bosse tellement le pauvre DR
qu'il faudrait lui attribuer la carte de presse que les autres
photographes - réduits à ne plus rien publier - ne peuvent même pas
solliciter. Et l'on sait grâce à Daniel Castets que « la carte est
devenue un véritable permis de travail »… Mais « derrière chaque DR il y
a un auteur », rappelait Mariette Molina lors du premier Hot-Spot à
l'espace Confluences. Cette rencontre a soudé le monde de la photo dans
une cause commune contre les dangers de la banalisation du DR.
Mais à quoi ça sert de chercher DR ? Pourquoi vouloir mettre en place le
système de rémunération des œuvres orphelines proposé dans un livre
blanc ? Est-ce une perte de temps que se battre pour cela ? Au
contraire, c'est une cause 100% légitime qui est aussi très simple faire
admettre à tous les intervenants. Son succès va renforcer la profession,
apportant autant en termes économiques qu'en effet d'entraînement pour
renforcer les autres droits mal-en-point des photographes. Pour pouvoir
mettre en place cette proposition, il faut que les photographes se
l'approprient souligne Olivier Brillanceau. « Il faut qu'ils la fassent
vivre, qu'ils la relaient. Il faut qu'ils l'expliquent avec leurs mots.
[…] Il faut qu'ils la diffusent partout, dans les rédactions, dans les
agences, auprès des éditeurs, auprès du ministère de la Culture, aupr&e!
grave;s des candidats à la présidentielle, auprès des groupes
parlementaires et des groupes politiques en général ». Le journal
Photographie va amplifier cet appel en rendant compte des actions
menées, mais aussi en publiant régulièrement vos vues sur DR, drôles ou
non, en mots ou en photos. La première image « DR m'a tué », est celle
de Lorenzo Virgili. Le message est clair : l'enjeu de la découverte de
DR, c'est bien la réappropriation de la création photographique des
auteurs.
C'est très simple : « Vous avez vu DR, racontez ou montrez nous-le,
envoyez vos photos ! » par email : studio@photographie.com

--
Le fondement du constat bourgeois, c'est le bon sens, c'est-à-dire
une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.
Roland Barthes.
http://www.filh.org
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
JPM
Le #3284181
Snif snif y'a pas comme une petite mauvaise odeur?????
Publicité
Poster une réponse
Anonyme