L'annuaire électronique Minitel 3611 ne sera pas coupé en mars 2009

Le
Thierry VIGNAUD
Source :
http://www.europe1.fr/Info/Actualite-Economie-et-Societe/Entreprises/Le-minitel-a-encore-de-beaux-jours-devant-lui/

Le minitel a encore de beaux jours devant lui

L'annuaire électronique par minitel 3611, qui devait fermer en mars après 25
ans d'existence, sera finalement maintenu en service car il compte encore un
nombre significatif d'adeptes. Un arrêt du 3611 aurait accéléré celui du
minitel. Le service a réalisé 1,2 millions de connexions en décembre 2008 pour
un total de 10 millions de connexions par mois sur l'ensembe des services du
Minitel.

Une bonne nouvelle pour ceux qui ne se sont pas encore mis à internet et qui
préfèrent leur bon vieux minitel. L'annuaire électronique 3611 qui devait
fermer en mars après 25 ans d'existence va finalement rester en service.
L'annonce a été faite mercredi par PagesJaunes et France Télécom. La décision
de fermeture avait été prise en juillet 2008, basée sur une chute de
l'audience de plus de 50% par an.

Finalement, "en 2008, le 3611 a encore enregistré plus de 19 millions de
connexions", dont 1,2 million en décembre, a déclaré Michel Datchary,
directeur général de PagesJaunes, régie publicitaire du 3611. "Si nous
arrêtons ce service brutalement en mars comme nous l'avions prévu, il est
probable qu'on soit encore, à ce moment-là, sur un rythme encore supérieur à 1
million de connexions par mois, ce qui est beaucoup", a-t-il dit.

Le 3611 sera maintenu à son tarif actuel, de 0,225 euro pour les trois
premières minutes puis 0,112 euro par palier de deux minutes. Jusqu'en
septembre 2007, le service était gratuit les trois premières minutes.

Les utilisateurs du minitel, plus âgés que la moyenne, "ne se mettent pas à
internet et ne vont peut-être jamais s'y mettre", a souligné Michel Datchary.
C'est "une population assez fidèle", a-t-il ajouté. "Il y a un attachement" au
minitel, qui est "presque irrationnel" à l'heure de l'internet roi, toujours
selon Michel Datchary.

Un arrêt du 3611 qui aurait accéléré celui du minitel. "Le 3611 est la
locomotive du minitel", a en effet souligné un porte-parole de France Télécom,
éditeur du 3611. Le minitel compte encore quelque 4.000 éditeurs de services.
Annuaire du 3611 mis à part (25% du trafic), 40% des usages y sont
professionnels, notamment le réseau des débitants de tabac Altadis qui
l'utilise pour se réapprovisionner, les fleuristes d'Interflora pour
communiquer entre eux. Un quart des usages est lié à des services pratiques
(PMU, météo, argus), un autre quart à la banque-finance et 10% à des
services ludiques, comme l'astrologie ou les sites de charme.

Né en 1982, le minitel, prouesse technologique à son époque, reçoit encore 10
millions de connexions par mois. Il a généré un chiffre d'affaires de 100
millions d'euros en 2007, contre un milliard à son apogée dans les années
1990. On compte 1,5 million de terminaux dédiés et 1,8 millions d'applications
minitel sur ordinateur.

Thierry VIGNAUD
Emetteurs radio et TV :
http://pagesperso-orange.fr/tvignaud
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Luc
Le #18647571
Thierry VIGNAUD wrote:

Source :
http://www.europe1.fr/Info/Actualite-Economie-et-Societe/Entreprises/Le-minitel-a-encore-de-beaux-jours-devant-lui/



> Né en 1982, le minitel, prouesse technologique à son époque,


n'importe quoi, en tout cas pour le terminal :)

un débit 1200/75 déjà dépassé quand il est sorti ...

un clavier (ABCDEF !) ... aussi confortable qu'un xylophone pour la
saisie ....

un mode graphique, disons indigent ...

On aurait pu dire qu'il était solide et pratique, mais c'est tout !

--
Luc
Eric Stern
Le #18676081
Luc disait:



un débit 1200/75 déjà dépassé quand il est sorti ...



je ne sais pas ?
je me suis toujours demandé pourquoi ce débit.

en 82,(la numérotation en France était encore à 6 chiffres en province peut
être même 5 si ma mémoire ne me jours pas des tours),
les centraux publics étaient-ils tous à commutation numérique ?
je ne crois pas, il était encore facile de converser à plusieurs
gratuitement à cette époque avec un peu d'imagination.

je pense que le cahier des charges étaient entre autre qu'il devait être
capable de se connecter partout, y compris au bout d'une ligne de 10 KM
dans une ferme au milieu de la bourgogne.

au début d'internet,bien plus tard,avec une ligne pourtant moins longue,
arriver à 28.800 était parfois une gageure.

quand au clavier, hormis les grands groupes , le standard dans les
entreprises etaient encore la machine à écrire électrique.
la connaissance d'AZERTY chez le grand public etait inexistante.

on peut effectivement le critiquer sur beaucoup de choix technologique
mais je pense que faire son procés avec les connaissances d'aujourd'hui ou
même de celle d'y il a 10 ans est délicat.

Eric
PhM
Le #18672991
Éric Stern a écrit :
...

quand au clavier, hormis les grands groupes , le standard dans les
entreprises etaient encore la machine à écrire électrique.
la connaissance d'AZERTY chez le grand public etait inexistante.



...

!! Fallait oser !
Dites, jeune homme, ;) 82, c'est quand même pas la préhistoire ?
J'ai encore la vieille Underwood de mon père (années 30 ? 40 ?) en AZERTY .
Et pour avoir été utilisateur du minitel de la première heure, par
ailleurs offert gratos par les PTT au début, ce clavier abc était une
ineptie de technocrate ...

> on peut effectivement le critiquer sur beaucoup de choix technologique
> mais je pense que faire son procés avec les connaissances
> d'aujourd'hui ou même de celle d'y il a 10 ans est délicat.

Les choix de FT à l'époque étaient plutôt orientés commerce que
technologie ; c'est d'ailleurs ce qui, après avoir eu de l'avance, nous
a mis en retard technologique par rapport à toute l'Europe, que nous
avons rattrapé depuis .
Au moins DEUX grands FAI actuels, dont Orange, ont fait leur fortune
avec les 3615, ceci expliquant cela .

Cordialement,

Philippe
Eric Stern
Le #18672981
PhM disait:


!! Fallait oser !
Dites, jeune homme, ;) 82, c'est quand même pas la préhistoire ?
J'ai encore la vieille Underwood de mon père (années 30 ? 40 ?) en AZERTY
. Et pour avoir été utilisateur du minitel de la première heure, par
ailleurs offert gratos par les PTT au début,



la norme AZERTY est bien plus vieille que 1982, ça je suis totalement
d'accord mais ou je voulais en venir, c'est que les claviers étaient quand
même bien rare chez Mme Michu en 82.
le minitel etant arrivé avant le Pc pour moi,ça m'a paru naturel à l'époque
mais j'avoue honnétement que j'aurais du mal maintenant avec un clavier
ABCDE.

Pour revenir en charte, pour le reseau RTC de l'époque, par exemple
Barphone, un ancien constructeur Français avait sorti son premier
commutateur tout électronique en 84.
sur le marché je ne crois pas qu'il y avait en 82 de commutation temporelle.
CGCT,Telic,c'était de la commutation spatiale.
je crois que le premier commutateur totalement numérique que j'ai vu c'était
dans la plage 90/94.

82 pour les télécoms comme pour l'informatique, c'est de la préhistoire ;)

Les choix de FT à l'époque étaient plutôt orientés commerce que
technologie ; c'est d'ailleurs ce qui, après avoir eu de l'avance, nous
a mis en retard technologique par rapport à toute l'Europe, que nous
avons rattrapé depuis .



c'est clair que le cahier des charges etaient
que ce soit produit à un moindre cout.
que ça marche partout.

technologiquement, j'aurais plutôt attaqué le minitel sur des choix du genre
sortie TTL sur prise DIN plutôt que RS232/DB25(ça existait la db9 à
l'époque ?).

quand au retard, je ne sais pas.... ça dépend de quoi on parle...

pour mes parents par exemple, pouvoir en 85 consulter à distance les
horaires de la SNCF via un écran chez eux relevait de la magie ;).
passer sur internet ne leur a pas posé plus de soucis que ça par
la suite car ils étaient déjà habitués à avoir accés à des infos par écran
interposé.

il faudrait un jour que je trouve une étude comparant les
habitudes "télématiques" entre une population avec et sans minitel.

Eric
JY
Le #18672971
"Eric Stern" gn75lu$lev$
Luc disait:



un débit 1200/75 déjà dépassé quand il est sorti ...



je ne sais pas ?
je me suis toujours demandé pourquoi ce débit.

en 82,(la numérotation en France était encore à 6 chiffres en province
peut
être même 5 si ma mémoire ne me jours pas des tours),
les centraux publics étaient-ils tous à commutation numérique ?
je ne crois pas, il était encore facile de converser à plusieurs
gratuitement à cette époque avec un peu d'imagination.


Eric



Non toute la France n'était pas encore en numérique.Sauf erreur de ma part.
Mais qu'importe, ces derniers étaient chargés de faire transiter les Com
vers des centraux spécialisés, nommés P.A.V.I (Point d'accès Videotex
Intermédiaire).
Je me souviens à l'époque de Transpac qui n'avait pas anticipé le trafic,
avait bridé la bande passante des Pavi, le temps de mettre leurs équipements
à niveau.
A l'époque c'était une révolution pour monsieur tout le monde. Certains
serveurs comme 3615 "Ulla" marchaient même très bien.
http://www.aconit.org/histoire/colloques/chi04/billard.pdf

JY
JY
Le #18672961
> je crois que le premier commutateur totalement numérique que j'ai vu
c'était
dans la plage 90/94.




Eric





Le premier central téléphonique numérique a été installé près de Lannion en
1970.
Le P.L.A.T.O.N (prototype lannionais d?autocommutateur temporel à
organisation numérique).
Suivit par les niveaux 3, les niveaux 1, les B3, etc. (réseau public)
A l'époque, il y avait deux sorte de personnes " Ceux qui attendaient le
téléphone et ceux qui attendaient la tonalité "
http://www.aconit.org/histoire/colloques/chi04/goby.Pdf

JY
Eric Stern
Le #18672941
JY disait:


Le premier central téléphonique numérique a été installé près de Lannion
en 1970.



resumé que j'ai eu plaisir à lire, et qui m'a d'ailleurs bien surpris sur
les noms des machines de l'époque.

l'AXE,le MT25,E10 sont toujours des noms que j'entends quand je suis en
relation avec du personnel de gestion FT.ils ralent plus souvent quand il
s'agit d'un l'AXE 10 ;).
Roissy (l'aéroport) est géré par un E10.

En fait,en lisant entre les lignes,on s'apercoit qu'en 1979,50 % des
commandes publiques etaient encore en commutation spatiale.

les CP400 devaient être encore bien nombreux ;)

quid alors des liaisons vers les PAVI ?
MIC analogique ? ce qui expliquerait le bas débit du minitel en 1982 ?

Eric
JY
Le #18672931
>>
l'AXE,le MT25,E10 sont toujours des noms que j'entends quand je suis en
relation avec du personnel de gestion FT.ils ralent plus souvent quand il
s'agit d'un l'AXE 10 ;).





Thomson : Axe,Mt25....
Alcatel : game E10
Lors de la fusion, c'est le E10 qui a pris le pas.
Le E10 est bien meilleur que ses concurrents :-))




Roissy (l'aéroport) est géré par un E10.


Je croyais que c'etait un B3 maintenant. Je me suis trompé.




quid alors des liaisons vers les PAVI ?
MIC analogique ? ce qui expliquerait le bas débit du minitel en 1982 ?

Eric



Les transmission du Minitel repose sur la norme CCITT V.23
La bande passante du téléphone (300<3400 Hertz) limite sérieusement
l'analogique pour la voie descendante (1200bauds)
quant au 75 bauds, c'est largement suffisant pour la voie montante.
Le Mic (modulation a impulsion codée) est numérique (sauf erreur).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Vid%C3%A9otex
http://fr.wikipedia.org/wiki/Traitement_de_la_parole
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_normes_de_l%27Union_internationale_des_t%C3%A9l%C3%A9communications


JY


Eric Stern
Le #18672921
JY disait:


l'AXE,le MT25,E10 sont toujours des noms que j'entends quand je suis en
relation avec du personnel de gestion FT.ils ralent plus souvent quand
il s'agit d'un l'AXE 10 ;).





Thomson : Axe,Mt25....





pas d'accord, l'AXE c'est Ericsson ;)



Roissy (l'aéroport) est géré par un E10.


Je croyais que c'etait un B3 maintenant. Je me suis trompé.





Peut être moi qui ne suis pas à jours.
il y a eu un changement de coeur de chaine fin d'année 2008 mais les
alvéoles n'ont pas changé...

le B3 gère les alvéoles E10 ? (déjà que ce ne sont pas les même d'un
aérogare à l'autre).


quid alors des liaisons vers les PAVI ?
MIC analogique ? ce qui expliquerait le bas débit du minitel en 1982 ?

Eric



Les transmission du Minitel repose sur la norme CCITT V.23
La bande passante du téléphone (300<3400 Hertz) limite sérieusement
l'analogique pour la voie descendante (1200bauds)
quant au 75 bauds, c'est largement suffisant pour la voie montante.
Le Mic (modulation a impulsion codée) est numérique (sauf erreur).





j'ai quand même un doute à cause d'abus de language de l'époque.
Sur les fonds de panier de commutateur privé de l'époque, le bus voie était
souvent multiplexé mais non numérisé.ça s'appelait quand même un MIC bien
que ça restait analogique.

je pense qu'à l'époque, sur les câbles de transit, ce système était encore
trés employé.d'où la difficulté de monter en débit en RTC.

ce qui m'ammène à penser qu'en fait à l'époque, on avait le même problème
avec la data que maintenant.la plupart des opérateurs ip ne gèrent pas les
fax ;)

en parlant de fax,en 85,il ne devait pas en avoir beaucoup en 9600 ;)

Eric
Publicité
Poster une réponse
Anonyme