bisous bisous

Le
Florent
on peut dire qu'en matière de chevaux je n'y connais rien. je ne savais
pas qu'ils se font parfois des bisous :D

http://i41.servimg.com/u/f41/12/01/67/65/0w4j8110.jpg

(on peut dire aussi que j'ai ajouté du vignettage et que c'est le mal
absolu, aussi.)
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 4
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #3590161
on peut dire qu'en matière de chevaux je n'y connais rien. je ne savais
pas qu'ils se font parfois des bisous :D

http://i41.servimg.com/u/f41/12/01/67/65/0w4j8110.jpg

(on peut dire aussi que j'ai ajouté du vignettage et que c'est le mal
absolu, aussi.)


C'est tout mimi.

Je n'y connais rien en chevaux non plus mais j'ai remarqué que les
mammifères en général font des bisous. Les chats et les vaches aussi !
Ces chevaux lourds semblent bien plus calinous que les chevaux de monte.
Si tu t'approches de la barrière, ils viennent facilement te reclamer
des caresses, te souffler dans le cou. Le cheval de monte d'une amie
n'était pas farouche non plus, mais quand il s'approchait c'était pour
fourrer le nez dans tes poches, des fois que tu aurais des sucres ou des
carottes.


Noëlle Adam

Ghost Rider
Le #3590151
on peut dire qu'en matière de chevaux je n'y connais rien. je ne sava is
pas qu'ils se font parfois des bisous :D

http://i41.servimg.com/u/f41/12/01/67/65/0w4j8110.jpg



Les chevaux sont effectivement des animaux très affectueux, avec les
hommes ou entre eux.
Ici, ils se caressent et se mordillent réciproquement le garrot, qui es t
une partie très sensible, comme la nuque d'une femme.
Pour faire "plaisir" à un cheval, tu peux lui caresser le garrot, il
deviendra ton ami.

http://cjoint.com/?dklfavb6JF

Ghost Rider

Florent
Le #3590141
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle a exprimé avec précision :
C'est tout mimi.
Je n'y connais rien en chevaux non plus mais j'ai remarqué que les mammifères
en général font des bisous. Les chats et les vaches aussi !
Ces chevaux lourds semblent bien plus calinous que les chevaux de monte. Si
tu t'approches de la barrière, ils viennent facilement te reclamer des
caresses, te souffler dans le cou. Le cheval de monte d'une amie n'était pas
farouche non plus, mais quand il s'approchait c'était pour fourrer le nez
dans tes poches, des fois que tu aurais des sucres ou des carottes.


Noëlle Adam


j'aurais bien voulu qu'ils s'approchent. mais ils n'ont pas voulu. sur
cette photo je suis à 200mm. y'en avait bien 6 ou 7 dans le parc. au
moindre mouvement de ma part c'était la panique. j'ai pas compris
pourquoi.

je passe devant chaque we, en allant faire des photos sur un circuit
auto. à chaque fois ils sont au fin fond du parc. pour une fois ils
étaient accessible, je suis arrivé en retard, tant pis :)

Florent
Le #3590131
Ghost Rider avait écrit le 10/03/2008 :
Les chevaux sont effectivement des animaux très affectueux, avec les hommes
ou entre eux.
Ici, ils se caressent et se mordillent réciproquement le garrot, qui est une
partie très sensible, comme la nuque d'une femme.
Pour faire "plaisir" à un cheval, tu peux lui caresser le garrot, il
deviendra ton ami.

http://cjoint.com/?dklfavb6JF

Ghost Rider


oui voilà. c'était ce qu'ils faisaient quand je me suis approché (mais
ma présence les a perturbé).

bon, je sais pas si je voudrais être l'ami d'un cheval au même titre
que celui d'une femme dont je caresse la nuque :D :D

mais je prend bonne note ;-)

Ghost Rider
Le #3590121

Ces chevaux lourds semblent bien plus calinous que les chevaux de monte .
Si tu t'approches de la barrière, ils viennent facilement te reclamer
des caresses, te souffler dans le cou. Le cheval de monte d'une amie
n'était pas farouche non plus, mais quand il s'approchait c'était p our
fourrer le nez dans tes poches, des fois que tu aurais des sucres ou de s
carottes.


En réalité, tous les chevaux sont très affectueux, même les mâl es non
castrés, mais les chevaux mal montés par des cavaliers inexpériment és
souffrent et deviennent moins gentils, voire agressifs, par crainte, pas
par vice. Il est ensuite très difficile et long de les corriger car ils
ont une très bonne mémoire.

http://cjoint.com/?dklomg5H4t

On voit une différence énorme dans les clubs entre les chevaux monté s
n'importe comment par des débutants et les chevaux de propriétaires,
choyés et montés correctement.

Ghost Rider

Ghost Rider
Le #3590111

j'aurais bien voulu qu'ils s'approchent. mais ils n'ont pas voulu. sur
cette photo je suis à 200mm. y'en avait bien 6 ou 7 dans le parc. au
moindre mouvement de ma part c'était la panique. j'ai pas compris pou rquoi.

je passe devant chaque we, en allant faire des photos sur un circuit
auto. à chaque fois ils sont au fin fond du parc. pour une fois ils
étaient accessible, je suis arrivé en retard, tant pis :)


Le cheval est psychologiquement une "proie" qui voit en toi un
"prédateur". C'est génétique.
Par ailleurs, c'est un animal grégaire, dont l'un du groupe fait le gue t
(une jument en général) pendant que les autres paissent. Au moindre
danger, celui qui fait le guet donne le signal et les chevaux
s'éparpillent au galop, puis s'arrêtent au bout de 20 mètres et é valuent
la menace. Si tu leur cours après, tu n'arriveras à rien.

La première chose à faire pour s'approcher d'un cheval, c'est de ne p as
s'en approcher directement et rapidement, comportement du "prédateur"
mais selon une direction oblique et lentement, comportement d'un autre
animal non dangereux.
Il faut marcher lentement en zig-zags ou en cercle, s'arrêter,
rebrousser chemin, repartir, s'en aller, revenir en suivant une autre
direction, faire semblant de s'intéresser à un truc par terre etc...
La curiosité du cheval prendra alors le pas sur sa crainte car il
comprendra que tu n'es pas un prédateur et en quelques minutes, tu sera s
à portée de main. Evite absolument d'avoir un bâton en main.
Là tu le regardes à un mètre, tu dodelines de la tête en le regar dant,
tu lui parles doucement, tu recules, tu fais demi-tour, tu reviens en
biais, tu avances lentement une main qu'il viendra renifler, tu t'assois
par terre (c'est sans danger si tu es arrivé jusque là) etc...
Puis tu lui montres ton appareil, que tu auras toujours laissé bien
visible pendant ton approche, tu lui laisses le renifler, le regarder.
Là, tu pourras commencer à prendre des photos, doucement, sans
précipitation. Si le cheval s'éloigne, laisses-le revenir de lui-mê me.

Si le cheval découvre les dents, c'est qu'il te craint et veux
t'impressionner, attends un peu, si il garde les oreilles couchées en
arrière, c'est qu'il a peur, n'insiste pas, s'il dresse les oreilles,
puis les porte en avant, tu as gagné sa confiance.
Après les photos (mais pas avant), tu pourras le récompenser avec un
sucre, une carotte, il associera la récompense à la séance photo.

Tout ceci n'est évidemment valable que pour des chevaux déjà dressé s,
habitués à l'homme. Les chevaux sauvages, c'est une autre paire de ma nches.

Voilà, bonnes photos.

http://cjoint.com/?dklXHThcIg

Ghost Rider

MELMOTH
Le #3590101
Ce cher mammifère du nom de Ghost Rider nous susurrait, le lundi
10/03/2008, dans nos oreilles grandes ouvertes mais un peu sales quand
même, et dans le message doux mélismes suivants :

Le cheval est psychologiquement une "proie" qui voit en toi un "prédateur".
C'est génétique


???...
Merci de citer tes sources, n'est-ce pas...

--
Car avec beaucoup de science, il y a beaucoup de chagrin ; et celui qui
accroît sa science, accroît sa douleur.
[Ecclésiaste, 1-18]
MELMOTH - souffrant

markorki
Le #3590091

La curiosité du cheval prendra alors le pas sur sa crainte car il
comprendra que tu n'es pas un prédateur et en quelques minutes, tu seras
à portée de main. Evite absolument d'avoir un bâton en main.


Tu as raison, ça me rappelle une sortie botanique en avril 2005, avec
mon reflex et mon compact numériques tout neufs...
J'étais monté au "crêt du loup" avec un ami, pour photographier des
"dents de chien" (c'est la racine qui est en dent de chien), plante
bizarre qui fleurit en mars en sous-bois sur ce crêt, alors qu'elle
fleurit vers mi-mai à découvert sur le plateau du vercors.

Je m'étais couché pour photographier un petit champignon dans la prairie
en bord de bois, il y avait des chevaux qui s'étaient éloignés à notre
arrivée. Comme en macro, le cadrage et la MAP sont un peu longs, en
cours de MAP, j'ai crû que mon copain essayait de m'agacer en me
titillant le crâne pour me faire rater ma photo, je me suis retourné :
c'était un des chevaux , celui qui se trouve le plus près ici :

http://pagesperso-orange.fr/marc.morel.hum/Album_CretDuLoup/slides/R0010553.html

qui me "broutait" les cheveux (en fait, j'ai eu la trouille une seconde,
mais c'était un calin: il m'a laissé pas plus chauve qu'il ne m'avait
trouvé :).

LG
Le #3590081
"Ghost Rider" 47d50a6f$0$873$

Ces chevaux lourds semblent bien plus calinous que les chevaux de monte.
Si tu t'approches de la barrière, ils viennent facilement te reclamer des
caresses, te souffler dans le cou. Le cheval de monte d'une amie n'était
pas farouche non plus, mais quand il s'approchait c'était pour fourrer le
nez dans tes poches, des fois que tu aurais des sucres ou des carottes.


En réalité, tous les chevaux sont très affectueux, même les mâles non
castrés, mais les chevaux mal montés par des cavaliers inexpérimentés
souffrent et deviennent moins gentils, voire agressifs, par crainte, pas
par vice. Il est ensuite très difficile et long de les corriger car ils
ont une très bonne mémoire.

Tout comme les femmes, d'ailleur.
;-)) Lg


http://cjoint.com/?dklomg5H4t

On voit une différence énorme dans les clubs entre les chevaux montés
n'importe comment par des débutants et les chevaux de propriétaires,
choyés et montés correctement.

Ghost Rider

Ghost Rider
Le #3590061

Merci de citer tes sources, n'est-ce pas...


Allons bon, comme si toi, un vétérinaire, avais besoin de sources sur
cette question largement rebattue depuis des générations.
Il est vrai que j'ignore si la psychologie équine fait partie du cursus ,
donc, je réponds.

Mes sources, c'est d'abord mon expérience.

Oui, mais tu vas me dire peut-être que "génétique" est un terme
scientifique qui ne doit être utilisé qu'avec précaution, et j'en s uis
d'accord. Donc je précise qu'au niveau de langage où je me plaçais, il
s'agit d'un trait psychologique connu liée à l'espèce (gens). Je ne me
place pas dans une querelle sur l'inné et l'acquis.

Des sources extérieures ?
un google sur "cheval proie" donne immédiatement ceci:
http://www.cyberanimaux.com/html/chroniq/general2.cfm?id=3&no_id=1&no _ch$3&categories
d'où je tire: " Étant donné que le cheval est une proie et nous des
prédateurs,..."

Un deuxième lien donne:
http://membres.lycos.fr/chuchote/cheval/jeu_attrape/attrape1.html
d'où je tire:
"La première chose, c'est de ne pas oublier que le cheval est un animal
proie, il faut donc éviter tous les comportements qui pourraient lui
faire penser que vous êtes un prédateur...."

et ça continue, pour Florent :

"Donc, dans la phase d'approche, comportez vous comme une proie se
dirigeant vers une autre proie : n'allez pas directement vers lui, sans
vous arrêter, et en le regardant dans les yeux. Au contraire, avancez
lentement vers le cheval en zigzaguant ou en vous en éloignant par
moment, en regardant son épaule et non ses yeux. Prenez un air
décontracté, car le cheval est parfaitement capable de lire nos
sentiments et nos intentions à travers nos attitudes.

Arrêtez-vous à 10m, appelez le doucement, tendez un peu le bras. S'il
reste immobile, vous pouvez reprendre votre approche. S'il recule,
reculez aussi, en ne cherchez surtout pas à le poursuivre, cela
provoquerait sa fuite. Cela peut sembler étonnant de reculer aussi, mai s
cela correspond à ce que Pat Parelli appelle la "pensée latérale" d es
proies, contrairement à la "pensée directe" des prédateurs que nous
sommes et que nous devons essayer de bannir. Dans le schéma latéral,
seul l'un des deux doit avancer à la fois vers l'autre.

Il faut que le cheval puisse s'approcher spontanément autant que
possible. Si vous restez immobile, l'appelez, proposez éventuellement
des friandises, sa curiosité finira par le ramener vers vous. Une fois
au contact avec lui, rester immobile puis caressez le doucement et
donnez-lui une friandise (ne pas la donner avant qu'il ne se soit laissé
touché). Passez-lui alors le licol sans gestes brusques. Dans les cas
extrêmes, s'il ne fait que vous fuir, restez accroupi en lui tournant l e
dos, il devrait finir par vous approcher.

Donc ne faite pas comme dans le jeu où, plus vous lui courrez après,
plus il vous fuit !"

Je n'avais pas lu ce texte avant de répondre à Bruno, mais étonnamm ent,
c'est presque mot pour mot ce que je lui ai écrit. En réalité, ce n 'est
pas étonnant au fond, car tous ceux qui fréquentent les chevaux
pratiquent ainsi. Il y manque juste les signaux des oreilles.

Enfin, pour citer des liens qui ont l'avantage, sur le web, de
l'autorité de la chose imprimée, je peux citer les excellents ouvrage s
de Danièle Gossin, et en particulier: "Psychologie et comportement du
cheval".
En revanche, les ouvrages de la Fédération Française des Sports
Equestres : "Manuel d'équitation" et "Manuel d'hippologie" sont
quasiment muets sur la psychologie du cheval, ce qui en dit long sur la
considération qu'il donnent à cet animal : pour eux, c'est un outil,
rien de plus et c'est une grave erreur.

Voilà, voilà...

Cordialement et bonnes photos... (c'est un forum photo, hein, ne
l'oublions pas, ce que j'en dis, c'est pour que Florent nous ramène de
belles photos de ces deux chevaux de trait: un Comtois à droite et un
Franche-Montagne à gauche, sans garantie toutefois).

Ghost Rider

Publicité
Poster une réponse
Anonyme