Changement d'avocat intempestif - litige vente voiture

Le
François
Bonjour à toute la communauté.

Une presentation rapide pour commencer :
François, 32 ans.
Agent de maitrise dans le domaine de la biologie et aucunes connaissances
particulières dans le domaine jurique

Mon soucis :
Ma femme a acheté une voiture début 2007 à un particulier.
Très vite (500km), elle s'aperçoit qu'il y a un problème.
Nous allons à un garage et là c'est la douche froide : le mécano nous dit
que la voiture n'est très "clean".
En effet, le turbo est HS, l'embrayage en a souffert, voiture accidenté est
plus ou moins habilement maquillée .

Nous faisons jouer l'assistance juriqiue de l'assurance.
Un expert est mandaté.
Son rapport est sans équivoques et va dans le sens du vice-caché.
Gros soucis moteur.
Voiture accidentée. Un longeron est plié (normalement passage au marbre
obligatoire), retouche de peinture, jantes pas d'origine avec sutout des
pneus arrières qui frottent sur un boulon (passage de roue intérieur) avec
tous les risques que ça entraine.

La voiture est DANGEREUSE, il y a un risque mortel !
La carte grise (toujours au nom du vendeur) est bloquée en préfécture.

Un avocat est mandaté pour défendre nos interets car impossible de
s'entendre à l'amiable.
Un contre expertise est faite par la partie adverse.

Tout ceci nous amène à la 1er audience il y a 1 mois => audience reportée
car la partie adverse change d'avocat.
La deuxième audience s'est tenue la semaine dernière => reportée également
car la partie adverse chaneg ENCORE d'avocat .

Ce qui m'amène à ces questions :
La partie adverse peut elle changer autant de fois qu'elle veut d'avocat ?
Avons nous un moyen de le contraindre à faire face à ses responsabilités ?

Notre avocat demande l'annulation et le remboursement intégral de la vente :
5000?
Des dommages et Intêrets : 3000?
La prise en charge de toutes les procédures (expertises frais d'avocats
etc)
Le paiement des frais d'immobilisation auprès du garage où est placée la
voiture : 3000? à ce jour
La note s'alourdit pour lui mais nous, nous aimerions surtout revoir nos
5000? et investir ailleurs.

Merci d'avance pour votre lecture et pour les réponses / expériences qui
vont suivrent (je l'espère).

François
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Caro
Le #16077871
Bonsoir,

Je ne suis pas apte à répondre du point de vue juridique, mais je souhaite
juste une précision : est-ce que la voiture a subi un contrôle technique ou
pas ? si oui que dit le rapport ?
Merci !

"François" 486d21d4$0$2669$
Bonjour à toute la communauté.

Une presentation rapide pour commencer :
François, 32 ans.
Agent de maitrise dans le domaine de la biologie et aucunes connaissances
particulières dans le domaine jurique

Mon soucis :
Ma femme a acheté une voiture début 2007 à un particulier.
Très vite (500km), elle s'aperçoit qu'il y a un problème....
Nous allons à un garage et là c'est la douche froide : le mécano nous dit
que la voiture n'est très "clean".
En effet, le turbo est HS, l'embrayage en a souffert, voiture accidenté
est
plus ou moins habilement maquillée .

Nous faisons jouer l'assistance juriqiue de l'assurance.
Un expert est mandaté.
Son rapport est sans équivoques et va dans le sens du vice-caché.
Gros soucis moteur.
Voiture accidentée. Un longeron est plié (normalement passage au marbre
obligatoire), retouche de peinture, jantes pas d'origine avec sutout des
pneus arrières qui frottent sur un boulon (passage de roue intérieur) avec
tous les risques que ça entraine.

La voiture est DANGEREUSE, il y a un risque mortel !
La carte grise (toujours au nom du vendeur) est bloquée en préfécture.

Un avocat est mandaté pour défendre nos interets car impossible de
s'entendre à l'amiable.
Un contre expertise est faite par la partie adverse.

Tout ceci nous amène à la 1er audience il y a 1 mois => audience reportée
car la partie adverse change d'avocat.
La deuxième audience s'est tenue la semaine dernière => reportée également
car la partie adverse chaneg ENCORE d'avocat .

Ce qui m'amène à ces questions :
La partie adverse peut elle changer autant de fois qu'elle veut d'avocat ?
Avons nous un moyen de le contraindre à faire face à ses responsabilités ?

Notre avocat demande l'annulation et le remboursement intégral de la vente
:
5000?
Des dommages et Intêrets : 3000?
La prise en charge de toutes les procédures (expertises frais d'avocats
etc...)
Le paiement des frais d'immobilisation auprès du garage où est placée la
voiture : 3000? à ce jour
La note s'alourdit pour lui mais nous, nous aimerions surtout revoir nos
5000? et investir ailleurs....

Merci d'avance pour votre lecture et pour les réponses / expériences qui
vont suivrent (je l'espère).

François





François
Le #16077851
Bonsoir Caroline.

La voiture avait moins de 4 ans et par conséquent pas de CT technique à
fournir par le vendeur.....


"Caro" 486d2e68$0$884$
Bonsoir,

Je ne suis pas apte à répondre du point de vue juridique, mais je souhaite
juste une précision : est-ce que la voiture a subi un contrôle technique
ou pas ? si oui que dit le rapport ?
Merci !


Caro
Le #16077841
Et zut !!
Bon courage...

"François" 486d3806$0$7222$
Bonsoir Caroline.

La voiture avait moins de 4 ans et par conséquent pas de CT technique à
fournir par le vendeur.....


"Caro" 486d2e68$0$884$
Bonsoir,

Je ne suis pas apte à répondre du point de vue juridique, mais je
souhaite juste une précision : est-ce que la voiture a subi un contrôle
technique ou pas ? si oui que dit le rapport ?
Merci !






francois.des.bois
Le #16077521
A priori : oui.
Petite recherche rapide sur www.service-public.fr
Quelles pièces transmettre au nouveau propriétaire du véhicule ?

-------------------------------------------------------
Le vendeur doit remettre à l'acquéreur :

s'il s'agit de l'ancien modèle de la la carte grise, elle doit être
revêtue par le vendeur de la mention « vendu le » ou « cédé le », de
la date de la vente et de sa signature.

Le coin supérieur droit de la carte aura été préalablement découp é,
lorsquelle comporte l'indication du coin à découper,

s’il s’agit du nouveau modèle de carte grise, la partie haute (remise
par le vendeur) est revêtue de sa mention « vendu le » ou « céd é le »,
de la date de la vente et de la signature du vendeur.

Le coupon détachable, complété par les coordonnées du nouveau
propriétaire (et signé par le vendeur), lui permet de circuler pendant
1 mois, jusqu'à réception de sa nouvelle carte grise,

un certificat de cession du véhicule rempli ,

un certificat de situation administrative datant de moins d'un mois
( une demande en ligne peut être effectuée sur le site du ministère
de l'Intérieur),

si le véhicule a plus de 4 ans, la preuve du contrôle technique datant
de moins de 6 mois ou de moins de 2 mois si une contre-visite a été
prescrite.

Attention : la visite technique doit avoir été effectuée dans les six
mois qui précèdent la date de dépôt du dossier de demande de nouvel le
carte grise à la préfecture par l'acquéreur

-------------------------------------------------------



On 4 juil, 00:33, "koumac"
En etes vous sur , en tapant controle technique voiture sur google je tro uve la réponse suivante.

Dans quels cas passer le contrôle technique ?

  a.. Dans les 6 mois précédent la date anniversaire des 4 ans apr ès la première mise en circulation.
  b.. Au plus tard, 2 ans après votre précédent contrôle techni que.
  c.. En cas de cession de votre véhicule à un particulier si votre précédent contrôle technique date de plus de 6 mois.


svbeev
Le #16077301
"François" 486d21d4$0$2669$
Bonjour à toute la communauté.

Une presentation rapide pour commencer :
François, 32 ans.
Agent de maitrise dans le domaine de la biologie et aucunes connaissances
particulières dans le domaine jurique

Mon soucis :
Ma femme a acheté une voiture début 2007 à un particulier.
Très vite (500km), elle s'aperçoit qu'il y a un problème....
Nous allons à un garage et là c'est la douche froide : le mécano nous dit
que la voiture n'est très "clean".
En effet, le turbo est HS, l'embrayage en a souffert, voiture accidenté
est
plus ou moins habilement maquillée .

Nous faisons jouer l'assistance juriqiue de l'assurance.
Un expert est mandaté.
Son rapport est sans équivoques et va dans le sens du vice-caché.
Gros soucis moteur.
Voiture accidentée. Un longeron est plié (normalement passage au marbre
obligatoire), retouche de peinture, jantes pas d'origine avec sutout des
pneus arrières qui frottent sur un boulon (passage de roue intérieur) avec
tous les risques que ça entraine.

La voiture est DANGEREUSE, il y a un risque mortel !
La carte grise (toujours au nom du vendeur) est bloquée en préfécture.

Un avocat est mandaté pour défendre nos interets car impossible de
s'entendre à l'amiable.
Un contre expertise est faite par la partie adverse.

Tout ceci nous amène à la 1er audience il y a 1 mois => audience reportée
car la partie adverse change d'avocat.
La deuxième audience s'est tenue la semaine dernière => reportée également
car la partie adverse chaneg ENCORE d'avocat .



Ce qui m'amène à ces questions :
La partie adverse peut elle changer autant de fois qu'elle veut d'avocat ?
Avons nous un moyen de le contraindre à faire face à ses responsabilités ?



Bien sur que non, la partie adverse ne pourra pas vous faire lanterner ad
vitam aeternam.
Cependant, vu les chiffres que vous avancez (5000 + 3000 + 3000 ) il doit
s'agir d'une procédure devant le TGI.
Si tel est le cas il faut prendre votre mal en patience car la phase de mise
en état est assez longue et il s'écoule en genérale de 6 à 12 mois entre la
mise au rôle et l'audience de plaidoiries.
Dans cette procédure deux renvois à la mise en état il n'y a pâs encore
grand chose a dire cela n'est ni exceptionnel ni scandaleux.

Notre avocat demande l'annulation et le remboursement intégral de la vente
:
5000?



Jusque là rien que de trés normal à la seule difference que je parlerais moi
de résolution et non d'annulation.

Des dommages et Intêrets : 3000?



Que vous n'obtiendrez que si vous êtes en mesure de prouver que le vendeur
avait connaissance des vices (art 1645 du CC)

La prise en charge de toutes les procédures (expertises frais d'avocats
etc...)



S'il s'agit d'un expertise amiable cela représente, comme les honoraires
d'avocat, des frais dit "irréptibles" c'est à dire non inclus dans les
dépens.
Votre avocat a du faire une demande spécifique au titre de l'article 700 du
Code de Procédure Civile.

Le paiement des frais d'immobilisation auprès du garage où est placée la
voiture : 3000? à ce jour



Cette demande suivra le même sort que les dommages et intérêts.

La note s'alourdit pour lui mais nous, nous aimerions surtout revoir nos
5000? et investir ailleurs....

Merci d'avance pour votre lecture et pour les réponses / expériences qui
vont suivrent (je l'espère).

François





edgar
Le #16077181
"svbeev" 486e3e2a$0$895$




Que vous n'obtiendrez que si vous êtes en mesure de prouver que le vendeur
avait connaissance des vices (art 1645 du CC)




Francois, le posteur ne le precise pas, mais s'il s'agit d'une voiture de
premiere main, cela suppose bien la connaissance des reparations, par le
premier proprietaire.
qu'en pensez-vous?
svbeev
Le #16077171
"edgar" 486e54a5$0$11006$

"svbeev" 486e3e2a$0$895$




Que vous n'obtiendrez que si vous êtes en mesure de prouver que le
vendeur avait connaissance des vices (art 1645 du CC)




Francois, le posteur ne le precise pas, mais s'il s'agit d'une voiture de
premiere main, cela suppose bien la connaissance des reparations, par le
premier proprietaire.
qu'en pensez-vous?



C'est un élément important mais qui peut ne pas être suffisant.
Sur une première main, le propriétaire sait forcément que la voiture a été
accidentée mais pas forcément qu'elle a été mal réparée s'il a été lui- même
vitcime d'un professionnel peu scrupuleux ...
deltaplan
Le #16077081
svbeev
>> Que vous n'obtiendrez que si vous êtes en mesure de prouver que le
>> vendeur avait connaissance des vices (art 1645 du CC)
>>
>
> Francois, le posteur ne le precise pas, mais s'il s'agit d'une voiture de
> premiere main, cela suppose bien la connaissance des reparations, par le
> premier proprietaire.
> qu'en pensez-vous?

C'est un élément important mais qui peut ne pas être suffisant.
Sur une première main, le propriétaire sait forcément que la voiture a été
accidentée mais pas forcément qu'elle a été mal réparée s'il a été lui- même
vitcime d'un professionnel peu scrupuleux ...



A mon avis, c'est même plus compliqué que ça. Même s'il s'agit d'une
première main, le propriétaire précédent peut très bien ignorer que la
voiture a été accidentée. J'ai déjà lu sur forum-auto.com cas de
quelqu'un a qui c'est arrivé (enfin, arrivé pendant un certain temps,
car il a fini par le savoir), il avait laissé sa voiture à un garage
pour un entretien de routine, et un employé du garage a accidenté la
voiture en faisant je ne sais quoi avec pour son usage personnel (comme
c'est malheureusement souvent le cas...), le garage a cherché à
camoufler tout ça en prétextant une pièce détachée qui manquerait à leur
stock, le temps de réparer eux-mêmes la voiture avant de la rendre à son
propriétaire. C'est quelques temps après l'avoir récupérée qu'il s'est
rendu compte qu'une des ailes avant était différente de l'autre, qu'il
s'agissait manifestement d'une aile à l'origine d'une autre couleur,
récupérée sur une épave, et repeinte par le garage en question. Et il a
eu bien du mal à leur faire admettre ce qui s'était réellement passé...

Donc à mon sens, la question est plutôt de savoir si le précédent
propriétaire savait que la voiture avait été accidentée, et par contre à
partir du moment où il le savait mais qu'il n'en a pas informé son
acheteur, quand bien même il aurait ignoré qu'elle avait été mal
réparée, cela suffit pour caractériser sa connaissance du vice caché et
ouvrir droit à DI.
Asawithernourstao
Le #16077071
Deltaplan a écrit :
svbeev
Que vous n'obtiendrez que si vous êtes en mesure de prouver que le
vendeur avait connaissance des vices (art 1645 du CC)



Francois, le posteur ne le precise pas, mais s'il s'agit d'une voiture de
premiere main, cela suppose bien la connaissance des reparations, par le
premier proprietaire.
qu'en pensez-vous?


C'est un élément important mais qui peut ne pas être suffisant.
Sur une première main, le propriétaire sait forcément que la voiture a été
accidentée mais pas forcément qu'elle a été mal réparée s'il a été lui- même
vitcime d'un professionnel peu scrupuleux ...



A mon avis, c'est même plus compliqué que ça. Même s'il s'agit d'une
première main, le propriétaire précédent peut très bien ignorer que la
voiture a été accidentée. J'ai déjà lu sur forum-auto.com cas de
quelqu'un a qui c'est arrivé (enfin, arrivé pendant un certain temps,
car il a fini par le savoir), il avait laissé sa voiture à un garage
pour un entretien de routine, et un employé du garage a accidenté la
voiture en faisant je ne sais quoi avec pour son usage personnel (comme
c'est malheureusement souvent le cas...), le garage a cherché à
camoufler tout ça en prétextant une pièce détachée qui manquerait à leur
stock, le temps de réparer eux-mêmes la voiture avant de la rendre à son
propriétaire. C'est quelques temps après l'avoir récupérée qu'il s'est
rendu compte qu'une des ailes avant était différente de l'autre, qu'il
s'agissait manifestement d'une aile à l'origine d'une autre couleur,
récupérée sur une épave, et repeinte par le garage en question. Et il a
eu bien du mal à leur faire admettre ce qui s'était réellement passé...

Donc à mon sens, la question est plutôt de savoir si le précédent
propriétaire savait que la voiture avait été accidentée, et par contre à
partir du moment où il le savait mais qu'il n'en a pas informé son
acheteur, quand bien même il aurait ignoré qu'elle avait été mal
réparée, cela suffit pour caractériser sa connaissance du vice caché et
ouvrir droit à DI.



Erreur d'interprétation : le vice caché s'entend pour l'acquéreur,
"caché" pour l'acquéreur c'est-à-dire tout défaut rendant impossible ou
dangereux l'usage de la voiture, défaut dont l'acquéreur ne pouvait pas
se rendre compte au terme d'un examen normal: un raccord de peinture,
des vitesses qui passent mal ne sont donc pas des vices cachés puisque
l'acquéreur pouvait s'en rendre compte; une déformation du chassis en
revanche constitue un vice caché.
Peu importe que le propriétaire précédent connaisse ou non ce défaut: il
en responsable.
deltaplan
Le #16077051
Asawithernourstao
Erreur d'interprétation : le vice caché s'entend pour l'acquéreur,
"caché" pour l'acquéreur c'est-à-dire tout défaut rendant impossible ou
dangereux l'usage de la voiture, défaut dont l'acquéreur ne pouvait pas
se rendre compte au terme d'un examen normal: un raccord de peinture,
des vitesses qui passent mal ne sont donc pas des vices cachés puisque
l'acquéreur pouvait s'en rendre compte; une déformation du chassis en
revanche constitue un vice caché.
Peu importe que le propriétaire précédent connaisse ou non ce défaut: il
en responsable.



Je ne parle pas de cela, mais de la possibilité pour l'aquéreur de
demander, outre le remboursement du prix de la vente, des dommages et
intérêts. Le Code Civil prévoit en effet que lorsque le vendeur n'est
pas un vendeur régulier (cas d'un particulier qui revend un bien
d'occasion), il ne peut se voir réclamer des DI en plus du remboursement
prix de l'objet vendu QUE s'il avait lui-même connaissance du vice caché
et l'a dissmulé à l'acheteur.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme